#396 Cris – Laurent Gaudé

cris-1086682.jpg

Le résumé…

Ils se nomment Marius, Boris, Ripoll, Rénier, Barboni ou M’Bossolo. Dans les tranchées où ils se terrent, dans les boyaux d’où ils s’élancent selon le flux et le reflux des assauts, ils partagent l’insoutenable fraternité de la guerre de 1914. Loin devant eux, un gazé agonise. Plus loin encore, retentit l’horrible cri de ce soldat fou qu’ils imaginent perdu entre les deux lignes du front,  » l’homme-cochon « . A l’arrière, Jules, le permissionnaire, s’éloigne vers la vie normale, mais les voix de ses compagnons d’armes le poursuivent avec acharnement. Elles s’élèvent comme un chant, comme un mémorial de douleur et de tragique solidarité.

« Je garde la tête baissée. Je ne veux pas qu’ils me voient. Je ne veux pas leur laisser voir ce que sera leur visage épuisé. Je suis le vieillard de la guerre. »

Mon avis…

Aujourd’hui, je vous parle d’un livre que j’ai lu et relu plusieurs fois maintenant, et que je ne vous ai pourtant jamais présenté sur le blog… Il s’agit du premier roman d’un auteur que vous connaissez peut-être, j’ai nommé : Laurent Gaudé. Il a notamment publié La Mort du roi Tsongor, ou encore Le Soleil des Scorta, respectivement prix Goncourt des lycéens 2002 et prix Goncourt 2004. Avant d’écrire Cris, Laurent Gaudé était auteur de pièces de théâtre, et on retrouve cette influence dans le roman car il se compose d’une succession de petits monologues intérieurs de nombreux personnages. Il y a d’abord Jules, qui ouvre et clôt chaque chapitre (il y a en tout cinq sections dans ce roman, comme les cinq actes d’une tragédie). Jules quitte le front pour partir en permission, il s’éloigne de ses camarades mais leur souffrance ne le quitte pas. Plus il prend ses distances physiquement, plus l’idée de véhiculer la parole des soldats auprès du reste du pays s’impose à lui. Il y a aussi le gazé, dont on ignore l’identité, qui agonise quelque part entre le front allemand et le front français. Il y a Marius et Boris, qui s’aventurent à la poursuite du mystérieux « homme-cochon », cette créature mi-humaine mi-animale qui pousse des cris terribles dans le no man’s land. J’ai personnellement toujours été fascinée par ce personnage d’homme-cochon, qui est porteur d’une valeur allégorique certaine, représentant notamment la guerre et la destruction. Il y a également le Lieutenant Rénier, incarnation de l’homme du siècle passé, qui voit la guerre moderne détruire tout ce qu’il pensait savoir. Laurent Gaudé introduit aussi un personnage de médecin, qui regarde avec dépit et désespoir les blessés affluer, tout en étant conscient qu’il se bat contre une force bien plus grande que lui : la mort. Il y a aussi Ripoll, Dermoncourt, Messard et Castellac, qui appartiennent à la relève et connaissent les combats en première ligne. Sans oublier leur camarade Barboni, qui est touché par la folie et perd toute son humanité dans la bataille. Enfin, last but not least, M’Bossolo, un soldat venu d’ailleurs, plus exactement un tirailleur sénégalais, qui apparaît à la fin du roman et ramène avec lui l’espoir.

« Je ne pensais pas que la mort pouvait avoir le visage d’un gamin de dix-huit ans. Ce gamin-là, avec ses yeux clairs et son nez d’enfant, c’était ma mort. »

Vous le voyez, c’est une importante galerie de personnages que nous propose de découvrir Laurent Gaudé qui, dans son roman, développe toute une déclinaison de cris. Cris d’espoir, cris d’horreur, cris de folie, cris de souffrance, cris de lamentation, cris de charge au combat… En se mettant dans l’esprit de tous ces soldats si différents, il nous propose une multitude de perceptions de l’événement et redonne toute son humanité à la guerre, tout en montrant sa sauvagerie la plus terrible. C’est un roman très original et absolument fascinant que Cris. Pour tout vous dire, j’ai décidé de mettre ce livre au programme de mon cours sur la littérature de guerre. J’enseigne à l’université à partir de l’année prochaine et je me suis dit que ce roman s’intégrerait parfaitement dans un enseignement qui proposerait de réfléchir au retour du thème de la Grande Guerre dans la littérature contemporaine, que vous avez forcément remarqué, avec des livres comme Au revoir là-haut (Pierre Lemaitre), La chambre des officiers (Marc Dugain), Un long dimanche de fiançailles (Sébastien Japrisot), Les fleurs d’hiver (Angélique Villeneuve), Frère d’âme (David Diop), et j’en passe de nombreux… Cela permet de questionner beaucoup de notions : mémoire, filiation, héritageCris est aussi un livre très court qui, dans sa forme, est vraiment accessible pour un public assez jeune. Je ne connais personne ayant lu ce livre qui ne l’a pas aimé ! C’est une bonne entrée dans l’œuvre de Laurent Gaudé mais aussi un bon moyen de découvrir la Première Guerre mondiale.

« Fusils cassés, cadavres, planches de bois, fils de barbelés, nous foulons les excréments de la guerre. »

Carte d’identité du livre

Titre : Cris
Auteur : Laurent Gaudé
Éditeur : Livre de Poche
Date de parution : 19 octobre 2005

5 étoiles

9 réflexions sur “#396 Cris – Laurent Gaudé

    • Merci pour ce commentaire 😁 J’espère vraiment que tu aimeras ! C’est un écrivain contemporain vraiment incontournable aujourd’hui je pense, et qui commence déjà à intégrer les études littéraires !

    • C’est vrai que c’est un des rares livres que j’ai lu plusieurs fois et qui me plaît toujours autant, voire plus ! Je te le conseille vraiment ! Il se lit très vite et c’est une expérience assez originale et exceptionnelle !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s