#142 La perle – John Steinbeck

PERLE2

Le résumé…

Dans la ville, on raconte l’histoire d’une grosse perle comment elle fut trouvée, puis perdue à nouveau ; l’histoire de Kino, le pêcheur, de sa femme Juana et de leur bébé Coyotito. Et comme l’histoire a été si souvent racontée, elle est enracinée dans la mémoire de tous. Mais, tels les vieux contes qui demeurent dans le coeur des hommes, on n’y trouve plus que le bon et le mauvais, le noir et le blanc, la grâce et le maléfice sans aucune nuance intermédiaire.

PERLE1

Mon avis…

Steinbeck fait partie des auteurs que l’on assimile aux « classiques », c’est-à-dire qu’il est de ceux dont il faudrait au moins avoir lu une œuvre pour pouvoir prétendre avoir une bonne culture littéraire. Etant en faculté de Lettres, il m’a donc semblé évident que je devais me lancer. J’ai choisi le livre La perle car j’en avais entendu beaucoup de bien, et il m’a paru assez accessible pour une première lecture, notamment compte tenu de sa longueur plus que raisonnable. Et dès la première page, le contenu m’a charmé. Le livre aurait pu faire 800 pages que je l’aurais lu avec autant de facilité et de plaisir. Chaque phrase se déguste comme une cuillerée de caviar (enfin, je pense, je n’en ai jamais goûté) ou plutôt comme un bon macaron Pierre Hermé, un Ispahan bien sûr (ça, je connais). L’écriture est tout simplement splendide. Il faudrait lire ce conte, car c’en est un (Steinbeck tire l’histoire d’un conte traditionnel mexicain), à voix haute et apprécier la sonorité de chaque mot et l’harmonie des phrases.

PERLE3

Cette œuvre parle d’une perle, mais Steinbeck a bel et bien offert ici une perle de la littérature. Tout en sensibilité, les mots s’enchaînent avec une fluidité et une douceur déconcertante, narrant avec tendresse l’histoire de Tito, Juana et Coyotito. Mais lorsque la vie leur joue des tours, lorsque la bénédiction que constituait la découverte de la perle devient une malédiction, le style devient plus dur, mais toujours aussi poétique. Les mots expriment la violence bien mieux que n’importe quelle image. L’ensemble du livre amène progressivement vers une morale universelle, prônant la simplicité, l’honnêteté, la modestie… La leçon à tirer de ce magnifique conte est vraiment merveilleuse. Je pense qu’il s’agit ici d’une des histoires qui me marquera probablement le plus dans ma vie de lectrice.

Ma note…

 .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s