#146 Les disparues du marais – Elly Griffiths

DISPARUESMARAIS1

Le résumé…

Ruth Galloway, professeur d’archéologie à l’université, vit seule dans un coin isolé du Norfolk, à la lisière d’une zone marécageuse, proche de la mer. Le jour où l’inspecteur Harry Nelson découvre un squelette dans les marais, il requiert son expertise. Alors qu’il espère avoir enfin retrouvé le corps de Lucy, une fillette disparue dix ans plus tôt, la chercheuse est catégorique : les ossements datent de l’âge du fer et sont très certainement ceux d’une jeune fille victime d’un sacrifice. Mais bientôt, une autre enfant disparaît et d’étranges lettres anonymes laissent à penser qu’il y a un lien entre cette dernière, Lucy, et la sacrifiée du marais. Ruth va être mêlée à l’enquête d’une façon bien plus intime qu’elle ne le soupçonnait…

Elly Griffiths

Elly Griffiths

Mon avis…

A la recherche d’un thriller capable de soulager mon envie de frissons… Les Presses de la Cité m’ont offert, avec ce service presse, le livre idéal. Je ne connaissais pas du tout cette auteure, mais j’ai pu constater qu’elle avait été lauréate du prix Mary-Higgins-Clark 2011, ce qui n’a pu que me rassurer. De plus, l’ambiance m’a séduite ne serait-ce qu’à la lecture du résumé, qui laisse se profiler un paysage marécageux désertique, inquiétant et imprévisible, bref : une ambiance sombre, idéale pour un bon thriller où la nature apporte sa part d’angoisse. Globalement, cette impression n’a pas été contredite, loin de là. En effet, l’atmosphère est très tendue et le mélange des pratiques archéologiques et policières est assez plaisant car original.

Pourtant, j’ai eu quelques doutes dès les premières pages… Vous allez me dire que « ce n’est qu’un détail », mais j’ai eu beaucoup de difficultés à adhérer au personnage principal, qui ne cessait de se plaindre de son poids : « je suis grosse » par-ci, « je suis grosse » par-là… Trop, c’est trop… Considération presque futile quand on se retrouve confrontée à des enlèvements d’enfants… Enfin, c’est surtout que j’aimerais dire STOP à l’idée selon laquelle faire une taille 44 signifie être obèse ! Il s’agit certes de quelque chose qui n’a à priori rien à voir avec l’intrigue, mais qui est en fait omniprésent dans le roman ! A la limite, il aurait été possible de faire de ce complexe un point fort ou d’en modifier la vision qu’en a le personnage à la fin de l’histoire, mais ce n’est pas le cas…

Bon, après ce petit coup de tête, je peux revenir à l’intrigue ! Les personnages, malgré tout, sont quand même assez attachants, tous assez mystérieux, si ce n’est Ruth ou Nelson qui sont un peu caricaturaux parfois. Le dénouement est assez peu prévisible, il y a beaucoup de rebondissements, de mystères. L’enquête est vivement menée, l’enjeu est grand puisqu’il s’agit d’enlèvements, et très probablement de meurtres, de petites filles. Ruth et Nelson se trouvent impliqués personnellement dans l’enquête, ce qui promet des retournements de situation assez surprenants pour le lecteur ! Je conseille ce thriller, qui est une lecture très agréable, bien qu’il ne s’agisse pas à proprement parler d’un « chef d’œuvre ». C’est un bon livre, qui transmet les émotions que l’on attend d’un bon livre policier !

DISPARUESMARAIS3 Holme-next-the-sea Seahenge

Holme next the sea, Norfolk

Ma note…

.

Merci aux Presses de la Cité pour cette lecture.

Publicités

Une réflexion sur “#146 Les disparues du marais – Elly Griffiths

  1. Pingback: #229 The Janus Stone – Elly Griffiths | Je lis et je raconte...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s