#177 D’après une histoire vraie – Delphine de Vigan

vigan1

Le résumé…

« Ce livre est le récit de ma rencontre avec L.
L. est le cauchemar de tout écrivain.Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser.»
Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s’aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d’une époque fascinée par le Vrai.

vigan3

Mon avis…

J’avoue avoir entendu parler de ce roman notamment grâce au prix Renaudot qu’il a remporté cette année… Cette lecture s’inscrivait dans un état d’esprit de lectrice désireuse d’explorer la littérature et ses facettes. En effet, ces derniers temps, j’aime me plonger dans des oeuvres qui réfléchissent le rapport à l’écriture, à la lecture, tout en restant divertissantes et loin des théories, bien que passionnantes, parfois un peu lourdes, des linguistes, sémiologues et autres chercheurs. D’après une histoire vraie est justement le genre de livres qui pousse le lecteur à réfléchir, à grandir dans sa pratique de sa lecture, et ce de façon très douce et progressive, sans même s’en rendre compte en réalité. On se plonge littéralement dans une histoire passionnante, on ne sait absolument pas où elle va nous mener, mais on sait que Delphine de Vigan est là, qu’elle nous accompagne au fil de ce parcours qu’elle a sans doute elle-même déjà suivi… Puis tout doucement les doutes s’éveillent, le mystère est si omniprésent que tout est interrogé, de l’intériorité, du plus intime, au plus vaste et universel : l’humanité elle-même.

vigan2

 On a du mal, au moment de clore le livre, à savoir ce qu’on vient de lire : autobiographie, roman, essai ? Peut-être tout en même temps, d’autant que l’appellation « roman » sur la couverture est là pour nous rappeler que la fiction est là, d’une manière ou d’une autre. Et c’est justement la question de cette présence qui est posée. Les limites entre réel et fiction sont interrogées, leur écho dans l’écriture surtout, la façon dont ils la pénètrent, parfois indépendamment de la volonté de l’auteur (ou de celle du lecteur). Delphine de Vigan explore aussi l’intertextualité, montre la ligne invisible mais pourtant bien présente qui relie notre état d’esprit, notre culture, notre expérience, nos peurs, nos rêves, nos projets, notre inconscient, notre entourage, finalement tout ce qui constitue l’être humain. Cette ligne est le fil conducteur du récit, le moteur de l’écriture, et ce livre est le résultat d’une expérience exceptionnelle pour l’auteure comme pour le lecteur. En effet, tant de romans nous sont passés entre les mains sans que nous nous soyons interrogés sur ce qui se déroulait dans notre esprit à ce moment-là, sans se demander ce que ces lectures devenaient par la suite, ce qu’il en restait, ni même sans chercher à savoir d’où vient cette histoire qui nous touche autant (ou au contraire nous déplaît)…

Delphine de Vigan nous livre ici un texte multiple, à la fois pseudo-autobiographie, thriller psychologique, dont certaines parties nous rappellent les essais sur la littérature qu’on a pu lire ou dont on a entendu parler… On ne peut pas sortir indemne d’une telle lecture car elle parle à toute personne qui côtoie le livre, la littérature, l’écriture… Je ne peux que conseiller ce roman et féliciter son auteure pour les prix qu’elle a reçus, et qu’elle a amplement mérités…

vigan4

Ma note…

.

Publicités

3 réflexions sur “#177 D’après une histoire vraie – Delphine de Vigan

  1. Pingback: Le Dragon Loyalty Award | Sorbet-Kiwi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s