#218 The dog who dared to dream – Sun-Mi Hwang

dog1

Le résumé…

Le personnage principal de ce roman est une chienne nommée Scraggly. Mise à l’écart dès sa naissance à cause de son apparence différente, elle passe la plus grande partie de ses jours dans le jardin rempli de soleil de son propriétaire. Scraggly a des rêves et des aspirations juste comme le reste d’entre nous. Mais chaque hiver, les nuages noirs arrivent et Scraggly fait face à des épreuves qu’elle doit surpasser. Derrière ces nuages et même au-delà du portail du jardin se trouve la possibilité de l’amitié, de la maternité et du bonheur – Scraggly ne rêve que de s’en emparer, de les ramener avec elle dans son jardin pour construire la vie qu’elle désire désespérément. The dog who dared to dream est un conte intelligent sur la relation entre le chien et l’homme, ainsi qu’une célébration de la vie vécue avec courage. Cette œuvre est un classique de Sun-mi Hwang.

dog2

Mon avis…

J’ai trouvé ce petit conte dans un coin de Waterstones. Je ne connaissais pas du tout mais je me suis quand même laissé tenter. Les libraires m’ont dit que j’avais fait un choix excellent, puisqu’un premier livre avait visiblement paru quelques temps avant et avait beaucoup plu… Alors cela m’a conforté et je me suis rapidement lancée dans la lecture, lors d’une journée au calme en Ecosse. Bon, pour être assez claire, l’intrigue – comme vous l’aurez probablement remarqué – est assez simple : un chien rêvasse et ses rêves ne pourront être réalisés qu’en se sauvant de son jardin… mais en y revenant également ! Du coup, forcément, il ne faut pas s’attendre à trois tonnes de rebondissements. L’ensemble est assez sympathique, agréable à lire, mais je m’attendais honnêtement à quelque chose de plus original. J’ai honnêtement été un peu déçue car je pensais que la dimension du rêve serait plus présente. En fait, ce livre nous fait vivre une expérience, puisqu’elle nous met un peu dans la tête du meilleur ami de l’homme, avec toutes les découvertes mais également toute la banalité que cela impose…

dog3

Alors, vous l’aurez compris, Scraggly ne fait pas particulièrement de rêves farfelus, ce sont bien des rêves qu’on peut imaginer dans l’esprit d’un chien… Il est vrai que c’est assez original de centrer un roman sur un animal, en particulier en s’intéressant vraiment à ses pensées, en le faisant personnage principal… Nous suivons son histoire bien avant de suivre celle de son maître… D’ailleurs, j’ai l’impression que l’auteur voulait créer une certaine affection pour le monsieur en question, mais je n’ai pas réussi à m’y attacher… Ce que j’ai trouvé très bien, en revanche, c’est que le récit prenne un peu la forme d’un conte, qu’il nous pousse à réfléchir sur notre animal de compagnie. On ne verra plus jamais notre chien de la même manière ! Cela permet vraiment de rapprocher l’homme de son compagnon… Finalement, le chien est le meilleur ami de l’homme, mais l’inverse est-il vrai ? Ce conte, s’il est enrichissant, est aussi triste… Il y a beaucoup de délicatesse dans l’écriture, renforcée par les illustrations magnifiques, la morale est très sympathique, fait sourire, et nous permet ainsi de ravaler les petites larmes susceptibles de couler… Je vous conseille fortement ce livre si vous avez un chien, si vous voulez découvrir un conte qui est un classique méconnu en France, mais aussi si vous voulez travailler votre anglais comme je l’ai fait, car la traduction est très accessible !

dog4

Ma note…

.

lecture en anglais logo

Niveau de lecture : Facile

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s