Alerte parution : « Comme une mule qui apporte une glace au soleil » de Sarah Ladipo Manyika

71luyNY-rQL.jpg

Une fois n’est pas coutume, j’avais vraiment envie de vous signaler une sortie poche, celle de l’excellent roman « Comme une mule qui apporte une glace au soleil » de Sarah Ladipo Manyika. Derrière ce drôle de titre se cache un livre d’une fraîcheur et d’une profondeur remarquable !

Petit retour sur ma chronique de cet excellent bouquin, d’abord paru aux éditions Delcourt et désormais en poche chez 10/18 !

Le résumé…

Le professeur Morayo Da Silva s’apprête à fêter son anniversaire, alors elle sort acheter des fleurs. Cette Mrs Dalloway nigériane porte fièrement ses soixante-quinze printemps et ses turbans aux mille couleurs, et aime par-dessus tout retrouver son petit monde dans les rues de Haight-Hashbury, San Francisco, sa ville de cœur depuis deux décennies. On croise ainsi Dawud, commerçant palestinien ; Mike, un policier apprenti-romancier ; Mme Wong, toujours un balai à la main ; Sunshine, la jeune voisine indienne qu’elle a prise sous son aile ; ou encore Rachel une jeune SDF fan de Grateful Dead… La vie des autres, elle l’expérimente aussi au gré des romans qui tapissent les murs de son appartement et dont les personnages dialoguent entre eux.

Mon avis…

La couverture originale et celle du livre de poche sont à l’image du livre : colorées, enthousiasmantes, solaires… J’ai toujours eu un peu de mal avec ce qu’on appelle couramment les romans feel good. Et, pour la première fois, il y a un livre qui m’a vraiment semblé mériter ce nom, le voici. Dans ce récit, l’autrice nous raconte l’histoire de Morayo Da Silva, une femme de 75 ans qui vient du Nigéria et vit à San Francisco. Dans la vie, c’est une femme vive, pleine de couleurs, qui a le don de provoquer des sourires partout où elle passe. Comme nous, elle est amoureuse des livres et ceux-ci lui rendent bien.

Son anniversaire arrive, elle en profite pour revenir avec calme et philosophie sur son passé et son présent, tout en envisageant son avenir. Elle repense à tous ceux qu’elle a croisés, aux rencontres qu’elle a faites. Mais la vie n’est pas finie pour elle, loin de là. Et des rencontres, elle en fait encore. Son corps fatigue un peu, lui réclame du repos. Ce roman, c’est donc aussi l’histoire d’un duel entre une énergie intérieure et le temps qui passe. Morayo est un personnage inspirant, remplie d’une soif de vie et de découverte qui ne peuvent que nous donner envie de respirer un bon coup et de se laisser entraîner au fil des rues.

Ce roman, c’est le portrait d’une femme, mais aussi le portrait de la société qui fourmille autour d’elle. Une société cosmopolite, variée, qui bouge sans cesse. Dans ce livre, tout est beau. Et une lecture aussi rafraîchissante, gaie, enthousiasmante, ne peut que faire du bien. Comme une mule qui apporte une glace au soleil est un petit roman merveilleux, le premier de l’autrice à être traduit en français. Je conseille vivement la lecture de ce roman pour les vacances, quand on a juste envie d’une lecture douce et apaisante, à la fois légère et profonde. Sarah Ladipo Manyika fait entrer le soleil dans l’esprit de ses lecteurs et leur présente un personnage fort, à raison comparé à la célèbre Mrs Dalloway de Woolf.

4b40c-28430850_324891108032719_4961595732722188288_n

#327 Le Dernier Péché – Rebecka Aldén

B26726

Le résumé…

Brillante auteure et conférencière, Nora sait convaincre son public que le bonheur et la réussite sont à la portée de chacun, pour peu que l’on s’en donne la peine.
Ce bonheur, elle a décidé de le construire après son accident, survenu dix ans plus tôt lorsqu’elle est tombée du septième étage et a miraculeusement survécu.
Elle vit à présent avec son mari, Frank, qui est aussi son agent, et leurs deux enfants, dans un quartier résidentiel cossu. Une fois par an, Nora organise pour tout le voisinage une somptueuse fête où elle joue à merveille son rôle d’hôtesse.
Mais ce tableau idyllique est un jour bousculé par l’arrivée de Klara, qui s’installe dans la maison d’en face. Alors que Nora s’attaque à son prochain best-seller – un roman sur les sept péchés capitaux –, Klara se montre une voisine de plus en plus présente. Charmante et gaie, elle séduit tout le monde. Seule Nora ressent un profond malaise. Petit à petit, des fragments de son passé lui reviennent et un soupçon se met à la hanter : et si cette chute, dix ans plus tôt, n’avait pas été accidentelle ?

dernierpéché.jpg

Couverture de l’édition poche

Mon avis…

C’est un roman tout particulièrement addictif que nous offre ici Rebecka Aldén. Nous plongeons en effet dans la vie de Nora, à première vue parfaite et sans ombre au tableau. Mais, bien sûr, tout est toujours plus compliqué que ce qu’il n’y paraît. En réalité, le passé de Nora a ses parts d’obscurité. Et celles-ci ne demandent qu’à resurgir. Cela se fera, avec l’aide de sa nouvelle voisine, Klara, qui sème le trouble dans son couple, sa famille, sa vie professionnelle et… son esprit ! Manipulation, secrets, trahison, perversité, tout est au rendez-vous dans ce thriller. Pourtant, j’ai très tôt eu le sentiment de déjà connaître la fin. Je ne faisais qu’attendre la confirmation de mes intuitions. A mon agréable surprise, Rebecka Aldén utilise les codes du genre et les manipule au service de son intrigue. J’ai donc eu le bonheur de constater que, finalement, la fin était différente de ce que j’attendais, sans être pour autant d’une originalité folle. Je pense que je lis tellement de thrillers psychologiques, je finis par être plus difficile et exigeante. C’est donc un roman cohérent, assez efficace et qui se lit très bien, sans être pour autant LE livre de l’année. Pour autant, ce serait être injuste que de ne pas apprécier l’intrigue prenante. On tourne les pages sans même s’en rendre compte, et c’est bien le but d’une bonne lecture !

Carte d’identité du livre

Titre : Le Dernier Péché
Auteur : Rebecka Aldén
Traducteur : Lucas Messmer
Éditeur : Denoël
Date de parution : 01 juin 2017

4 étoiles

 

Les sorties poche à ne pas rater en août 2018 !

sortiespoche

Parler des nouveautés, c’est souvent parler de livres en grand format ! Par chance, elles finissent presque toujours par sortir en poche ! Alors voici une petite sélection d’ouvrages à paraître bientôt dans un format et un prix plus intéressant.

Alors…

À VOS AGENDAS !

9782264070951FS

Parution le 16 août 2018 aux éditions 10/18.

Pour qui ? Pour celles et ceux qui ont envie d’une dystopie très originale par la talentueuse autrice de La Servante écarlate. C’est le coeur qui lâche en dernier est dans la même lignée que ce texte plus connu, mais se distingue par un humour beaucoup plus prononcé, tendant parfois vers un cynisme grinçant et plaisant. Une lecture atypique qu’on n’oublie pas de sitôt !

Le résumé et la chronique coup de coeur ici.

Une-histoire-des-abeilles

Parution le 16 août 2018 aux éditions Pocket.

Pour qui ? Pour tout le monde, vraiment ! C’est un roman terriblement actuel qu’a écrit Maja Lunde. A travers trois histoires passionnantes, elle nous parle d’un des plus gros enjeux de notre monde moderne : la disparition des abeilles. Sans tomber dans le pessimisme ou la culpabilisation, l’autrice nous offre un texte inspirant, à la fois poétique et réaliste. A découvrir !

Le résumé et la chronique coup de coeur ici.

9782253906636FS

Parution le 22 août 2018 chez Le Livre de Poche.

Pour qui ? Pour les curieux.ses et les amateurs.trices d’art et du XXe siècle en général. Plongez dans la vie de Gabriële Buffet-Picabia, une femme trop longtemps oubliée et redécouverte par ses petites-filles. Essentielle dans le milieu artistique de l’époque, elle côtoie les plus grands génies : Picabia, bien sûr, mais aussi Apollinaire, Marcel Duchamp… Il s’agit d’un roman biographique absolument passionnant et instructif !

Le résumé et la chronique coup de coeur ici.

9782253073802FS

Parution le 22 août 2018 chez Le Livre de Poche.

Pour qui ? Pour les passionnés d’Histoire, qui ont envie d’explorer la vie sombre et destructrice de Josef Mengele, le « médecin d’Auschwitz« , qui a réussi à échapper à la justice en se réfugiant en Amérique du Sud. C’est un roman déstabilisant qui nous apprend beaucoup sur l’après-guerre et ses secrets les plus inquiétants.

Le résumé et la chronique ici.

9782757871560

Parution le 23 août 2018 aux éditions Points.

Pour qui ? Pour les amateurs de bonne littérature, de phrases bien construites, de recherche sur le langage… Voici un énorme coup de coeur de la rentrée littéraire de l’année dernière, enfin en poche ! Ce texte est tout simplement un chef d’oeuvre. A la fois drôle, original, addictif, ce roman nous montre l’étendue du talent de Joy Sorman qui manie les mots à merveille.

Le résumé et la chronique coup de coeur ici.

BONNE LECTURE !

bookstore-1973672_1280

#126 Le chat qui parlait aux fantômes – Lilian Jackson Braun

chat fantomes

Le résumé…

Des fantômes hantent-ils réellement la ferme-musée Goodwinter ? Qwilleran ne le pense pas, bien qu’Iris Cobb, son ex-gouvernante, l’affirme. Tous les soirs, d’étranges bruits se font entendre : coups, cris étouffés, gémissements que seule Iris perçoit. Qwill attribue ces phénomènes à l’imagination débordante d’Iris jusqu’au jour ou il la trouve littéralement « morte de frayeur » sur le sol de sa cuisine. Le coroner conclut à une crise cardiaque ; mais, ses soupçons éveillés, Qwill s’installe dans l’appartement de fonction du musée et ce sont maintenant ses deux siamois, Kao K’o Kung dit Koko et Yom Yom, qui ont un étrange comportement. Et il ne faudra pas moins de toute l’astuce de Koko pour que Qwill découvre, enfin, la vérité sur les tragédies passées et présentes et sur le squelette qui dormait dans les placards de la famille Goodwinter.

chat siamois

Mon avis…

J’ai reçu ce roman en tant que livre voyageur dans le cadre de la page Facebook « Lecture et Partage », et j’ai enfin réussi à trouver du temps dans mes partiels pour me lancer dans cette lecture. Très vite, je me suis prise au jeu de la lecture ! J’ai beaucoup apprécié l’intrigue, très agréable. On a l’impression d’être dans un Agatha Christie, si ce n’est que l’enquête est cette fois menée par un journaliste. D’ailleurs, j’ai bizarrement trouvé le personnage principal assez peu sympathique en fait, mais cela ne m’a pas moins fait aimé le roman, au contraire. Je m’attendais cependant à trouver un chat plus présent puisqu’il se trouve dans le titre ! Mais en fait son existence dans le roman reste en filigrane et l’importance se révèle à la fin, et on se rend compte que le chat est peut-être plus futé que son maître ! Il y a une petite dimension fantastique dans ce roman, qui reste en arrière-plan bien que son impact sur l’histoire soit énorme.

On se retrouve plongée dans une microsociété complexe, où tout le monde se connaît et où tout le monde est potentiellement coupable du meurtre de la vieille dame. Il y a une part de mystère énorme quant à l’histoire du musée dont elle s’occupait, et tout se révèle au fil des chapitres. L’action se passe dans un univers imaginaire, le comté de Moose (« à 600km au nord de partout »), qu’on peut découvrir à partir du 5e livre (Le chat qui jouait Brahms). Mais ne vous inquiétez pas, aucun besoin d’avoir lu les autres tomes ici ! Simplement, je pense que la plupart des mœurs et des traditions se développent petit à petit et facilitent peut-être la compréhension. Finalement, l’enquête semble être un prétexte à exposer la vie d’une société et les secrets omniprésents, et on peut finalement se demander si l’auteure ne fait pas le portrait d’un monde qu’elle a fréquenté ? C’est en cela qu’on peut parfois rapprocher ce roman de ceux d’Agatha Christie. Personnellement, j’ai vite été accro car chaque partie du roman laisse un suspens qui force l’impatience. Je conseille vivement ce livre à ceux qui aiment les récits policiers avec des détectives atypiques !

lilian jackson braun

Ma note…

.

Merci à Lecture et Partage pour ce livre voyageur.