#108 Le Horla – Maupassant

le horla pocket

Le résumé…

Le narrateur est un homme de quarante-deux ans qui coule des jours paisibles dans sa propriété rouennaise située au bord de la Seine. Un jour il voit passer devant sa maison un trois-mâts brésilien. A compter de ce jour, il est victime d’étranges sensations,  de malaises et de fièvre. Il en vient à se dire qu’il n’est pas seul, qu’on le suit quoi qu’il fasse, qu’il est pourchassé par un être qu’il ne peut voir… Des évènements troublants semblent donner raison au narrateur…

Autoportrait, Le Désespéré - Gustave Courbet

Autoportrait, Le Désespéré – Gustave Courbet

Mon avis…

Cette œuvre m’a de nombreuses fois été conseillée et il est vrai que je n’ai jamais pris le temps de la lire avant il y a quelques jours (mais je l’avais acheté, il patientait tranquillement que je le prenne enfin) ! Si j’avais su qu’il se lisait aussi facilement, je l’aurais probablement ouvert plus tôt ! En effet, Le Horla est un récit assez court, un monologue  (sous la forme originale d’un journal intime) très tourné vers le fantastique, à moins que… ce ne soit vers le psychologique ! La barrière est mince dans cette œuvre et j’ai retrouvé ce qui m’avait charmé avec ma lecture de L’homme au sable d’Hoffmann, que je chroniquerais sous peu, c’est-à-dire les allers retours incessants entre imaginaire et réalité, qui brouille l’esprit du lecteur au point qu’il ne sache plus lui-même où se trouve la vérité.

horla

Le Horla est une lecture assez perturbante mais clairement magistrale. En quelques pages, Maupassant fait monter une tension que l’on ressent dès les premières lignes. Quelque chose cloche, des preuves s’offrent à nous, mais trop infimes pour qu’on ose vraiment croire ce que l’on lit. Et on se projette dans la peau du personnage : si c’était moi ? Qu’est-ce que je ferais ? La fin est tout simplement d’une virtuosité indéniable, qui clôt la nouvelle avec une phrase déconcertante. Jusqu’à quelles extrémités peut nous emmener la folie ? Jusqu’à quelles extrémités sommes-nous prêts à nier l’existence de quelque chose de surnaturel ? Je vous conseille vivement cette lecture qui ravira les amateurs de fantastique, de psychologie ou ceux qui ne sont attirés ni par l’un ni par l’autre car Le Horla reste avant tout un classique que l’on peut lire en moins d’une heure et qu’il faut absolument avoir parcouru au moins une fois dans sa vie !

maupassant

Maupassant

Ma note…

.

Publicités

4 réflexions sur “#108 Le Horla – Maupassant

  1. Je l’ai découvert,au collège,quand j’avais 13 ans,j’avais aimé,mais pas tout compris.Je crois que ce que j’avais préféré dans le livre,c’était les illustrations d’époque de ma ville,je suis de Rouen.Mais j’ai pris plaisir,à le relire plus tard.

  2. Pingback: #167 Contes du jour et de la nuit – Maupassant | Bienvenue à vous, petits curieux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s