#289 Ragdoll – Daniel Cole

ragdoll

Le résumé…

Votre nom figure sur la liste du tueur. La date de votre mort aussi…
Un « cadavre » recomposé à partir de six victimes démembrées et assemblées par des points de suture a été découvert par la police. La presse l’a aussitôt baptisé Ragdoll, la poupée de chiffon.
Tout juste réintégré à la Metropolitan Police de Londres, l’inspecteur « Wolf » Fawkes dirige l’enquête sur cette effroyable affaire, assisté par son ancienne coéquipière, l’inspecteur Baxter.
Chaque minute compte, d’autant que le tueur s’amuse à narguer les forces de l’ordre : il a diffusé une liste de six personnes, assortie des dates auxquelles il a prévu de les assassiner.
Le dernier nom est celui de Wolf.

Résultat de recherche d'images pour "daniel cole ragdoll"

Mon avis…

Un bon roman policier qu’on commence et qu’on ne peut alors plus lâcher ? Oui, Ragdoll en est un ! Le titre, intrigant s’il en est, laisse avant tout présager du mystère. Une « poupée de chiffon », drôle de façon de nommer l’horreur à laquelle sont confrontés les enquêteurs dans ce roman. Une mise en scène à la Hannibal – je pense surtout à l’esthétique très poussée de la série TV – et le malaise qui va avec ! En même temps, une atmosphère proche des romans de Sire Cédric, en particulier son dernier (Du feu de l’enfer). Et des enquêteurs à forte personnalité comme savent le faire les britanniques (pour n’en citer que quelques-uns : Elly Griffiths et Tania Carver). Ce que j’ai aimé en particulier dans ce livre, c’est la psychologie complexe des personnages, qu’ils soient les policiers, les enquêteurs, les potentielles victimes, les journalistes… Daniel Cole rend compte de tout un monde, de toute la progression de l’enquête, de ses aléas. Il montre avec beaucoup de précision les obstacles auxquels font face les enquêteurs, en particulier l’acharnement des médias à divulguer des informations même sensibles… Le tout avec l’ombre d’un tueur omniscient et on ne peut plus mystérieux, dont l’identité ne sera jamais soupçonnée. Daniel Cole sait maintenir le suspense tout en offrant une histoire riche en détails. Tous les personnages ont leur part d’obscurité et de mystère. En particulier Wolf, bien sûr, à la fois enquêteur et victime, avec un passé sombre et pesant (en même temps, on n’attendrait pas mieux d’un personnage qui s’appelle Fawkes… comme Guy Fawkes). Mais j’avoue avoir beaucoup aimé Baxter, pour son caractère. Elle mène la barque du début à la fin, représente une forme de stabilité dans la tempête, tout en semblant capable de tout. A noter également, la grande subtilité dont fait preuve Daniel Cole : pas de massacres gratuits, de scènes qui donnent la nausée, de voyeurisme malsain… Tout est précis, calculé, mesuré, un travail de maître. En bref, Ragdoll, c’est un roman complètement addictif, qui empêche de dormir tant qu’on ne l’a pas fini. Il nous plonge dans un univers à la fois réaliste et fantasmatique, particulièrement sombre et angoissant, tout en étant ancré dans un contexte connu. Un excellentissime roman policier à lire tranquille, entre deux cours, à la pause repas, le soir dans son lit, dans le train ou dans l’avion, sur la plage, en terrasse, partout !

« Si vous avez aimé SEVEN , vous adorerez Ragdoll » (MJ Arlidge, auteur d’Am Stram Gram) et j’approuve !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s