#268 Gioconda – Nìkos Kokàntzis

Le résumé… 

La libraire Marie-Jo Sotto-Battesti (librairie Goulard, Aix-en-Provence), en quatrième de couverture de ce livre, le résume ainsi : « Gioconda est un de ces “petits” livres que l’on n’oublie pas de sitôt. Dans la Grèce de la Seconde Guerre mondiale, deux adolescents vont découvrir la magie du désir et de l’amour. La tourmente de la guerre emportera cet amour mais ce livre nous le restitue avec une force, une vérité extraordinaires et nous gardons longtemps au cœur sa lumière. »

Résultat de recherche d'images pour "thessalonique plage"

Mon avis…

Ce livre, bien que court, petit par son format, est un très grand livre, et surtout un témoignage émouvant. Avant d’en tourner la première page, on ne s’attend pas un tel choc. J’ai été très touchée par cette lecture, d’une sensibilité folle. L’auteur y raconte une période de sa vie, celle qu’il a partagée avec Gioconda, une jeune femme pleine de vie, aimée et amoureuse. Il narre leurs premiers sentiments, leurs premiers ébats, leurs joies et leurs peurs. Dans ce livre, les mots révèlent une sensualité acharnée. La tendresse, la soif de vivre, la chaleur du soleil et des corps, les battements des cœurs, tout transparaît. Ce témoignage n’est pas tant un récit sur la guerre qu’un véritable hymne à la vie et à l’amour. C’est un texte magnifique que l’auteur nous offre, en rendant hommage à la première femme qu’il a aimée avec une intensité vibrante. Gioconda est probablement un des livres les plus beaux que j’ai eu l’occasion de lire. Il nous happe, nous éprouve et nous émeut. Nìkos Kokàntzis voulait offrir un monument de mots à une jeune fille qu’il n’a jamais pu oublier, partie trop tôt à cause de la folie des hommes, et c’est magnifiquement réussi. Un livre plein de pudeur, entre rêve et réalité, à la fois nécessaire, lumineux, marquant, bouleversant, apaisant et vivant.

coeur_115

Coup de cœur 

 

Publicités

#243 Pourquoi pars-tu, Alice ? – Nathalie Roy

gr_9782764812105

Le résumé…

Alice Dansereau, quarante-trois ans, en fait trop pour tout le monde : épouse attentionnée, mère exemplaire, bénévole impliquée, enseignante dévouée, gestionnaire de la maisonnée, coursière, chauffeuse de taxi, etc. Lorsque son conjoint annule à la dernière minute leur voyage d’amoureux, elle prend une décision qu’elle n’aurait jamais cru pouvoir assumer : tout laisser derrière pour s’offrir un moment à elle. Avec pour seul bagage sa carte de crédit, ses lunettes de soleil et son cellulaire, elle s’enfuit sur le scooter de sa fille.

Combien de temps sera-t-elle absente? Jusqu’où ira-t-elle? Elle l’ignore pour l’instant, mais en traversant le pont Pierre-Laporte en direction de la route 132 Est, elle sait qu’elle devra faire le point sur sa vie et sur son avenir. Des centaines de kilomètres plus loin, et au fil de rencontres inattendues, Alice réalise qu’elle s’est longtemps oubliée. Elle se découvre passionnée, un peu rebelle, et aura envie d’exploser. Cet été sur la route changera sa vie à jamais.

ff805c1c-ecdf-4008-83e4-e411839e75e5_JDX-2x1_WEB

Mon avis…

Nathalie Roy, que j’ai connue grâce à ses aventures de Charlotte Lavigne (chronique du tome 1 ici), nous propose ici un roman feel good, dans la lignée de ce à quoi elle nous a habitués. Alice, quadragénaire et mère de famille, décide subitement de partir en road trip, laissant derrière elle sa vie bien rangée. Ce qui est d’abord un coup de tête devient l’occasion de s’interroger sur sa relation avec son compagnon, sur le rapport qu’elle entretient avec ses enfants, mais surtout sur elle-même. Après avoir vécu pour les autres avant tout, elle prend la décision de vivre pour elle. Et ce n’est pas si simple… Sur sa route, de nombreuses rencontres lui permettront de prendre progressivement un nouveau départ. Nathalie Roy dresse le portrait d’une femme de caractère qui, comme beaucoup, s’est perdue elle-même dans sa vie de famille, s’est oubliée. Elle lui propose dans cette aventure de renouer avec ses désirs propres, ses envies, son identité, sa vie de femme…

Portée par le charme du Canada, cette histoire drôle et prenante nous entraîne sur les routes, nous amène à nous questionner avec légèreté sur les choix que l’on fait, ou qu’au contraire l’on ne fait pas. C’est un voyage rafraichissant, dépaysant, plein de couleurs et au bon goût de liberté. Au fond, Nathalie Roy nous offre l’occasion de réfléchir sur le bonheur : qu’est-ce que c’est, finalement ? quand est-on satisfait de la vie que l’on a eu ? est-ce si mauvais de faire des folies ? ce qui apparaît comme une mauvaise décision l’est-elle vraiment ? se connait-on soi-même, en vérité ? Mais, dans ce roman, pas de prise de tête pour autant. C’est de la chick-lit comme on les aime, un livre simple et efficace, que l’on bouquine en vacances, avec un bon verre de vin ou un cocktail à la main, en terrasse ou sur la plage… C’est un rendez-vous entre femmes, entre une auteure et ses lectrices, entre des esprits… Et, au final, on se demande si le bonheur, ce n’est pas tout simplement un bon livre ?

Et aussi…

Retrouvez les images et le récit de ma rencontre avec Nathalie Roy, son interview en 5 questions, ainsi que la chronique de son roman Ça peut pas être pire !

P13500652

Nathalie Roy en visite à Amiens, photo de Juliette S. pour jelisetjeraconte.wordpress.com

#238 The Choice – Valerie Mendes

coeur_115Coup de cœur

thechoice

Le résumé…

« Find Moira for me. Tell her I’m sorry ». These are Walter Drummond’s dying words to his daughter, Eleanor, on his deathbed in Woodstock in January 1936. Eleanor has never heard the name Moira before, and she dare not even say it to her mother. Yet she becomes haunted by the mysterious woman who consumed her darling Daddy’s thoughts in his final hours. Who on earth was Moira? How strong a hold did she have over Walter Drummond? And why? So begins Eleanor’s quest to uncover the truth about her father and his past. What starts as a promise becomes an obsession, and in Eleanor s determination to find Moira, she discovers things about her father she would much rather never have known. It is a journey that takes her to Cornwall, to a tiny artist’s cottage by the sea, to a passionate first love affair and the discovery of a devastating secret. « The Choice », set in 1936 when Edward VIII abandoned throne and empire to marry Wallis Simpson, is a gripping family saga from the author of the best-selling « Larkswood ». Once you have opened it, you will not be able to put it down.

Mon avis…

Attention chers lecteurs et chères lectrices, ce roman n’est pas (encore) traduit en français, mais j’espère qu’il le sera un jour. Ma sœur me l’a offert à l’occasion d’un séjour chez elle près d’Oxford. Ce roman se déroule en effet dans cette région de l’Oxfordshire, dans laquelle vit également l’auteure. Je tiens à dire que le résumé, bien qu’intrigant, n’arrive pas à la hauteur du livre. Honnêtement, il s’agit d’un des meilleurs romans que j’ai lu dernièrement. Cela faisait un moment que je n’avais pas lu un livre qui m’avait rendue complètement accro. Vous savez, ce livre qui donne le sentiment qu’il est vital pour nous de le finir, qu’on ne trouvera pas le sommeil avant de l’avoir lu… Et bien, celui-ci en est un. L’histoire est extrêmement surprenante, jusqu’à la dernière page. L’auteure nous accroche, nous fait pénétrer dans une histoire de famille mystérieuse, peuplée de secrets. Les personnages, attachants, se révèlent tous progressivement, tant au lecteur qu’à eux-mêmes. Cette lecture est un véritable voyage dans la psychologie humaine.

J’ai aussi aimé ce roman pour sa dimension féministe. En effet, en plus d’une histoire tout simplement passionnante et addictive, l’auteure nous montre la force des femmes, leur complexité, nous dessine leur place dans la société anglaise au XXe siècle. Aujourd’hui, il nous paraît de plus en plus difficile d’imaginer un monde où une femme ne se définirait que par son rapport à l’homme, par son statut d’épouse… Pourtant, il ne faut pas remonter très loin dans le temps pour approcher cette facette de la société patriarcale dans laquelle nous évoluons toujours. Valerie Mendes nous offre un petit rappel de ce que nous avons gagné depuis quelques décennies, tout en dessinant la violence quotidienne d’un monde qui n’est pas si éloigné. J’ai aimé la profondeur surprenante de ce roman, son potentiel. Il s’agit à la fois du déroulement d’une enquête pour trouver la fameuse Moira et décrypter le passé d’une famille, d’histoires d’amour loin d’être banales, et d’une fresque sociale riche en réflexions. Je conseille vivement ce roman à tous ceux et toutes celles qui s’intéressent à ces aspects, qui veulent découvrir une auteure anglaise prometteuse, et peut-être réclamer, avec moi, sa traduction en France !

lecture en anglais logo

#227 Illettré – Cécile Ladjali

Coup de coeur

coeur_115

illettré1

Le résumé…

Illettré raconte l’histoire de Léo, vingt ans, discret jeune homme de la cité Gagarine, porte de Saint-Ouen, qui chaque matin pointe à l’usine et s’installe devant sa presse ou son massicot. Dans le vacarme de l’atelier d’imprimerie, toute la journée défilent des lettres que Léo identifie vaguement à leur forme. Elevé par une grand-mère analphabète, qui a inconsciemment maintenu au-dessus de lui la chape de plomb de l’ignorance, il a quitté le collège à treize ans, régressé et vite oublié les rudiments appris à l’école. Puis les choses écrites lui sont devenues peu à peu de menaçantes énigmes. Désormais, sa vie d’adulte est entravée par cette tare invisible qui grippe tant ses sentiments que ses actes et l’oblige à tromper les apparences, notamment face à sa jolie voisine, Sibylle, l’infirmière venue le soigner après un accident. Réapprendre à lire ? Renouer avec les mots ? En lui et autour de lui la bonne volonté est sensible, mais la tâche est ardue et l’incapacité de Léo renvoie vite chacun à la réalité de ses manques : le ciel semble se refermer lentement devant celui que les signes fuient et que l’humanité des autres ignore.

illettré4

Mon avis…

Voici mon gros coup de cœur du moment, enfin un d’entre eux en tout cas… J’ai entendu parler de ce livre pour la première fois il y a un moment dans La Grande Librairie. Cécile Ladjali m’avait totalement séduite en parlant de son livre, on sentait une profonde envie et une belle honnêteté, un projet magnifique. J’ai mis un peu de temps à pouvoir lire ce roman et, malgré ma très bonne impression lors de la diffusion de l’émission, je ne m’attendais pas à aimer autant ! Comment dire ? J’ai été surprise… L’écriture est magistrale, les mots choisis apportent une dimension poétique vraiment fabuleuse, tandis que la perception du monde qu’a Léo est d’une beauté indicible. Ce livre est le fruit d’un pari immense : faire comprendre à des lecteurs, et donc des personnes « lettrées », ce que c’est d’être illettré, et tout ça avec une narration riche en vocabulaire et en poésie. Un pari fou ? Oui, sûrement, mais un pari réussi ! Rarement un livre ne m’a arraché autant de larmes et de sourires à la fois…

illettré2

Léo est probablement un des personnages dont j’ai lu l’histoire qui me marquera le plus dans ma vie, j’en suis presque sûre. Illettré est un roman bouleversant, qui fait voir le monde de façon totalement différente… Les personnages, peu nombreux, sont vraiment très très attachants, et l’auteure sait nous mener là où elle veut, là où une telle histoire mène forcément… Cette lecture est un véritable électrochoc dont on sort changé, elle ne peut pas laisser indifférent. J’avoue que c’est très difficile de parler de ce livre, Cécile Ladjali a tellement bien choisi ses mots, les a parfaitement dosés, alors je ne pourrais pas vous dire les choses aussi bien qu’elle. Vraiment, si vous cherchez un livre à lire à tout prix, c’est celui-là. Il a tout pour lui : une écriture fabuleuse, une poésie merveilleuse, des personnages envoûtants, une histoire émouvante… Il n’y a pas vraiment de morale dans ce roman, c’est à vous de la découvrir, à vous d’en tirer quelque chose, à vous de transformer cette splendide expérience de lecture en autre chose… N’hésitez pas, vous avez la chance de pouvoir lire et comprendre ce livre, ce chef d’œuvre.

illettré5

Ma note…

.

.

#225 Beaucoup de bruit pour rien – William Shakespeare

shakespeare4

Le résumé…

Entre une cérémonie de noces brutalement interrompue et un mariage unissant deux êtres connus pour se haïr, Beaucoup de bruit pour rien nous rappelle que l’amour ne suit jamais un cours régulier. Étincelante et jubilatoire, cette comédie romantique n’en repose pas moins sur un constat amer : tout n’est que vanité et aimer, c’est d’abord s’éprendre de soi-même, pour le meilleur et pour le pire.

shakespeare3

Mon avis…

J’ai totalement découvert cette pièce de Shakespeare cet été, je ne la connaissais pas et, à la lecture de la préface, j’ai vite compris qu’elle était considérée par beaucoup de critiques comme une sorte de désastre… le raté de Shakespeare dirons-nous, et tous les grands auteurs en ont un… A priori, donc, je partais dans ma lecture avec quelques doutes, mais je me suis très vite sentie happée par l’histoire, bien qu’elle soit peu réaliste, il est vrai… Dans l’ensemble, j’ai aimé les touches d’humour disséminées par l’auteur, et j’ai beaucoup aimé la mise en abyme théâtrale. En effet, les personnages eux-mêmes jouent des rôles, mettent en scène des situations pour piéger les autres, etc. Et même si cela est assez répétitif, l’effet escompté est concluant et j’ai beaucoup souri. Je pense que cette pièce a l’avantage d’être assez proche des sentiments communs, ce qui pouvait semblait un peu trivial pour les critiques, mais qui me semble plutôt séduisant. Les différentes morales qu’on peut tirer de l’histoire sont d’ailleurs plutôt remarquables et très sensées.

shakespeare5

Il est vrai que l’on ne se trouve pas face à un chef-d’œuvre, mais il faut aussi relativiser et se dire que, parfois, une lecture agréable est déjà une très bonne chose ! Et c’est ce que j’ai trouvé dans Beaucoup de bruit pour rien. Si certains personnages sont plus attachants que d’autres, j’ai cependant remarqué que certains étaient assez schématiques, ce qui est dommage mais qui est en même temps compréhensible à la vue de la forme du texte. Au théâtre, on a peu de temps pour explorer l’intériorité des personnages, d’autant que nous n’avons que leurs paroles et non leurs pensées, ce qui peut expliquer ce choix. Je n’ai pas toujours retrouvé la virtuosité de Shakespeare, comme dans Hamlet ou Macbeth, mais j’ai passé un bon moment, et cela m’a changé des tragédies. Pour une fois, j’ai pu lire une comédie romantique du grand dramaturge anglais, et je ne le regrette pas car j’ai désormais l’impression d’avoir une vue plus panoramique de son œuvre. Je vous conseille donc Beaucoup de bruit pour rien si vous voulez voir l’autre côté de l’œuvre shakespearienne, le côté un peu oublié, mis de côté…

shakespeare2

Ma note…

.

.

#222 Le blé en herbe – Colette

blé1

Le résumé…

« Toute leur enfance les a unis, l’adolescence les sépare. » Phil, 16 ans, et Vinca, 15 ans, amis de toujours, passent tous leurs étés en Bretagne. Tout naturellement, l’amour s’installe entre ces deux complices inséparables, un amour qui grandit plus vite qu’eux. Et cet été-là, Vinca et Phil découvrent leurs différences et leurs incompréhensions. L’insouciance et la confiance font alors place à la souffrance et à la trahison. Ces amours adolescentes révèlent à Vinca et à Phil ce qu’ils sont désormais et ne seront jamais plus. Et ces vacances s’achèvent sur un adieu à l’enfance, amer et nostalgique.

blé4

Mon avis…

La liste de lectures pour ma nouvelle année de licence a été publiée à la fin du mois de juillet, et sur ce document se trouvait notamment Le blé en herbe de Colette que j’avais, comme par hasard, emmené dans ma valise en Ecosse. Je comptais le lire depuis un moment après l’avoir trouvé dans le grenier chez mes parents… Une édition plutôt ancienne, en somme ! Je n’avais jamais lu d’œuvre de Colette jusqu’ici, mais j’en avais entendu parler lors d’une conférence à Amiens, avec des intervenants de plusieurs pays. La personne ayant abordé l’œuvre de Colette le faisait dans le cadre d’une présentation sur les romans de jeunesse. Le blé en herbe, c’est exactement ça, une œuvre qui raconte l’enfance d’une jeune fille et d’un jeune homme, grandissant tous deux au fil des étés, avec l’évidence qu’ils sont faits pour être ensemble. Pourtant, l’adolescence est le temps des doutes, de la construction de soi-même, des découvertes, des premières fois… Phil n’est plus l’enfant qu’il était, il devient un homme, et veut explorer le monde qui s’ouvre à lui, sans attendre Vinca qui, elle, s’accroche à la Bretagne, au monde de son enfance, à son insouciance…

blé3

Le blé en herbe va nous montrer la destruction de cette insouciance. L’adolescence prend le pas sur l’enfance, remplaçant l’innocence par le désir, la culpabilité, et tellement d’autres sentiments nouveaux. L’amour qui alors leur semblait évident semble tout à coup basculer et se transformer… Car il y a une autre femme, une vraie femme. Pour Phil, elle est si différente de Vinca, celle qui restera toujours l’enfant qu’il a connu. Alors je me suis retrouvée plongée, comme tellement de lecteurs avant moi, dans une seconde adolescence. J’ai redécouvert ces sentiments que j’ai moi aussi ressenti, avec beaucoup de plaisir et d’émotions. Si le roman est plutôt court, cependant, il est pourtant assez ennuyant, parfois. Il y a certaines longueurs, et parfois on peut se sentir un peu agacée de l’obstination de Vinca à rester dans l’enfance, tout comme celle de Phil à rentrer dans l’âge adulte. Dans l’ensemble, malgré cela, j’ai passé une bonne lecture, qui m’a assez marquée, avec une écriture toute en simplicité, ce qui est très appréciable. On retrouve dans Le blé en herbe le talent indéniable de Colette pour exprimer simplement les sentiments les plus complexes… Je vous le conseille vraiment car c’est un roman qui peut se lire à n’importe quel âge, se savourer, nous rappeler de belles choses, nous émouvoir… Allez, lancez-vous dans ce classique qui, contrairement à d’autres, ne vous prendra pas la tête !

blé2

Ma note…

.

.

#209 Ça peut pas être pire – Nathalie Roy

roy1

Le résumé…

Que faire quand on perd son emploi et que, le même jour, en pleine canicule, notre frigo et notre ventilateur nous lâchent ? On quitte notre 3 1/2, on se loue un chalet près du lac Memphrémagog et on vit un été pas comme les autres !

roy2

Mon avis…

Les vacances en Ecosse, on a beau dire, ce n’est pas l’idéal pour avoir du beau temps… Alors j’avais besoin d’un peu de soleil dans mon quotidien ! Je me suis donc tournée vers mon grand amour de la chick-lit… Nathalie Roy évidemment. Vous vous souvenez peut-être qu’elle avait évoqué, lors de notre rencontre à Amiens, un roman unique, ce qui changerait des séries à plusieurs tomes auxquelles elle était habituée. Et bien, en voici un, justement. Le personnage principal est une jeune femme un peu ronde, mais elle est bien loin de rester discrètement dans son coin, honteuse, timide… Non, c’est une femme qui s’affirme, qui en fait même parfois un peu trop. Elle a sa propre boutique, un petit appartement à Montréal, des amies… Mais il lui manque quelque chose. Vous l’avez toutes deviné, il s’agit du grand amour. Pourtant, ce n’est pas pour le chercher qu’elle décide de partir en vacances au bord du lac de son enfance. Elle a besoin d’un break : elle a perdu son job, son appartement est devenu un enfer… Elle espère donc y prendre un bon bol d’air pour repartir d’un bon pied, mais tout ne se passera pas comme prévu !

Lac Memphrémagog

Comme toujours, avec Nathalie Roy, il y a de l’humour, beaucoup d’humour. J’ai retrouvé tout le charme du premier tome des aventures de Charlotte Lavigne, que j’avais adoré ! Il y a d’ailleurs quelques références à ses précédents romans, des petits clins d’œil pour les fans de cette auteure. Ce livre, je l’ai trouvé très généreux. J’ai éprouvé beaucoup de plaisir à sa lecture, car je me suis très très vite attachée à Valéry, un personnage tout en subtilité (alors qu’il y avait la possibilité de tomber dans le cliché, comme souvent avec des personnages « gros »). Je me suis même identifiée à elle sur certains points, elle est devenue au fil de la lecture comme une bonne copine. Souvent, je regrette que la chick-lit nous présente des personnages un peu irréalistes… Je ne l’ai pas du tout ressenti dans ce roman. On pourrait tout à fait croiser une Valéry dans la rue, ou même en connaître une dans notre entourage, sans problème. J’ai donc été emportée par la plume vive et généreuse de Nathalie Roy, qui m’a emmenée avec elle dans une aventure à laquelle je ne m’attendais pas. Tout en gardant des petits éléments qui ont fait le charme de Charlotte Lavigne et Juliette Gagnon, l’auteure nous propose de suivre un personnage nouveau, de lui faire vivre un été hors du commun, tout en nous chuchotant : « regardez, elle fait les mêmes gaffes que nous toutes », « elle est comme nous, après tout »… C’est vraiment ça que j’ai aimé : le naturel et l’authenticité de Valéry et de son histoire.

roy4

Ça peut pas être pire, c’est un peu l’histoire de toutes les filles un peu paumées… On se dit qu’on va aller prendre l’air quelque part, se ressourcer, que ça va nous donner des idées. En général, on a un peu trop espéré, mais finalement le voyage apporte toujours de bonnes choses. Ce roman m’a fait penser au film The Holiday, qui raconte également l’histoire de deux femmes qui décident de quitter leur vie pendant deux semaines, pour prendre un nouveau départ. La révélation de Valéry sera française. Je ne vous en dis pas plus… J’ai beaucoup apprécié, en tant que lectrice française, de percevoir l’hommage que nous rend Nathalie Roy dans ce roman. Ecrit après les attentats du 13 novembre, le livre est marqué par le désir de raconter une belle histoire, de nous offrir une échappatoire, de montrer sans quitter le Québec que la France est toujours là dans le cœur de l’auteure. J’ai eu la sensation, par quelques petits détails disséminés dans le livre, que Nathalie cherchait à me dire qu’elle était là, présente pour nous même dans les pires moments… On se dit que « ça peut pas être pire », et finalement quelqu’un arrive à nous faire sourire, à nous faire rire, et la vie reprend. Je souhaite donc vraiment remercier cette femme fantastique qui offre aujourd’hui à ses lecteurs un roman des plus divertissants. J’étais en train de le lire au moment où j’ai appris l’attaque du 14 juillet à Nice et les mots de ce roman sont parvenus à m’emmener ailleurs, à me faire rêver. Alors, je conseille à toutes ce nouveau roman plein de gourmandise, de générosité, d’humour, de songe, de facéties…  Encore une fois, Nathalie me ravit.

roy3

Ma note…

.

#202 Le cœur d’Angeliki – Victoria Hislop

Afficher l'image d'origine

Le résumé…

À vingt-neuf ans, Angeliki n’est toujours pas mariée, contrairement aux autres jeunes filles de son village, ce qui agace prodigieusement sa mère. Dans le zacharoplasteion familial, les deux femmes pétrissent le pain et préparent de délicieux biscuits de carême, des brioches de Pâques, des beignets au miel… Plus jolie que toutes les autres jeunes filles, plus douce qu’un baklava, Angeliki a de surcroît le talent merveilleux de créer de délicats animaux en pâte d’amande. Pourtant, elle s’obstine à repousser toutes les avances qu’on lui fait. Le cœur d’Angeliki se réveillera-t-il un jour ?

Afficher l'image d'origine

Mon avis…

Je ne connaissais Victoria Hislop que de nom. Vous savez peut-être que la romance n’est pas le genre qui remporte ma préférence. Pourtant, il m’arrive d’en lire et d’en apprécier même si je déplore que les romances se ressemblent souvent toutes… Je m’intéresse à Victoria Hislop depuis que je suis à la recherche de livres susceptibles de plaire à ma mère, qui aime les romances, le soleil, mais pas les histoires trop dramatiques. Pour me donner une idée du style de l’auteure, je me suis tournée vers une solution, j’ai nommé : les nouvelles. Je me suis donc lancée dans Le coeur d’Angeliki, que j’ai pu avoir gratuitement en numérique sur decitre.fr (voir lien en bas de la chronique). Si l’écriture ne m’a pas semblé d’une qualité littéraire remarquable, je note cependant que l’auteure a suffisamment de maîtrise pour créer en seulement quelques lignes une ambiance ensoleillée et colorée. Elle parvient à nous attacher à Angeliki le temps de cette petite nouvelle, ce qui est, je pense, à souligner. L’histoire, très courte, se passe en Grèce, donc on est dans une atmosphère très chaude et estivale. De plus, Angeliki travaille dans la pâtisserie familiale, ce qui ajoute une touche de gourmandise à l’ensemble. Victoria Hislop a su réunir les ingrédients idéaux pour faire de la lecture de cette nouvelle un moment agréable. Ce texte m’a permis de me donner une idée de l’écriture de l’auteure et de ses capacités à accrocher le lecteur. Je dois vraiment dire que je suis assez admirative car l’ensemble est très charmant, très bien mené, marqué par la douceur. C’est une nouvelle qui se lit extrêmement vite mais laisse une lueur dans l’esprit après la lecture. Cela m’a convaincue de proposer un roman de Victoria Hislop à ma maman qui, à mon avis, ne sera pas déçue si ses livres bénéficient de la même écriture que Le coeur d’Angeliki.

Afficher l'image d'origine

Victoria Hislop, auteure de la nouvelle « Le cœur d’Angeliki » et d’autres romances ensoleillées…

Ma note…

.

RETROUVEZ CETTE NOUVELLE GRATUITEMENT EN FORMAT EPUB SUR DECITRE.FR

#189 En attendant Bojangles – Olivier Bourdeaut

En attendant Bojangles

Le résumé…

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.
Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.
L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.

– Vous jurez devant tous les anges que vous me suivrez partout, vraiment partout ?

– Oui, partout, vraiment partout !

Afficher l'image d'origine

Mon avis…

Avant toute chose, écoutez la chanson de Nina Simone intitulée Mr. Bojangles… Vous aurez un magnifique aperçu de tout l’univers du roman, de l’atmosphère que crée Olivier Bourdeaut au fil des pages… On se retrouve dans quelques minutes, à moins que vous préfériez lire cette chronique accompagné de cette magnifique musique… Je ne sais même pas si mes mots parviendront mieux que cette chanson à vous attirer vers En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut !

Comme Nina Simone, l’auteur veut emporter notre âme dans d’autres lieux, d’autres univers… Ailleurs, dans un monde différent du nôtre, tout en y restant pourtant. Je vous explique : la mère, dans ce roman, est hors du temps, hors du quotidien que nous connaissons tous, hors de la « réalité », dirons-nous… mais elle a ce à quoi n’importe qui d’entre nous rêve : l’inconscience, la liberté, la joie la plus totale, la plus épanouissante… Elle a la vie de son côté. Et pourtant, cette douce folie qui l’anime va bouleverser sa vie, celle de sa famille, mais tout en douceur…

Afficher l'image d'origine

Olivier Bourdeaut nous enivre, nous fait danser d’une émotion à l’autre, du sourire aux larmes douces… Il nous emporte dans cette délicate folie qui fait tout le roman… J’ai aimé la mélodie des mots, les homéotéleutes nombreuses (derrière ce mot barbare se cache une figure de style très simple : de jolies rimes internes aux phrases…), nous avons ainsi un rythme extraordinaire, comme une danse qui nous emporte, nous ravit (dans tous les sens du terme), jusqu’à l’apothéose finale à la fois tragique et délicate.

Oui, c’est un premier roman, mais c’est un grand roman. On ne peut pas trouver meilleur commencement à une carrière d’écrivain, et comment douter que le prochain roman sera excellent ? La seule nuance sera peut-être la question suivante : arrivera-t-il à faire aussi bien ? Mais cette réflexion n’est pas encore d’actualité… Pour l’instant, n’attendez pas Bojangles, lancez-vous.

Afficher l'image d'origine

Ma note…

.

#187 Une anglaise à bicyclette – Didier Decoin

Afficher l'image d'origine

Le résumé…

Un massacre d’Indiens dans le Dakota du Sud. Le mariage d’une jeune femme avec son père adoptif dans l’Angleterre victorienne. Un constable trop méticuleux. Une bicyclette qui change un destin. Cinq mystérieuses photographies. Et sir Arthur Conan Doyle qui croit dur comme fer à l’existence des fées.

Afficher l'image d'origine

Mon avis…

J’ai découvert Didier Decoin au début de mon blog, son livre Est-ce ainsi que les femmes Afficher l'image d'originemeurent ? a été ma dixième chronique, un véritable choc. Il m’a durablement marqué, c’est probablement un des livres qui m’a le plus secouée… Alors, en tombant sur Une anglaise à bicyclette, autant vous dire que je n’ai pas beaucoup hésité à me lancer… C’est vraiment un tout autre genre de roman, on est dans quelque chose de beaucoup plus léger malgré le sujet de départ assez sombre. L’amour est omniprésent dans ce roman, on voyage dans une autre époque, on est totalement transporté… C’est réellement un roman tout public, contrairement à Est-ce ainsi que les femmes meurent ? qui peut vraiment être déconseillé aux âmes sensibles (bien que ce soit fort dommage en raison de la qualité extrême de ce livre).

anglaise

Didier Decoin est membre de l’Académie Goncourt, dont il est le secrétaire général actuel. C’est un homme de lettres passionné, qui vit de son écriture et qui est parfois considéré comme le plus sentimental des écrivains de l’Académie Goncourt… On retrouve ces aspects dans Une anglaise à bicyclette puisqu’il fait référence à plusieurs œuvres littéraires, en particulier d’Arthur Conan Doyle, dont il exploite l’imagination en la mettant au service de son roman… Il s’inspire de l’histoire indienne américaine puisque l’anglaise à bicyclette en question est en fait une indienne Lakota qui a échappé à un massacre et qu’un photographe recueille après une certaine hésitation… Il la ramène chez lui, en Angleterre, là où le teint de la jeune fille tranche avec celui des anglais… Il la fait passer pour la fille d’un couple irlandais, mais malheureusement, nombreux sont ceux qui ont des doutes… La véritable origine de la jeune fille, rebaptisée Emily, fait même l’objet de paris dans le village…

Afficher l'image d'origine

L’indienne va vite devenir une anglaise accomplie, dans toutes les règles de l’art, parfaitement adaptée à sa société d’adoption. C’est la bicyclette que va lui offrir le photographe qui va lui permettre de gagner une liberté supplémentaire, d’explorer son petit monde et un jour se retrouver face à face avec Arthur Conan Doyle dont elle cherche à découvrir les petits secrets… Son peuple croyait aux esprits, alors elle se demande si l’auteur croit aux fées, elle veut connaître la vérité sur une de ses histoires qui évoque ces légendes. Est-ce une invention ? la vérité ? On s’attache vraiment très vite à cette jeune fille atypique, douce, sensible. Le photographe a lui aussi une personnalité  qu’on ne peut que vouloir suivre… Nous avons donc exactement le genre de livres dont on ne peut pas s’empêcher de tourner les pages…

Andreas Franke

Andreas Franke revisite le XVIIIe en photographie sous-marine…

Mais, malheureusement, Didier Decoin m’a légèrement perdue sur la fin du roman… Je suis restée sur ma faim, justement. Je m’étais beaucoup attachée aux personnages et, dans les dernières pages, j’ai eu l’impression que tout s’accélérait et se précipitait. J’ai été légèrement déçue, comme si le dernier quart du roman avait été « bâclé ». Evidemment, je me doute que ce n’est pas le cas, bien sûr, mais j’ai ressenti un drôle d’écart entre le reste du roman et cette partie finale… J’aurais aimé en savoir plus sur ce que devenait Emily, sur les raisons de l’événement final, du dénouement. Je pense que cela doit venir de mes habitudes de lecture, car je lis énormément de classiques ces derniers temps pour les études, et donc des œuvres très poussées, moins « grand public ». Je recommande tout de même ce roman, tout simplement parce que j’ai profité d’un vrai moment de détente avec Une anglaise à bicyclette, et ça m’a fait un bien fou 🙂 C’est bien écrit, c’est passionnant, et c’est à une époque que j’adore puisque tout se déroule dans l’Angleterre victorienne…

Ma note…

.