Perles de librairie… #original

Il y a les drôles, les désespérantes, les touchantes…

Des moments uniques entre libraire et client… 

Et pour cette fois, une demande originale !

Image associée

On évite toujours d’avoir des fous rires devant les clients…

Mais parfois, on ne peut pas se retenir !

« Bonjour je voudrais un livre pour lire aux toilettes. »

J’emmène la dame au rayon humour où se trouvent les livres que vous connaissez

sans doute, avec des petites histoires à lire sur le trône…

Mais…

« Ah non mais ce n’est pas ça que je veux ! »

Alors j’essaie de préciser la demande… 

« Je veux juste un livre en fait… pour lire aux toilettes ! » 

Et donc… cette dame voulait « juste » un livre…

mais a cru bon de préciser que c’était pour lire aux toilettes…

et j’ai eu la délicatesse de demander (pardonnez-moi) :

« Alors vous préférez plutôt un livre court ou un livre long ? » 

Et finalement, elle est repartie avec Aurélien d’Aragon !

Comme quoi, les goûts de chiotte ne sont pas toujours ce qu’on croit.

Image associée

Perles de librairie… #Noël

Il y a les drôles, les désespérantes, les touchantes…

Des moments uniques entre libraire et client… 

Voici, pour commencer, une spéciale Noël :

Résultat de recherche d'images pour "guirlande noel png"

« Bonjour, je cherche un livre pour offrir à quelqu’un qui n’aime que les toitures… »

Résultat de recherche d'images pour "cadeau"

« Est-ce que vous avez Zadig de Voltaire et Le dernier jour d’un

condamné de Victor Hugo ? C’est pour un enfant de 10 ans qui n’aime pas lire…

Il faut qu’il se lance un jour ou l’autre ! »

Résultat de recherche d'images pour "cadeau"

« Bonjour est-ce que vous pourriez me conseiller des livres ?

C’est pour une amie grosse qui ne s’accepte pas ! »

Résultat de recherche d'images pour "cadeau"
« Donnez-moi n’importe quoi tant que ça se vend !

Genre du Musso ou un truc comme ça… »

Résultat de recherche d'images pour "cadeau"

« Est-ce que vous avez un guide pour les démarches funéraires ?

C’est pour ma grand-mère, elle est plus toute jeune… »

Résultat de recherche d'images pour "cadeau"

Le 28 décembre, un vieux monsieur au téléphone…

« Oh mademoiselle vous n’imaginez même pas ce que m’ont offert mes petits-fils…

je crois qu’ils me prennent pour un vieux chiant… »

Il avait l’air vraiment très peiné et tout perturbé de ses cadeaux…

alors je lui demande ce qu’ils lui ont offert…

« Servir du général de Villiers et des livres sur Macron… de la politique…

moi je veux rêver, pas déprimer ! »

Et le pauvre culpabilisait à l’idée de les échanger…

Je l’ai rassuré et il était tout content de savoir qu’on pourrait

lui conseiller des livres à ses goûts…

Résultat de recherche d'images pour "père noel png"

Umberto Eco est mort…

Afficher l'image d'origine

Le grand écrivain et homme de lettres Umberto Eco est mort aujourd’hui, le 20 février 2016. Cela a été un très grand choc pour moi car, depuis plus de deux ans, cet auteur m’accompagne dans mes études littéraires. Il a en effet écrit des ouvrages devenus des références pour les lettrés, et sa réflexion est d’une grande importance pour ceux qui veulent étudier le roman. Je suis actuellement en pleine lecture du Cimetière de Prague, en parallèle de L’oeuvre ouverte, l’un pour mon plaisir, l’autre pour ma culture, les deux allant de pair avec Umberto Eco. Pour lui rendre hommage, j’ai choisi un certain nombre de ses phrases qui, pour moi, ont le plus de résonance.

Afficher l'image d'origine

« Si Dieu existait, il serait une bibliothèque. »

Afficher l'image d'origine

« L’importance, ce n’est pas tellement d’avoir des souvenirs, c’est toujours de régler ses comptes avec eux. »

Afficher l'image d'origine

« Tous les grands écrivains sont des grands lecteurs de dictionnaires : ils nagent à travers les mots. »

Afficher l'image d'origine

« Tu n’élimines pas le rire en éliminant le livre. »

Afficher l'image d'origine

« Du livre pourrait naître l’aspiration à détruire la mort à travers l’affranchissement de la peur. »

Afficher l'image d'origine

« Il y a deux sortes de livres, celui que l’auteur écrit et celui dont le lecteur prend possession. »

Afficher l'image d'origine

« Le bien, pour un livre, c’est d’être lu. Un livre est fait de signes qui parlent d’autres signes, lesquels à leur tour parlent des choses. Sans un œil qui le lit, le livre est porteur de signes qui ne produisent pas de concepts, et donc il est muet. »

Afficher l'image d'origine

« Une collection de livres est un phénomène masturbatoire, solitaire, et vous trouvez rarement des gens qui peuvent partager votre passion. »

Afficher l'image d'origine

« La bibliothèque se défend toute seule, insondable comme la vérité qu’elle héberge, trompeuse comme le mensonge qu’elle enserre. Labyrinthe spirituel, c’est aussi un labyrinthe terrestre. Vous pourriez entrer et vous pourriez ne plus sortir. »

Afficher l'image d'origine

« C’est votre père qui est votre obligé, et non point le contraire : vous payez de bien des années de larmes un sien moment de plaisant chatouillement. »

Afficher l'image d'origine

« Mon père en rentrant fit remarquer à ma mère que je lisais trop et que je devrais sortir davantage. Et moi, au contraire, je me désintoxiquais de trop d’espace. »

Afficher l'image d'origine

« Le diable est l’arrogance de l’esprit, la foi sans sourire, la vérité qui n’est jamais effleurée par le doute. »

Afficher l'image d'origine

« Le prix à payer pour avoir Einstein d’un côté, c’est d’avoir un imbécile de l’autre côté ! »

Afficher l'image d'origine

« L’humanité ne supporte pas la pensée que l’homme est né par hasard, par erreur, seulement parce que quatre atomes insensés se sont tamponnés sur l’autoroute mouillée. Et alors, il faut trouver un complot cosmique, Dieu, les anges ou les diables. »

Afficher l'image d'origine

« Celui qui ne lit pas aura vécu une seule vie. Celui qui lit, aura vécu 5000 ans. La lecture est une immortalité en sens inverse. »

Afficher l'image d'origine

Après ces fabuleux mots d’esprit, que pouvons-nous dire de plus ? Si humble, si pauvre de mots, alors que je suis passionnée, je ne peux que souhaiter qu’Umberto Eco est quelque part avec Dieu, et donc avec une bibliothèque !

Afficher l'image d'origine