#377 Écouter le noir – Collectif

9782714481894ORI.jpg

Le résumé…

Les grands noms du thriller français mettent nos sens en éveil.

Treize auteurs prestigieux de noir sont ici réunis et, si chacun a son mode opératoire, le mot d’ordre est le même pour tous : nous faire tendre l’oreille en nous proposant des récits qui jouent avec les différentes définitions de l’audition.

Dans ces nouvelles, ils ont donné libre cours à leur noire imagination pour créer une atmosphère, des personnages inoubliables et une tension qui vous happeront dès les premiers mots… et jusqu’à la chute. Éclectique et surprenant, ce recueil renferme onze expériences exceptionnelles de lecture.

Laissez-vous chuchoter à l’oreille, venez Écouter le noir.

Mon avis…

C’est sur l’initiative d’Yvan Fauth, du blog EmOtionS, qu’est né le recueil de nouvelles Écouter le noir. Il a proposé à quelques auteurs et autrices de thrillers, romans policiers et romans noirs, d’écrire autour du mot « audition ». Cela donne des récits très différents les uns des autres, dans lesquels nous pouvons retrouver la patte de chacun.e, tout en laissant une grande place à la surprise ! Vous trouverez dans ce livre treize écrivain.e.s et onze histoires écrites par :

Barbara Abel et Karine Giebel ♦ Jérôme Camut et Nathalie Hug ♦ Sonja Delzongle ♦ François-Xavier Dillard ♦ R.J. Ellory ♦ Nicolas Lebel ♦ Sophie Loubière ♦ Maud Mayeras ♦ Romain Puértolas ♦ Laurent Scalese ♦ Cédric Sire

Un casting 5 étoiles donc. Vous vous en doutez, il est difficile de donner un avis très détaillé sans gâcher le plaisir de la lecture et sans en révéler trop. Je me contenterais donc de vous dire que ce livre est un recueil de textes éclectiques, qu’il y en a pour tous les goûts et que vous ferez, je le pense, de très belles (re)découvertes.

J’ai trouvé qu’ouvrir l’ouvrage sur la nouvelle de Barbara Abel et Karine Giebel était vraiment une idée formidable car ce texte, « Deaf », met tout de suite dans l’ambiance. On part pour une escapade mortelle, ça secoue, c’est sec, net, précis : en un mot, efficace.

J’ai personnellement beaucoup aimé la deuxième nouvelle, celle de Sonja Delzongle, « Tous les chemins mènent au hum », qui fait expérimenter au personnage le bruit, le silence… Lequel est l’enfer ?

J’ai aussi particulièrement apprécié la nouvelle de Nicolas Lebel, « Sacré chantier », qui s’attaque à sujet profondément d’actualité, et de façon très originale et moderne, avec son humour et son côté décalé caractéristique.

Celle de François-Xavier Dillard, « Ils écouteront jusqu’à la fin », m’a aussi beaucoup marquée, avec une plongée dans les méandres les plus obscurs de la musique classique

La nouvelle de Romain Puértolas, « Fête foraine », m’a bien fait rire. C’est peut-être la moins « noire » de toutes, mais elle est vraiment dans le thème et très originale.

Celle de Cédric Sire, sans surprise, était tout aussi waouh, parfaite. « Le diable m’a dit » était vraiment la nouvelle idéale pour clore le recueil.

Bon, je ne vous ai pas parlé de tous les récits, je vous laisse le soin de les découvrir par vous-même. Une chose est sûre, vous allez passer un bon moment. Je recommande vraiment ce livre pour les fans de thrillers et romans noirs, pour ceux qui veulent découvrir également, et pourquoi pas pour faire un beau cadeau ? Après tout, ce bouquin a été conçu par un amoureux des livres, avec des amoureux des livres, pour des amoureux des livres ! À découvrir.

Carte d’identité du livre

Titre : Écouter le noir
Auteurs et autrices : Collectif
Dirigé par : Yvan Fauth
Éditeur : Belfond
Date de parution : 16 mai 2019

5 étoiles

Merci aux éditions Belfond et à NetGalley pour cette lecture.

Belfond_logo_2010_s

#364 Vindicta – Cédric Sire

91WhjVGLPmL.jpg

Le résumé…

UN BRAQUAGE SOUS HAUTE TENSION

 » On entre, on prend le fric, on ressort. Personne ne sera blessé. « 

Leur plan est sans risque. Le bijoutier ne portera pas plainte pour le vol car son argent est d’origine illégale. Damien, Élie, Audrey et Driss s’imaginent avoir trouvé la réponse miracle à tous leurs problèmes. Mais une petite fille était au mauvais endroit, au mauvais moment. Ils ont commis l’irréparable et maintenant, un monstre vengeur est lâché à leurs trousses.

UN FLIC EN CHUTE LIBRE

Fraîchement muté dans un groupe de surveillance, Olivier est loin d’imaginer que la planque qu’on lui a assignée fera de lui le témoin clé d’un cyclone meurtrier, dans le sillage d’un tueur glacial et méthodique que rien ne semble pouvoir arrêter. Des déserts du Moyen-Orient aux villes sombres et silencieuses du territoire français, quand la vindicte est en marche, plus rien ne peut vous sauver.

UNE TRAQUE HALETANTE SECOUÉE DE FAUSSES PISTES

Pur instrument de torture et de mort, il n’a pas de nom, pas de visage, l’habitude de tuer et un cimetière de cadavres derrière lui. Mais dans cette affaire, pas de contrat. Cette fois-ci pour lui : c’est personnel.

export_dz5lax5zi5fh-8f9c47-0@1x.jpeg

Mon avis…

Quelle joie, le 21 mars 2019, de pouvoir enfin découvrir le nouveau Sire Cédric… oups, Cédric Sire ! Et oui, l’un de mes auteurs préférés a changé de nom. Passé le choc initial, on finit par s’habituer. Et ce n’est pas le seul changement. Vindicta paraît chez un tout nouvel éditeur, Métropolis, dont il est la première parution. Mais les bouleversements ne sont pas limités à la forme. Le fond aussi change beaucoup.

On peut dire que ce roman était très attendu. Vous n’avez pas pu manquer l’engouement sur les réseaux sociaux ! Vindicta était probablement l’un des livres les plus attendus de ce début d’année. Et, évidemment, je trépignais d’impatience également. Quelle joie de l’avoir enfin entre les mains ! J’avais un grand sourire aux lèvres, certaine que j’allais penser un beau moment de lecture.

« Vient l’heure des spectres.

Le cœur de la nuit assassine. »

Et je n’ai pas été déçue. Vindicta est un bon, ou plutôt un excellent thriller. Hop, connectez-vous sur votre appli de streaming préférée et lancez un peu de musique métal. Personnellement, j’ai opté pour Rammstein, histoire de me mettre dans une ambiante chaleureuse et pétillante (hum hum). Vindicta, qu’est-ce que c’est ? Une intrigue bien ficelée, déjà. Un suspense de fou, et un twist final réussi. Vindicta, c’est la vengeance. Meurtres, tortures, mutilations… Pas de doute, ce roman est sanglant. Mais il est surtout complètement addictif, et Sire Cédric démontre encore une fois son talent.

Nous suivons quatre jeunes gens – Audrey, Damien, Driss et Élie – qui décident de faire un braquage pour sortir de la galère. Ils ne se doutent pas une seconde qu’ils plongent en fait en plein dedans… On suit aussi, en parallèle, l’histoire d’un flic mis au placard, qui en voit trop et en sait trop. Nous suivons également un mystérieux personnage, dont on découvre des bribes de vie au Moyen-Orient… Malaise, violence, dévastation… Vindicta est une vraie tempête qui emporte tout sur son passage, lecteurs compris.

Le roman a un rythme haletant. Chaque chapitre donne envie de lire le suivant. Il y a de quoi dévorer le bouquin en une nuit ! Ici, point de fantastique. Cela peut être assez perturbant quand c’est l’un des aspects que l’on aimait le plus chez Sire Cédric. C’est pour cette raison que Vindicta, malgré toutes ses qualités, ne sera pas mon livre préféré de l’auteur… Les premières places dans mon cœur sont occupée par L’Enfant des cimetières et Du feu de l’enfer. Ici, l’auteur choisit plutôt de s’insérer dans un réalisme sombre. L’atmosphère est toujours malsaine et inquiétante… Néanmoins, je vous rassure, les amoureux des livres de Sire Cédric ne seront pas déçus par le premier roman de Cédric Sire. La métamorphose est évidente et palpable, mais le talent est toujours là. En bref : un thriller à lire absolument, un auteur incontournable à (re)découvrir.

Mes autres chroniques de Sire Cédric :

L’Enfant des cimetièresDe fièvre et de sangLe Jeu de l’ombre Le Premier SangLa Mort en têteAvec tes yeux Du feu de l’enfer

Carte d’identité du livre

Titre : Vindicta
Auteur : Cédric Sire
Éditeur : Métropolis
Date de parution : 21 mars 2019

5 étoiles