#402 Inexorable – Claire Favan

71nsWQw+T8L

Le résumé…

Vous ne rentrez pas dans le moule ? Ils sauront vous broyer.

Inexorables, les conséquences des mauvais choix d’un père.
Inexorable, le combat d’une mère pour protéger son fils.
Inexorable, le soupçon qui vous désigne comme l’éternel coupable.
Inexorable, la volonté de briser enfin l’engrenage…
Ils graissent les rouages de la société avec les larmes de nos enfants.

Mon avis…

Depuis ma lecture coup de coeur de son roman Le Tueur intime, je sais que Claire Favan est une valeur sûre dans le domaine du roman noir et du thriller. C’est donc avec un grand enthousiasme que j’ai ouvert Inexorable, après des mois sans avoir lu un roman, début de doctorat oblige… Et grand bien m’en a pris, puisque ce roman m’a procuré un très bon moment de lecture. Claire Favan aime beaucoup explorer les origines du mal, les mécanismes qui se cachent derrière les actions de ses personnages. Elle renouvelle ici l’expérience, avec l’histoire d’un jeune garçon, Milo, et de sa mère Alexandra. Il est difficile de rentrer dans les détails de l’intrigue sans gâcher le plaisir de la lecture. Néanmoins, je peux d’ores et déjà vous annoncer le postulat de départ : le père s’avère ne pas être réellement celui que sa femme et son fils imaginaient. Il commet une erreur fatale, qui bouleverse durablement la vie de chaque membre de la famille.

Inexorable, adj. (latin inexorabilis, de exorare, obtenir par prière) :

Qui est insensible aux prières, impitoyable ; à quoi l’on ne peut se soustraire.

Ce qui m’a beaucoup plu dans ce roman, c’est la subtilité de Claire Favan, qui s’attaque avec beaucoup de justesse aux caractères et aux personnalités de ses protagonistes. Elle prête attention à les doter d’une psychologie complexe et intéressante, en évitant le danger du « trop simpliste ». Néanmoins, chose surprenante, ce roman est beaucoup moins violent que ce à quoi Claire Favan nous avait habitués. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose, car trop de brutalité aurait été malvenue – et gratuite ? – dans une telle intrigue. Elle met en évidence la tendresse du lien qui unit la mère et le fils, et interroge ainsi la complexité de la notion de « culpabilité ». Tout est amené avec délicatesse, et l’on sent que Claire Favan s’éloigne un peu, dans ce livre, de ses sources d’inspiration américaines très perceptibles dans Le Tueur intime par exemple.

À noter que Claire Favan a été accompagnée dans l’écriture de cet ouvrage par Olivier Norek (Entre deux mondes, Surface, Code 93), dont je ne peux que souligner la qualité et le réalisme des romans ! Évidemment, avec ou sans cette collaboration, l’autrice avait déjà prouvé son talent. Néanmoins, cela permet de voir l’émulation du milieu littéraire du roman noir actuel, riche en communications et en échanges, qui donne naissance à d’aussi bons textes. Ce qu’il faut souligner, c’est qu’Inexorable est idéal pour découvrir l’univers et l’écriture de Claire Favan. Étant plus « soft » que d’autres romans, il s’agit d’une bonne porte d’entrée pour son œuvre, que je conseille donc à des lecteurs et lectrices plus sensibles et curieux de se familiariser avec cette autrice sans se confronter à trop de violence. Pour ceux et celles que cela n’effraie pas, autant vous lancer dans Le Tueur intime, son premier roman.

Carte d’identité du livre

Titre : Inexorable
Autrice : Claire Favan
Éditeur : Pocket
Date de parution : 10 octobre 2019

5 étoiles

#345 Le tueur de l’ombre – Claire Favan

519T8S8DWWL.jpg

Le résumé…

Un coup de téléphone, en pleine nuit. Et le cauchemar qui recommence. R.J. Scanlon, profiler au FBI, croyait en avoir fini avec Will Edwards. Mais en quittant la route, le fourgon qui transportait le plus terrible serial killer de ces dernières années a libéré la bête. R.J. en est certain : Samantha – qui partageait jadis la vie de Will – et lui seront les prochains sur la liste. Mais quand les meurtres reprennent, plus cruels que jamais, de subtiles variations dans la signature du dément sont perceptibles. Ont-ils affaire à un imitateur ? Non, bien pire.

Mon avis…

J’avais eu un énorme coup de cœur pour Le tueur intime de Claire Favan, qui nous faisait plonger dans l’esprit tordu et machiavélique d’un tueur en série redoutable, Will Edwards. C’est donc avec impatience que j’ai commencé Le tueur de l’ombre. Et, là encore, je l’ai dévoré ! Je pensais naïvement qu’il était difficile de faire mieux que le premier tome… Ahah ! C’était sans compter le talent fou de Claire Favan. Elle parvient à la fois à écrire un roman dans la prolongation du premier, en prolongeant l’histoire de chaque personnage, en développant encore et encore la psychologie de Samantha, R.J. et Will, mais aussi à nous livrer un récit complètement différent, surprenant et innovant. L’autrice passe encore un stade dans la violence et dans la dimension sanglante. Cependant, on est moins dans l’esprit du tueur, et un peu plus dans l’action et les rebondissements. Si Claire Favan parvient à nous étonner jusqu’au bout, elle nous prouve aussi qu’elle maîtrise toutes les clés d’un bon thriller. Elle sait nous faire frissonner d’horreur, c’est certain ! En bref, après la lecture de ce second tome, je confirme que je conseille vivement ce diptyque littéraire : un véritable chef d’œuvre, un incontournable des histoires de serial killer. L’autrice place la barre haut… Il va être difficile de trouver aussi bien pour une prochaine lecture !

Carte d’identité du livre

Titre : Le tueur de l’ombre
Autrice : Claire Favan
Éditeur : Pocket
Date de parution : 13 mars 2014

♥ La chronique du tome 1, Le tueur intime

5 étoiles

#328 Le tueur intime – Claire Favan

Le-tueur-intime

Le résumé…

Will Edwards, quinze ans, est quotidiennement battu, violé, humilié. Quand Samantha arrive dans sa classe, belle et protectrice, il renaît. Mais l’amourette se mue en déception. Décidé à se venger, Will apprend minutieusement les règles de la perversité et de la cruauté. Un véritable enragé ! Devenu un prédateur redoutable, il s’engage sur les routes des États-Unis à la rencontre de ses futures victimes.

P1360254

Claire Favan au salon Saint-Maur en Poche 2018.

Mon avis…

J’avoue que je ne connaissais Claire Favan que de nom avant de me rendre à Saint-Maur en Poche cette année. C’est sur ses conseils que j’ai opté pour le roman Le tueur intime, avec la promesse d’entrer dans l’esprit d’un tueur en série, rien que ça ! C’était en fait exactement ce que je cherchais, ce que j’avais envie de lire. J’espérais donc, évidemment, ne pas être déçue. Et autant dire que c’est une réussite. Ce roman est conséquent dans son nombre de pages, j’avais donc peur d’y trouver quelques longueurs. Mais pas du tout ! Claire Favan sait garder le rythme. Ce thriller est tout simplement addictif. J’ai eu l’impression de me retrouver dans un épisode d’Esprits Criminels, mais en 100 fois plus complexe, plus palpitant, plus réaliste, plus recherché. J’en ressors d’ailleurs assez impressionnée par le talent et le travail de l’autrice. Bien qu’elle soit française, elle situe son intrigue aux Etats-Unis. Cela n’est aucunement problématique car c’est très bien fait.

P1360265

S’il y a un « bémol » à relever concernant ce roman, il serait peut-être à intégrer dans un avertissement… Cet excellent thriller se caractérise en effet par une extrême violence, une brutalité constante. Nous pourrions nous en douter, évidemment, puisqu’il s’agit de l’histoire d’un tueur en série. Or, le malaise est généralisé à tout le roman, et avec une puissance notable, car nous entrons vraiment dans la tête de Will Edwards. L’ensemble est vraiment glaçant, ce qui est particulièrement délectable pour les amateurs de thrillers et d’histoires de tueurs en série. Mais il est de mon devoir de vous dire qu’il faut cependant, parfois, avoir le coeur bien accroché ! Nos émotions sont mises à rude épreuve page après page… Les personnages sont tous parfaitement bien construits et développés, tout comme l’intrigue, la psychologie d’ensemble. Le cocktail est détonnant. C’est un livre qui vous fera passer quelques nuits blanches, car il est impossible de le lâcher ! Bref, vous l’avez compris, si vous cherchez un roman horrifique, qui vous donnera de véritables frissons, vous l’avez trouvé. Âmes sensibles s’abstenir.

Carte d’identité du livre

Titre : Le tueur intime
Autrice : Claire Favan
Éditeur : Points
Date de parution : 10 mars 2011

5 étoiles

coeur_115

Coup de coeur

Saint-Maur en Poche 2018

Impression

Le week-end dernier, plus précisément le dimanche, j’étais en vadrouille à Saint-Maur en Poche ! C’est un salon du livre près de Paris, très convivial, chaleureux, de quoi passer un moment magique. C’est organisé par les libraires de La Griffe Noire, à savoir Gérard Collard et Jean-Edgar Casel. Leur librairie fêtait cette année ses 30 ans et le salon ses 10 ans ! Même si je lorgnais depuis des années sur ce salon, c’était mon premier SMEP, et j’espère que ce ne sera pas le dernier. Malheureusement, j’ai été malade et je n’ai pas pu rester toute la journée, donc je n’ai pas pu profiter à fond comme je l’aurais voulu… mais j’ai quand même des petites choses à partager avec vous !

P1360261

Ce salon est exceptionnel, car on peut discuter avec les auteurs, passer du temps à échanger avec eux ! On peut se laisser aller aux découvertes. C’est aussi une librairie à ciel ouvert, avec des livres partout, des conseils de libraires, mais aussi des tables rondes, des petites conférences, des ateliers, etc. En plus, ce qui ne gâche rien, c’est hyper bien organisé. On rencontre des gens sympathiques au détour des allées – auteurs comme lecteurs – et on passe des moments inoubliables.

Voici mes trouvailles :

P1360264

J’ai ainsi commencé par aller faire un petit coucou à Olivier Norek (évidemment) qui était en rupture de stock de son roman Entre deux mondes, succès mérité !

P1360239

Je me suis immédiatement après dirigée vers Niko Tackian qui a été très très sympathique et m’a conseillée dans mon choix. Je ne savais pas par quel livre commencer et il m’a très bien guidée. J’ai ainsi opté pour La nuit n’est jamais complète.

Juste à côté de lui, qui y avait-il ? Nicolas Lebel ! Le fameux, qu’Olivier Norek est toujours en train de taquiner… Alors, évidemment, je ne pouvais pas manquer de prendre son premier livre pour le découvrir : L’heure des fous !

Je suis ensuite passée voir Bénédicte Voile pour parler avec elle de Comment maigrir sans rien manger ? Elle m’a fait une magnifique dédicace, qui me ressemble, et ça j’ai juste adoré ! Elle est très sympa, et c’était une jolie rencontre. J’ai malheureusement manqué sa comparse Coco mais ce n’est que partie remise… du moins j’espère !

J’ai également rencontré Négar Djavadi et j’ai pris son livre Désorientale, récemment sorti en poche, et dont je n’ai toujours entendu que du bien.

P1360248

Une des rencontres que j’ai beaucoup aimée est celle avec François-Xavier Dillard, qui est tout simplement adorable et très bavard ! On a parlé de son dernier roman, l’excellent Réveille-toi ! et, puisque je voulais lire un autre de ses livres, il m’a conseillé de commencer par Fais-le pour maman, tout en m’expliquant la genèse de son livre et quelques anecdotes le concernant. Bref, une rencontre comme on les apprécie et comme on en a peu dans d’autres salons !

Il fallait aussi que je choisisse un roman pour découvrir Claire Favan ! C’est l’autrice elle-même qui m’a conseillée en fonction de mes goûts, et j’ai donc pris Le tueur intime, parce que c’était exactement ce que je cherchais : plonger dans la tête d’un psychopathe.

Je ne pouvais pas passer à côté de Dust de Sonja Delzongle, un roman qui me fait de l’œil depuis très longtemps.

P1360258

J’ai aussi totalement découvert Elena Piacentini, qui m’a gentiment dédicacé un de ses livres : Des forêts et des âmes. J’avoue que je ne connaissais absolument pas et c’est le côté sympathique de SMEP, qui permet de se laisser tenter et de se laisser aller à la découverte au détour des allées.

Et, encore par hasard, je suis tombée sur Natacha Calestrémé et son livre Le Testament des Abeilles, qui a l’air très très prometteur !

Là, je me suis fait aborder par Monique Le Dantec qui m’a vendu son livre Les Jardins d’Allah. Le sujet m’intéressait, donc je me suis laissée tenter, même si a priori je ne me serais pas forcément arrêtée.

P1360256

Je vais également pouvoir découvrir le thriller polonais grâce au très sympathique Zygmunt Miloszewski, qui m’a résumé les intrigues en français, avec un accent trop mignon, et son roman Les impliqués. Ce sera sûrement un des premiers livres que je lirais de cette récolte SMEP !

P1360260

Quelques petits regrets tout de même, qui ne sont pas dus à l’organisation et au salon, mais plutôt à mes imprévus personnels, c’est notamment de ne pas avoir rencontré Franck Thilliez et Karine Giébel. J’aurais aimé pouvoir y passer la journée entière et pouvoir profiter plus et remplir encore un peu mon panier de livres ! Il manquait aussi mon chouchou, Sire Cédric, qui n’était pas présent cette année, que j’aimerais énormément revoir. J’aurais bien voulu voir un tas d’autres auteurs, mais ce sera pour l’année prochaine !!! 

Pour un compte-rendu bien plus détaillé, qui vous donnera forcément envie de venir à Saint-Maur l’année prochaine, c’est (notamment) ici.

En tout cas, j’aimerais remercier tous les fantastiques auteurs et autrices qui ont fait de cette vadrouille un moment magique qui se prolongera, je l’espère, dans la lecture de leurs livres ! Et, surtout, merci aux organisateurs de SMEP, aux bénévoles et aux libraires de La Griffe Noire, et à tous ces gens de l’ombre qui ont œuvré pour que cet événement ait lieu !

logo vadrouilles