#352 Help me ! – Marianne Power

9782234085879-001-T

Le résumé…

Marianne Power a testé les 12 bibles du développement personnel…
Pour le meilleur ou pour le pire ?

« Ce fameux dimanche, une idée m’est venue. Une idée qui, d’épave dépressive, allait me transformer en femme heureuse et efficace : je n’allais plus simplement lire des ouvrages de développement personnel, j’allais les mettre en pratique. Un livre par mois, suivi à la lettre, pour voir si le développement personnel pouvait réellement changer ma vie. J’allais m’y tenir pendant un an – soit douze ouvrages au total. Et j’allais m’attaquer à mes failles avec méthode : argent, angoisses, poids… Arrivée à la fin de l’année, je serais… parfaite ! »

Résultat de recherche d'images pour "marianne power"

Marianne Power

Mon avis…

Je pensais naïvement me lancer dans la lecture d’un roman sur le développement personnel, mais j’ai été surprise de constater que ce n’était pas le cas. Help me !, sous-titré Comment le développement personnel n’a pas changé ma vie, est une histoire vraie. Oui, son autrice a bel et bien lu douze livres incontournables de développement personnel et, oui, elle a appliqué leurs conseils. Projet un peu déjanté s’il en est… J’avoue que je ne lis pas vraiment de développement personnel, donc je ne suis clairement pas une spécialiste de ce domaine, tout comme l’autrice au début du livre. Considérant que sa vie est fade et ratée, elle va se lancer dans ce pari complètement fou : en un an, tester les solutions proposées par ces livres, même si elles sont farfelues, dangereuses ou insensées !

Cela donne un récit à la fois drôle, touchant et exaspérant ! En effet, on se rend compte de l’absurdité de certains conseils, de leur caractère extrême et même de la dimension sectaire de certaines communautés nées de cette « religion » qu’est devenu le développement personnel… Alors, parfois, on en rit, mais il arrive aussi qu’on ait presque envie d’en pleurer… Cependant, Marianne Power lit aussi des textes qui ont une certaine profondeur et ouvrent de véritables réflexions sur la vie, l’être, la société, etc. Dans son égarement, sa fragilité, elle est émouvante. On se reconnaît dans ses errances métaphysiques et ses questionnements existentiels, mais aussi dans la charmante banalité de sa vie. Or, Marianne peut aussi être terriblement agaçante, en particulier quand elle persiste dans sa quête alors que tout s’effondre autour d’elle. Obnubilée par le développement personnel, elle en oublie de vivre et finit par s’éloigner de tout ce qui lui est cher, de tout ce qui lui ressemble et fait sa singularité…

Dans ce livre, réalité oblige, il n’y a pas véritablement de twist final, de rebondissements ou de happy end. Ce texte décortique avec humour et tendresse la quête désespérée de soi, menée avec le désir d’atteindre ce que personne ne semble véritablement capable de définir : le bonheur, la perfection, l’épanouissement total… Cette quête est-elle vaine, ou trouve-t-elle au contraire un aboutissement, une résolution ? Seule la lecture du livre permet de répondre à la question. Marianne Power, en écrivant sur le développement personnel, nous propose en fait son propre livre de développement personnel, car il ouvre sur des interrogations essentielles et utiles. Écrit dans un style très fluide, simple et léger, ce texte prend presque l’apparence d’un roman. Malgré un démarrage assez compliqué et un projet qui perd parfois son sens, on s’attache aux personnages, on les suit avec plaisir, et on explore, avec Marianne en particulier, ces étranges objets de papier qui nous disent comme mieux vivre notre vie…

photo of woman riding swing in front of waterfalls

Carte d’identité du livre

Titre : Help me ! Comment le développement personnel n’a pas changé ma vie
Autrice : Marianne Power
Traductrice : Christine Barbaste
Éditeur : Stock
Date de parution : 03 octobre 2018

4 étoiles

Editions-stock-logo

Merci aux éditions Stock et à NetGalley pour cette lecture.

 

#307 Comment maigrir sans rien manger ? – Coco et Bénédicte Voile

Comment-maigrir-sans-rien-manger

Le résumé…

Les silhouettes plus que parfaites des top models vous laissent perplexe ? Vous sentez bien qu’on vous cache quelque chose… Les stars ne se nourrissent-elles que de graines comme les hamsters ? Possèdent-elles une machine à faire fondre la cellulite ? Ont-elles une peau transgénique qui se régénère la nuit ? Non, ce sont des femmes comme vous et moi. Une heure de maquillage minimum, un excellent photographe, une touche de Photoshop et vous pourriez vous aussi faire la couverture de Vogue ! Vous êtes donc normale. En lisant ce (faux) guide, vous allez rire, déculpabiliser et surtout… vous aimer !

IMG_20180612_161732_415

Instagram @juliette.sa

Mon avis…

Ce petit bouquin est un livre humoristique qui se moque avec délicatesse et beaucoup de pertinence des milliers de guides de régime qui fleurissent chaque année chez les libraires ou dans les magazines féminins ! L’autrice, Coco, distille des conseils parfois farfelus et pourtant, quand on y regarde bien, plein de bon sens. Car son but est bien de nous déculpabiliser, enfin. De nous dire que, non, il n’est pas nécessaire d’être mince et parfaite, voire refaite, pour avoir le droit d’aller à la plage en été. Et que, non, manger une raclette ne devrait pas être un crime ! C’est un livre frais, plein de dérision, avec de très jolies illustrations de Bénédicte Voile. Ce duo féminin fonctionne à la perfection. Les deux femmes nous parlent comme à des copines, l’une avec ses mots, l’autre avec son crayon, et nous font passer un excellent moment. Sourire à chaque page, ça fait du bien, et comme elles le disent si bien en prélude à cette lecture légère : « Vous salivez ? Alors croquez ce livre. Chaque sourire vous fera dépenser 10 calories. Faites le compte : il y a 160 pages… »

Avec ce livre, on ne prend pas un gramme et pourtant qu’est-ce qu’on se régale ! C’est un bouquin 100% body positive, écrit par des femmes qui connaissent leurs lectrices et veulent leur faire du bien. C’est du feel-good, du zéro prise de tête. De quoi (presque) se réconcilier avec sa balance ! Un petit livre à acheter si vous vous sentez un peu complexée, à offrir à celles qui veulent justement rire de leurs complexes, à lire seule ou entre copines, ou avec son mec, ou même avec sa mère, avec une salade, un mojito, ou une assiette de cookies, bref, en toutes circonstances. Vous ne vous sentirez peut-être pas concernée par toutes les pages de ce livre, mais vous y reconnaîtrez les femmes de votre vie ! Ce livre, qui ne cherche pas à en faire trois tonnes, porte tout de même un regard sur notre monde, sur la société, sur ses diktats… Il nous offre la possibilité d’en rire et de s’en moquer quelques instants, voire de s’en libérer définitivement ! Et c’est tant mieux. En reprenant un à un tous les clichés qu’on nous balance chaque jour, les autrices jouent avec et les retravaillent, en font quelque chose de moins pesant. Merci d’avoir un peu allégé mon quotidien, Coco et Bénédicte !

Cliquez sur l’image pour plus d’illustrations de Bénédicte Voile !

En quelques mots…

humour et dérision
0% prise de tête
à lire et à offrir
joliment illustré
frais et léger

Carte d’identité du livre

Titre : Comment maigrir sans rien manger ?
Autrice : Coco
Illustratrice: Bénédicte Voile
Éditeur : l’Archipel (Archipoche)
Date de parution : 02 mai 2018

logo archipel

Merci aux éditions de l’Archipel pour cette lecture.

#283 Comme une mule qui apporte une glace au soleil – Sarah Ladipo Manyika

Comme-une-mule-qui-apporte-une-glace-au-soleil

Le résumé…

Le professeur Morayo Da Silva s’apprête à fêter son anniversaire, alors elle sort acheter des fleurs. Cette Mrs Dalloway nigériane porte fièrement ses soixante-quinze printemps et ses turbans aux mille couleurs, et aime par-dessus tout retrouver son petit monde dans les rues de Haight-Hashbury, San Francisco, sa ville de cœur depuis deux décennies. On croise ainsi Dawud, commerçant palestinien ; Mike, un policier apprenti-romancier ; Mme Wong, toujours un balai à la main ; Sunshine, la jeune voisine indienne qu’elle a prise sous son aile; ou encore Rachel une jeune SDF fan de Grateful Dead… La vie des autres, elle l’expérimente aussi au gré des romans qui tapissent les murs de son appartement et dont les personnages dialoguent entre eux.

Morayo chuchote à notre oreille, elle nous confie sa vie intérieure, sa sagesse bienheureuse, ses souvenirs d’ailleurs, et ses secrets les plus intimes. Qu’on se le dise, malgré les croche-pieds du quotidien, elle ne donnera jamais à personne l’occasion de la traiter de « petite vieille ». Plus qu’un credo, elle a fait de Staying alive ah ah ah, la BO de sa vie.

Résultat de recherche d'images pour "comme une mule qui apporte une glace au soleil"

Sarah Ladipo Manyika

Mon avis…

Première impression sur ce livre : quelle magnifique couverture ! Cela pourrait paraître superficiel mais admettons que ces couleurs attirent l’œil et donnent envie. Et, pour le coup, la couverture est à l’image du livre : coloré, enthousiasmant, solaire… J’ai toujours eu un peu de mal avec ce qu’on appelle couramment les romans feel good. Et, pour la première fois, il y a un livre qui m’a vraiment semblé mériter ce nom, le voici. Dans ce récit, l’autrice nous raconte l’histoire de Morayo Da Silva, une femme de 75 ans qui vient du Nigéria et vit à San Francisco. Dans la vie, c’est une femme vive, pleine de couleurs, qui a le don de provoquer des sourires partout où elle passe. Comme nous, elle est amoureuse des livres et ceux-ci lui rendent bien.

Son anniversaire arrive, elle en profite pour revenir avec calme et philosophie sur son passé et son présent, tout en envisageant son avenir. Elle repense à tous ceux qu’elle a croisés, aux rencontres qu’elle a faites. Mais la vie n’est pas finie pour elle, loin de là. Et des rencontres, elle en fait encore. Son corps fatigue un peu, lui réclame du repos. Ce roman, c’est donc aussi l’histoire d’un duel entre une énergie intérieure et le temps qui passe. Morayo est un personnage inspirant, remplie d’une soif de vie et de découverte qui ne peuvent que nous donner envie de respirer un bon coup et de se laisser entraîner au fil des rues.

Ce roman, c’est le portrait d’une femme, mais aussi le portrait de la société qui fourmille autour d’elle. Une société cosmopolite, variée, qui bouge sans cesse. Dans ce livre, tout est beau. Et une lecture aussi rafraîchissante, gaie, enthousiasmante, ne peut que faire du bien. Comme une mule qui apporte une glace au soleil est un petit roman merveilleux, le premier de l’autrice à être traduit en français, et je tiens à remercier les éditions Delcourt pour cette découverte. Je conseille vivement la lecture de ce roman pour les vacances, quand on a juste envie d’une lecture douce et apaisante, à la fois légère et profonde. Sarah Ladipo Manyika fait entrer le soleil dans l’esprit de ses lecteurs et leur présente un personnage fort, à raison comparé à la célèbre Mrs Dalloway de Woolf.

Résultat de recherche d'images pour "comme une mule qui apporte une glace au soleil"

#243 Pourquoi pars-tu, Alice ? – Nathalie Roy

gr_9782764812105

Le résumé…

Alice Dansereau, quarante-trois ans, en fait trop pour tout le monde : épouse attentionnée, mère exemplaire, bénévole impliquée, enseignante dévouée, gestionnaire de la maisonnée, coursière, chauffeuse de taxi, etc. Lorsque son conjoint annule à la dernière minute leur voyage d’amoureux, elle prend une décision qu’elle n’aurait jamais cru pouvoir assumer : tout laisser derrière pour s’offrir un moment à elle. Avec pour seul bagage sa carte de crédit, ses lunettes de soleil et son cellulaire, elle s’enfuit sur le scooter de sa fille.

Combien de temps sera-t-elle absente? Jusqu’où ira-t-elle? Elle l’ignore pour l’instant, mais en traversant le pont Pierre-Laporte en direction de la route 132 Est, elle sait qu’elle devra faire le point sur sa vie et sur son avenir. Des centaines de kilomètres plus loin, et au fil de rencontres inattendues, Alice réalise qu’elle s’est longtemps oubliée. Elle se découvre passionnée, un peu rebelle, et aura envie d’exploser. Cet été sur la route changera sa vie à jamais.

ff805c1c-ecdf-4008-83e4-e411839e75e5_JDX-2x1_WEB

Mon avis…

Nathalie Roy, que j’ai connue grâce à ses aventures de Charlotte Lavigne (chronique du tome 1 ici), nous propose ici un roman feel good, dans la lignée de ce à quoi elle nous a habitués. Alice, quadragénaire et mère de famille, décide subitement de partir en road trip, laissant derrière elle sa vie bien rangée. Ce qui est d’abord un coup de tête devient l’occasion de s’interroger sur sa relation avec son compagnon, sur le rapport qu’elle entretient avec ses enfants, mais surtout sur elle-même. Après avoir vécu pour les autres avant tout, elle prend la décision de vivre pour elle. Et ce n’est pas si simple… Sur sa route, de nombreuses rencontres lui permettront de prendre progressivement un nouveau départ. Nathalie Roy dresse le portrait d’une femme de caractère qui, comme beaucoup, s’est perdue elle-même dans sa vie de famille, s’est oubliée. Elle lui propose dans cette aventure de renouer avec ses désirs propres, ses envies, son identité, sa vie de femme…

Portée par le charme du Canada, cette histoire drôle et prenante nous entraîne sur les routes, nous amène à nous questionner avec légèreté sur les choix que l’on fait, ou qu’au contraire l’on ne fait pas. C’est un voyage rafraichissant, dépaysant, plein de couleurs et au bon goût de liberté. Au fond, Nathalie Roy nous offre l’occasion de réfléchir sur le bonheur : qu’est-ce que c’est, finalement ? quand est-on satisfait de la vie que l’on a eu ? est-ce si mauvais de faire des folies ? ce qui apparaît comme une mauvaise décision l’est-elle vraiment ? se connait-on soi-même, en vérité ? Mais, dans ce roman, pas de prise de tête pour autant. C’est de la chick-lit comme on les aime, un livre simple et efficace, que l’on bouquine en vacances, avec un bon verre de vin ou un cocktail à la main, en terrasse ou sur la plage… C’est un rendez-vous entre femmes, entre une auteure et ses lectrices, entre des esprits… Et, au final, on se demande si le bonheur, ce n’est pas tout simplement un bon livre ?

Et aussi…

Retrouvez les images et le récit de ma rencontre avec Nathalie Roy, son interview en 5 questions, ainsi que la chronique de son roman Ça peut pas être pire !

P13500652

Nathalie Roy en visite à Amiens, photo de Juliette S. pour jelisetjeraconte.wordpress.com