#169 L’ombre du vent – Carlos Ruiz Zafon

coeur_115

COUP DE CŒUR

ombrevent1

Le résumé…

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile,  » ville des prodiges  » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets enterrés dans l’âme de la ville : L’Ombre du Vent.

ombrevent4

Mon avis…

Ce roman est un fabuleux coup de cœur, l’excitation commençant dans mon esprit dès la lecture du résumé, qui me pousse à acheter et à attendre avec impatience ce livre avec en tête l’évidence qu’il changera quelque chose en moi. Et ce sentiment n’était pas trompeur, car réellement Carlos Ruiz Zafon est une découverte immense pour moi, et en particulier ce premier volume du Cimetière des Livres Oubliés, mystérieusement titré L’ombre du vent. Comme tout passionné de lecture, j’ai rêvé dès les premières pages d’avoir moi aussi le droit de rentrer dans un lieu aussi magnifique que ce Cimetière atypique. Et bien que cela restera à tout jamais un rêve, Daniel Sempere m’a tout de même emmené à ses côtés parmi les rayonnages de ces œuvres perdues dans l’histoire de l’humanité.

ombrevent2

L’ombre du vent, dans ce roman, c’est un livre que n’a pas choisi Daniel Sempere, mais qui l’a lui-même choisi. Chaque lecteur a un livre qui l’attend dans le Cimetière des Livres Oubliés (je me torture à imaginer à quoi ressemblerait le mien). Autant dire que le sujet même du livre est déjà révélateur concernant les sensations par lesquelles passe le lecteur au fil des pages… L’auteur a une écriture tout simplement splendide, subtile, qui atteigne comme des flèches le cœur du bibliophile qui a ce chef d’oeuvre entre les mains. La littérature et la vie, dans L’ombre du vent, s’entremêlent et ne font plus qu’une. La fiction s’anime sous nos yeux et parcourt les rues de la belle Barcelone d’une époque révolue et pourtant si proche…

ombrevent3

Pour une première lecture d’auteur espagnol, autant vous dire que je ne suis pas déçue. Carlos Ruiz Zafon utilise toutes les facettes de son écriture qui s’offrent à lui. Il mêle une dynamique policière à de nombreux éléments fantastiques, tout en restant dans un réalisme touchant d’émotions, on a même parfois un peu peur. On passe d’une sensation à l’autre, toujours happé par chaque page qui se dessine sous nos yeux. Avec l’impatience d’une enfant, j’ai voulu finir ce livre à tout prix, au plus vite, tout en voulant ne jamais le quitter… Et en refermant ce roman, j’ai compris qu’en fait ce serait lui qui ne me quitterait jamais… L’ombre du vent fait partie de Daniel Sempere, ce personnage de roman pourtant si réel, et il fait désormais aussi partie de moi.

ombrevent5

Ma note…

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s