#102 Le sous-lieutenant Gustel – Arthur Schnitzler

sous lieutenant gustel

Le résumé…

Jeune officier bravache, le sous-lieutenant Gustel est rudoyé par un civil en sortant du théâtre. Pris de court, incapable de se défendre, il se croit déshonoré à jamais. S’ensuit une nuit de déambulation dans Vienne, durant laquelle il passe de la colère au désespoir, prend les plus terribles résolutions, met en ordre ses souvenirs… jusqu’à l’instant décisif, au petit matin.

Arthur Schnitzler (1862-1931)

Arthur Schnitzler (1862-1931)

Mon avis…

Ce monologue intérieur est le premier du genre en langue allemande. Il s’agit d’une œuvre très surprenante par son écriture qui est au début assez déstabilisante. Dans la lignée du courant de conscience, ce texte suit les pensées du personnage depuis l’intérieur, bref : le lecteur est dans sa tête. Mais attention, cela ne nous fait pas forcément l’apprécier, loin de là… Petit à petit, on finit par trouver ce personnage (très vite en réalité) complètement idiot ! Evidemment, ce n’est pas gratuit de la part de l’auteur, il y a un but. En effet, le sous-lieutenant Gustel révèle en fait une critique de l’armée austro-hongroise au début du XXe siècle, totalement inutile et en déclin, annonçant la guerre qui suivra une dizaine d’années plus tard.

J’ai trouvé cela passionnant de chercher ce qu’il se trouvait derrière ce monologue. Le genre est extrêmement intéressant à découvrir, c’est vraiment enrichissant et ça se lit très vite. Cependant, je pense qu’il faut bien prendre son temps pour le parcourir, car l’enchainement des pensées est si rapide, le personnage passe tellement du coq à l’âne souvent qu’on peut rater quelques détails importants. L’ensemble est très drôle, même si cela met parfois mal à l’aise car le sous-lieutenant Gustel est quelqu’un de mysogine, d’antisémite, et a encore bien d’autre défauts, mais on adore le détester !

Cette lecture, dans laquelle je me suis lancée dans le cadre d’un cours de Littérature Générale et Comparée, m’a donné envie de lire « Mademoiselle Else », une autre œuvre de Schnitzler qui est à l’origine du film « Eyes Wide Shut ». Je viens de le commencer et je vous en dirais donc des nouvelles ! En tout cas, c’est un livre d’un grand intérêt pour quiconque se passionne pour la littérature car il présente un genre narratif et un mouvement littéraire très particulier : le monologue intérieur et le courant de conscience. C’est une lecture très originale qui vaut particulièrement le détour, surtout si l’on a envie de faire ensuite quelques recherches et analyses sur le sujet. La lecture est rapide mais il y a encore autant à découvrir en y passant du temps et c’est aussi ce que j’adore dans certaines œuvres : ne pas s’arrêter à l’expérience de lecture !

Les déambulations dans Vienne, au début du XXe siècle, font découvrir la ville d’un point de vue plutôt original, d’autant que le texte est entièrement ancré dans la réalité : tous les lieux existent, comme beaucoup de personnages. Avec un seul rebondissement, c’est l’ensemble des pensées du personnage qui passe d’une chose à l’autre sans cesse, avec ses paroles critiques (et critiquables), qui font le charme de ce monologue. Gustel est complètement perturbé, mais terriblement réaliste. Essayez de lui trouver une seule qualité, bonne chance, c’est impossible ! Cet homme est détestable mais pourtant c’est vraiment plaisant ! Et la chute de ce monologue est simplement merveilleuse ! 😉

mademoiselle else

Ma note…

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s