#385 Toutes ces choses qu’on n’a jamais faites – Kristan Higgins

9791033903598.jpg

Le résumé…

Avant de mourir, la jeune Emerson, obèse morbide gravement malade, remet une enveloppe à ses deux meilleures amies Marley et Georgia, 34 ans, et leur fait promettre de suivre ses instructions. Elles découvrent qu’il s’agit de « La liste de choses à faire quand elles seraient minces », rédigée à 18 ans au camp d’amaigrissement où elles avaient formé leur trio.
Décidées à relever le défi lancé par leur défunte amie, les deux jeunes femmes vont devoir apprendre à surmonter leurs peurs et leurs complexes. Marley parviendra-t-elle à se délester de la culpabilité qui la ronge depuis la mort de sa sœur jumelle ? Georgia saura-t-elle trouver les ressources pour s’opposer à sa famille qui ne cesse de la rabaisser ? Munies de leur to-do list, elles sont prêtes à tout oser !

Mon avis…

Emerson, Marley et Georgia se sont rencontrées pendant leur adolescence, dans un camp pour jeunes personnes en surpoids. Elles ont passé un fabuleux été, nouant une amitié indéfectible. Un jour, elles ont écrit la liste de toutes les choses qu’elles feront lorsqu’elles seront minces. Des années plus tard, Marley et Georgia sont restées très proches, mais Emerson a pris ses distances et donne moins de nouvelles à ses amies. Les kilomètres qui les séparent n’aident pas… Un jour, les deux jeunes femmes sont appelées pour se rendre auprès d’Emerson, et découvrent qu’elle est désormais atteinte d’obésité morbide et qu’elle va mourir… Le choc est immense : que s’est-il passé ? Avant de partir, elle leur confie un petit bout de papier et leur fait promettre de tout faire. Ignorant les enjeux, ses deux amies acceptent. Ce papier, c’est cette fameuse liste de choses à faire quand elles seraient minces… Sauf que, minces, Marley et Georgia ne le sont toujours pas ! C’est donc le début d’un grand combat pour l’acceptation de soi qu’entament les deux amies.

Ce roman m’a beaucoup surprise. Concrètement, Kristan Higgins n’est pas grosse. Elle ne sait donc probablement pas elle-même ce que c’est, mais elle parvient à créer des personnages aux états d’âme très réalistes. Il est vrai que certains passages ont pu me déranger, mais aussi certaines idées qui sont présentes dans le roman, comme celle selon laquelle il suffirait de manger mieux et moins pour mincir. Ce n’est pas toujours vrai. Néanmoins, Kristan Higgins parvient à ne pas rentrer totalement dans les clichés, et j’ai malgré tout réussi à faire abstraction de cette petite gêne initiale. Par ailleurs, il y a un véritable travail sur la psychologie dans ce roman. Parfois, j’ai eu le sentiment qu’il y avait quelques longueurs, qu’il ne se passait pas grand chose à certains moments, et en réalité cela ne m’empêchait pas du tout de prendre plaisir à la lecture. Ces moments matérialisaient surtout l’attention très fine portée par l’autrice à l’élaboration de ces personnages. On explore vraiment leurs sentiments, leur intériorité, et on partage en quelque sorte le quotidien de ces jeunes femmes…

Le roman a un bon rythme, car il alterne des chapitres centrés sur Georgia, d’autres sur Marley, et d’autres où l’on retrouve des pages du journal intime d’Emerson. Malgré la mort de cette dernière, donc, le personnage ne cesse pas d’être présent et le trio continue d’exister, d’une autre façon. Chaque chapitre est en quelque sorte concentré, sur le plan des deux copines vivantes, sur la réalisation des points de la liste. Néanmoins, puisque aucune vie ne saurait être réduite à une liste, il va de soi que les deux amies prennent vite leur indépendance vis-à-vis de ces directives et les adapte à ce qu’elles sont devenues. Hors de question, donc, d’attendre d’être mince ! C’est alors un défi encore plus grand que se lancent Georgia et Marley : assumer leur corps tel qu’il est. Et, dans ce long roman, on retrouve toute leur progression, c’est-à-dire leurs hésitations, leurs doutes, leurs peines, mais surtout leurs victoires, même les plus petites, leurs triomphes sur les autres mais surtout sur elles-mêmes. Les personnages secondaires, eux aussi, sont vite contaminés par cette belle initiative, ce qui donne un roman très positif !

Les quelques petites maladresses sur le traitement du surpoids par l’autrice sont donc vite pardonnées, car elle ne bâcle pas ses personnages. On entre dans la vie de Georgia et Marley et on s’attache véritablement à elles. J’ai beaucoup souri pendant cette lecture, j’ai pris du plaisir, et j’avais vraiment envie de savoir comment les choses allaient se finir pour elles. Toutes ces choses qu’on n’a jamais faites est un roman body positive mais certainement pas moralisateur. Et, rassurez-vous, pas besoin d’être en surpoids pour apprécier cette histoire ! C’est un roman vraiment sympathique, idéal pour les chaudes journées d’été que nous connaissons ces derniers temps. Au programme : de l’amitié, de l’humour, de l’amour, du dépassement de soi et de la sensibilité. Ce roman est aussi un beau pied de nez aux grossophobes, profondément déculpabilisant et bienveillant !

Carte d’identité du livre

Titre : Toutes ces choses qu’on n’a jamais faites
Autrice : Kristan Higgins
Traductrice : Alexandra Herscovici-Schiller
Éditeur : Harper Collins France
Date de parution : 02 mai 2019

4 étoiles

Merci aux éditions Harper Collins France pour cette lecture.

téléchargement

#373 L’heure des fous – Nicolas Lebel

51jlssFxDNL._SX347_BO1,204,203,200_

Le résumé…

Paris: un SDF est poignardé à mort sur une voie ferrée de la gare de Lyon. « Vous me réglez ça. Rapide et propre, qu’on n’y passe pas Noël », ordonne le commissaire au capitaine Mehrlicht et à son équipe : le lieutenant Dossantos, exalté du code pénal et du bon droit, le lieutenant Sophie Latour qui panique dans les flash mobs, et le lieutenant stagiaire Ménard, souffre-douleur du capitaine à tête de grenouille, amateur de sudoku et de répliques d’Audiard…
Mais ce qui s’annonçait comme un simple règlement de comptes entre SDF se complique quand le cadavre révèle son identité.
L’affaire va entraîner le groupe d’enquêteurs dans les méandres de la Jungle, nouvelle Cour des miracles au cœur du bois de Vincennes, dans le dédale de l’illustre Sorbonne, jusqu’aux arrière-cours des troquets parisiens, pour s’achever en une course contre la montre dans les rues de la capitale.
Il leur faut à tout prix empêcher que ne sonne l’heure des fous…

lheure des fous

Mon avis…

Enfin ! Oui, j’ai enfin lu L’heure des fous de Nicolas Lebel. Il était temps ! J’avoue avoir découvert cet auteur à travers le regard taquin d’Olivier Norek, et j’ai acheté son livre l’année dernière à Saint-Maur en Poche. Je ne pensais pas que je serais autant surchargée de travail… Mais voilà, au milieu de l’écriture de mon mémoire, j’ai cherché un roman avec lequel je pourrais décompresser, et mon regard s’est posé sur L’heure des fous. J’avoue que j’ai trouvé ce roman très atypique, dans la mesure où mon attention s’est beaucoup moins concentrée sur l’enquête que sur les personnages eux-mêmes. Je les ai trouvé absolument fascinants et très intéressants. Leur personnalité est abordée avec beaucoup d’humour, ce qui semble assez caractéristique du style de Nicolas Lebel, même si je confirmerais cette intuition avec d’autres lectures. Il y a un côté très décalé que j’ai vraiment aimé, et qui est notamment symbolisé par la sonnerie de téléphone du capitaine Mehrlicht, qui consiste en répliques de films d’Audiard. Très drôle ! Toute l’équipe est attachante, avec le stagiaire traumatisé par Mehrlicht, ce dernier étant vraiment une grande gueule, le lieutenant Dossantos obsédé du Code Pénal et assoiffé de justice (pour le meilleur et pour le pire) et le lieutenant Latour, plus posée mais un peu rebelle. C’est un cocktail détonnant, que je prendrais vraiment plaisir à retrouver. J’ai aussi apprécié le côté linguiste de Nicolas Lebel, qui nous offre un magnifique exercice de style, avec le personnage de Mehrlicht et sa gouaille, son argot remarquable.

L’heure des fous, c’est un livre avec lequel on ne s’ennuie jamais ! Et on peut dire que Nicolas Lebel a vraiment une écriture bien à lui, car ce roman ne ressemble à aucun autre que j’ai pu lire jusqu’ici. J’ai adoré les clins d’œils et les hommages à la littérature (big up Victor Hugo !) et au cinéma. Sur la forme donc, parfait ! Sur le fond, je ne pourrais pas dire que j’ai moins aimé.  Il est vrai que l’intrigue policière passe un peu au second plan en raison de ces personnages très forts. Mais elle est rondement menée, parfaitement élaborée, et le dénouement ne déçoit pas. Cela aurait peut-être mérité de s’y attarder un peu plus, quitte à rajouter quelques pages, mais je ne suis même pas certaine. À vrai dire, cette focalisation sur les personnages est vraiment ce qui fait la richesse du livre, et je me dis que ce serait dommage de l’atténuer. Car, à la fin, le résultat est là : on a envie de retrouver cet insupportable mais adorable Mehrlicht ! L’heure des fous a un charme qui lui est propre, un peu suranné, un peu vintage. Un polar à l’ancienne, donc, qui se lit comme un bon page-turner. J’adore, et j’en redemande !

Carte d’identité du livre

Titre : L’heure des fous
Auteur : Nicolas Lebel
Éditeur : Marabout
Date de parution : 28 mai 2014

5 étoiles

#347 Cœur battant – Axl Cendres

Couv-Coeur-Battant

Le résumé…

Alex, 17 ans, est un « hors-la vie ». Après avoir essayé d’éteindre son cœur, il se retrouve dans une clinique pour y être « réhabilité à la vie ». Il y rencontre Alice, aussi belle que cynique ; Victor, aussi obèse que candide ; la vieille Colette, aussi espiègle qu’élégante ; et Jacopo, aussi riche que grincheux. À eux cinq, ils décident de s’évader de la clinique, direction le manoir de Jacopo. Le but du voyage ? Se jeter d’une falaise, tous ensemble – ça leur fera un projet commun ! Mais la route va leur réserver plusieurs surprises. Assez pour qu’Alex se demande si, finalement, la vie n’en vaut pas la douleur…

Mon avis…

Voici un roman très original : Cœur battant d’Axl Cendres. J’avais découvert cette autrice avec Dysfonctionnelle, également aux éditions Sarbacane… C’était donc avec beaucoup de plaisir que je me suis lancée dans cette lecture ! C’est avec un style assez léger qu’Axl Cendres nous embarque dans l’histoire de ces personnages. Pourtant, le sujet, à la base, ne prête pas forcément à sourire, puisqu’il est question de suicide… Or, nous rencontrons dans ce roman des « suicidants », donc des gens qui ont raté leurs suicides… La vie, ils ne l’aiment pas. Et leur seul objectif, c’est de mourir, une bonne fois pour toutes ! Alex, Alice, Victor, Colette et Jacopo sont cinq personnages attachants. A la fois décalés et familiers, ils nous emportent dans leur délire, sans jamais nous faire sombrer dans la peine. Ici, la mort est loin d’être déprimante. Elle est un idéal. A la clinique de la Citadelle, ces êtres si différents se rencontrent, et un jour vont décider de partir… pour se suicider, tous ensemble ! Sauf que l’amour et l’amitié rôdent dans les environs, menaçant leur projet ! Ce récit, complètement perché, est en fait d’une poésie folle. J’ai vraiment apprécié ce roman qui, malgré son humour très marqué, est particulièrement touchant. Nous jetons un regard nouveau sur le monde, la vie, les relations qui nous unissent tous. En bref : une histoire inspirante habillée de fraîcheur et de rires ! Un hymne à la mort ? Non, un hymne à la vie. A découvrir !

Carte d’identité du livre

Titre : Cœur battant
Autrice : Axl Cendres
Éditeur : Sarbacane
Date de parution : 05 septembre 2018

5 étoiles

Merci aux éditions Sarbacane pour cette lecture.

sarbacane

https://aziquilit.files.wordpress.com/2013/03/logo-exprim.jpg?w=241&h=45&zoom=2

#342 Chers monstres – Stefano Benni

chersmonstres

Le résumé…

Et si les “monstres” d’aujourd’hui, nous suggère Stefano Benni dans ce recueil de nouvelles, ne ressemblaient en rien à ceux des légendes ? Son Dracula est victime d’un redoutable inspecteur des impôts, le doux M. Zéphyr voit son identité niée par la rébellion inexplicable de tous les distributeurs bancaires. Déclinant les multiples visages de la peur, l’auteur pointe les effets dévastateurs des technologies dites avancées, qui transforment de charmantes lolitas en véritables érynies, mais il revisite aussi, en les détournant, les contes pour enfants comme Hänsel et Gretel, ou rend hommage à son maître, Edgar Poe. Qu’il nous convie à une enquête policière menée dans le monde des chats pour démasquer un tueur en série ou qu’il parodie les films d’horreur, Benni nous entraîne dans d’infinies variations autour d’un thème qui nous fascine depuis toujours, peut-être parce que ce sont nos propres “monstruosités” – la lâcheté, l’égoïsme – qu’il reflète ou parce que, comme le dit le narrateur dans L’Histoire de la sorcière Charlotte, avoir peur est un sentiment profondément ambivalent, à la fois terrible et délicieux…

Mon avis…

Aujourd’hui, je vous parle d’un livre original, il s’agit de Chers monstres de Stefano Benni. C’est un recueil de nouvelles complètement déjanté, dans lequel on rencontre aussi bien des vampires, des sorcières, des momies, qu’Hänsel et Gretel, Michael Jackson, un groupe de K-Pop et un arbre tueur ! Bref, un drôle de melting-pot dans ce bouquin ! Chaque nouvelle a son charme propre, son atmosphère bien à elle. Parfois on rit, parfois on frissonne, Stefano Benni maîtrise son écriture et ses situations. Et, entre contes fantasques et contes cruels, il nous révèle toutes les facettes de l’être humain, ou plutôt tous ses mauvais côtés… Préparez-vous à voir l’horreur sous toutes ses formes, mais toujours avec un regard décalé. Parfois, on reconnaît avec plaisir de vieilles histoires bien connues, des contes de notre enfance, des légendes que l’on se disait petits, mais tout cela remis au goût du jour. En même temps, ce ne sont pas que des histoires basées sur l’humour, ce sont aussi des textes dignes d’Edgar Allan Poe – auquel l’auteur rend d’ailleurs hommage – qui nous tiennent grâce à un suspense haletant. Je ne peux pas en dire trop car ce sont des textes très courts qui ont tous leur intrigue propre et qui se caractérisent par les surprises qu’ils réservent, mais je peux affirmer que ce petit livre, assez méconnu, plaira beaucoup aux amateurs de lectures perchées. Si vous aimez les délires littéraires en tous genres, vous serez vraiment gâté ! On ne s’ennuie pas une seule seconde.

Carte d’identité du livre

Titre : Chers monstres
Auteur : Stefano Benni
Traductrice : Marguerite Pozzoli
Éditeur : Actes Sud
Date de parution : 05 avril 2017

5 étoiles

#329 Brexit Romance – Clémentine Beauvais

brexitromance

Le résumé…

Juillet 2017 : un an que « Brexit means Brexit » ! Ce qui n’empêche pas la rêveuse Marguerite Fiorel, 17 ans, jeune soprano française, de venir à Londres par l’Eurostar, pour chanter dans Les Noces de Figaro ! À ses côtés, son cher professeur, Pierre Kamenev. Leur chemin croise celui d’un flamboyant lord anglais, Cosmo Carraway, et de l’électrique Justine Dodgson, créatrice d’une start-up secrète, BREXIT ROMANCE. Son but ? Organiser des mariages blancs entre Français et Anglais… pour leur faire obtenir le passeport européen. Mais pas facile d’arranger ce genre d’alliances sans se faire des noeuds au cerveau et au coeur !

Clémentine Beauvais

Clémentine Beauvais

Mon avis…

C’est le retour de Clémentine Beauvais ! Je vous avais déjà parlé de deux romans de cette autrice, à savoir Comme des images et Songe à la douceur. Je les avais d’ailleurs tous les deux appréciés. C’est pourquoi je suis bien contente d’avoir eu l’occasion de lire Brexit Romance. Comme le titre l’indique, ce roman se déroule en Angleterre et prend pour point de départ le référendum qui a dit « oui » à la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. C’est sur un ton très léger et souvent humoristique que Clémentine Beauvais aborde ce thème sérieux. C’est une histoire très atypique que l’autrice nous propose, celle d’une start-up qui a pour rôle d’organiser des mariages blancs entre britanniques et français, afin que ceux-ci obtiennent un passeport et soient en mesure de continuer à circuler d’un pays à l’autre. Cela donne lieu à de drôles de rencontres et de mises en scène, dans lesquelles Justine Dodgson joue un rôle central. Ces mariages sont supposés n’impliquer aucun sentiment, mais dans la réalité, Justine va vite se rendre compte que les choses sont bien différentes !

J’ai apprécié, dans Brexit Romance, les jeux sur le langage auxquels se prêtait déjà Clémentine Beauvais dans Songe à la douceur. Ici, un peu de franglais, beaucoup de malentendus, de quoi faire rire les anglophones mais aussi ceux qui ne maîtrisent pas encore la langue à la perfection. Cet aspect est vraiment appréciable. J’ai aussi trouvé sympathique de mêler les discours, avec un roman très frais dans lequel se glissent des propos politiques et un engagement très prononcé. Sans être moralisateur, le récit nous guide vers une réflexion passionnante. A noter également la dérision qui donne un peu de piment à certaines scènes. Au milieu de tous ces points positifs, on relève tout de même quelques nuances : parfois une ou deux longueurs, des personnages au comportement un poil caricatural, mais rien qui puisse bouleverser l’impression finale. En effet, même si je n’ai pas été sensible à tous les charmes de Brexit Romance, probablement car il est plutôt destiné à un public adolescent, j’ai malgré tout passé un excellent moment. C’est une lecture que je conseille vivement à ceux et celles qui ont envie de se détendre avant tout, de passer à l’heure anglaise le temps d’un roman, et de plonger dans un univers drôle, coloré et pétillant.

administration architecture big ben booth

Carte d’identité du livre

Titre : Brexit Romance
Autrice : Clémentine Beauvais
Éditeur : Sarbacane (Exprim’)
Date de parution : 22 août 2018

5 étoiles

Merci aux éditions Sarbacane pour cette lecture.

sarbacane

challenge rl

#317 Comment ne pas devenir une fille à chat – Nadia Daam

comment ne pas devenir

Le résumé… 

Célibataire exigeante et fière de l’être, Nadia Daam, 39 ans, ambitionne de révolutionner le célibat et d’envoyer valser les kilos de stéréotypes systématiquement accolés aux célib’. Surtout quand ce sont des femmes comme elle qui vivent en colocation avec leur chat Pompom et leur fille Zoé – à moins que ce soit l’inverse. (Les gens appellent leurs gosses n’importe comment aujourd’hui. Mais ça, c’est un autre débat.)
Nadia Daam est convaincue qu’on peut être mère célibataire, tutoyer la quarantaine, avoir son enfant une semaine sur deux et le vivre pas trop mal. On peut aussi être capable de préparer un bol de Miel Pops à 7 heures du matin une semaine et de porter sa culotte sur la tête à la même heure celle d’après…
Grâce à ce véritable guide de survie, vous saurez comment dire du mal de vos ex sans passer pour une désespérée et pourquoi il vaut parfois mieux avoir une jambe de bois qu’un utérus. Vous apprendrez qu’une ride du lion et un enfant à demeure sont très utiles pour faire du shopping. Et qu’il n’y a pas de honte à préférer une assiette de spaghettis sauce Bolo Balls dévorée devant Netflix à un date via Tinder.
Tant que vous faites ça avec panache et sans sentir la croquette !

16518990

Illustration de Leslie Plée

Mon avis… 

J’ai découvert ce livre dans l’émission Quotidien de Yann Barthès et j’ai tout de suite accroché à la personnalité de l’autrice, Nadia Daam. J’avais donc très envie de lire Comment ne pas devenir une fille à chat. Soyez prévenus, il ne s’agit pas d’un roman. C’est plutôt un livre humoristique, comme un one woman show mais en version papier ! Ils sont plutôt rares, les livres qui font vraiment rire. Celui-ci fait partie de l’infime quantité qui peut nous décrocher des sourires et bien plus ! Grâce à ce livre, nous plongeons dans « l’intimité » de Nadia Daam, ou du personnage qu’elle s’est créé, et nous faisons ainsi connaissance de son chat – et de ceux qui l’ont précédé – ou encore de son « Enfant personnel ». Elle nous raconte avec tendresse et parfois une touche de cynisme le quotidien d’une mère célibataire. Ce que j’ai apprécié dans ce texte, c’est le caractère multiple : on y trouve tout ce qui fait passer un bon moment de lecture. En effet, il est à la fois touchant, drôle, critique et léger. Le découpage par petits chapitres, comme des saynètes ou des sketchs, permet de lire selon nos envies, par moments, entre deux courses, deux dossiers à rédiger, deux enfants à mettre au lit… Ce livre est bien écrit, tout est très efficace. C’est à la fois à acheter pour soi et à lire pour se faire plaisir, mais aussi à acheter pour la copine célibataire qui a au moins trente ans et un chat ! On en connait tous une, allez ! Et bien, ce bouquin va la déculpabiliser, lui faire du bien, la faire sourire, comme le suggère le sous-titre : « L’art d’être célibataire sans sentir la croquette ». En quelques mots : vive l’autodérision, sans aucune prise de tête !

En quelques mots…

de l’humour à profusion
one woman show sur papier
lecture légère
à (s’)offrir

Carte d’identité du livre

Titre : Comment ne pas devenir une fille à chat
Autrice : Nadia Daam
Illustratrice : Leslie Plée
Éditeur : Mazarine
Date de parution : 09 mai 2018

logo-mazarine

Merci aux éditions Mazarine et à NetGalley France pour cette lecture.

#307 Comment maigrir sans rien manger ? – Coco et Bénédicte Voile

Comment-maigrir-sans-rien-manger

Le résumé…

Les silhouettes plus que parfaites des top models vous laissent perplexe ? Vous sentez bien qu’on vous cache quelque chose… Les stars ne se nourrissent-elles que de graines comme les hamsters ? Possèdent-elles une machine à faire fondre la cellulite ? Ont-elles une peau transgénique qui se régénère la nuit ? Non, ce sont des femmes comme vous et moi. Une heure de maquillage minimum, un excellent photographe, une touche de Photoshop et vous pourriez vous aussi faire la couverture de Vogue ! Vous êtes donc normale. En lisant ce (faux) guide, vous allez rire, déculpabiliser et surtout… vous aimer !

IMG_20180612_161732_415

Instagram @juliette.sa

Mon avis…

Ce petit bouquin est un livre humoristique qui se moque avec délicatesse et beaucoup de pertinence des milliers de guides de régime qui fleurissent chaque année chez les libraires ou dans les magazines féminins ! L’autrice, Coco, distille des conseils parfois farfelus et pourtant, quand on y regarde bien, plein de bon sens. Car son but est bien de nous déculpabiliser, enfin. De nous dire que, non, il n’est pas nécessaire d’être mince et parfaite, voire refaite, pour avoir le droit d’aller à la plage en été. Et que, non, manger une raclette ne devrait pas être un crime ! C’est un livre frais, plein de dérision, avec de très jolies illustrations de Bénédicte Voile. Ce duo féminin fonctionne à la perfection. Les deux femmes nous parlent comme à des copines, l’une avec ses mots, l’autre avec son crayon, et nous font passer un excellent moment. Sourire à chaque page, ça fait du bien, et comme elles le disent si bien en prélude à cette lecture légère : « Vous salivez ? Alors croquez ce livre. Chaque sourire vous fera dépenser 10 calories. Faites le compte : il y a 160 pages… »

Avec ce livre, on ne prend pas un gramme et pourtant qu’est-ce qu’on se régale ! C’est un bouquin 100% body positive, écrit par des femmes qui connaissent leurs lectrices et veulent leur faire du bien. C’est du feel-good, du zéro prise de tête. De quoi (presque) se réconcilier avec sa balance ! Un petit livre à acheter si vous vous sentez un peu complexée, à offrir à celles qui veulent justement rire de leurs complexes, à lire seule ou entre copines, ou avec son mec, ou même avec sa mère, avec une salade, un mojito, ou une assiette de cookies, bref, en toutes circonstances. Vous ne vous sentirez peut-être pas concernée par toutes les pages de ce livre, mais vous y reconnaîtrez les femmes de votre vie ! Ce livre, qui ne cherche pas à en faire trois tonnes, porte tout de même un regard sur notre monde, sur la société, sur ses diktats… Il nous offre la possibilité d’en rire et de s’en moquer quelques instants, voire de s’en libérer définitivement ! Et c’est tant mieux. En reprenant un à un tous les clichés qu’on nous balance chaque jour, les autrices jouent avec et les retravaillent, en font quelque chose de moins pesant. Merci d’avoir un peu allégé mon quotidien, Coco et Bénédicte !

Cliquez sur l’image pour plus d’illustrations de Bénédicte Voile !

En quelques mots…

humour et dérision
0% prise de tête
à lire et à offrir
joliment illustré
frais et léger

Carte d’identité du livre

Titre : Comment maigrir sans rien manger ?
Autrice : Coco
Illustratrice: Bénédicte Voile
Éditeur : l’Archipel (Archipoche)
Date de parution : 02 mai 2018

logo archipel

Merci aux éditions de l’Archipel pour cette lecture.

#280 L’ours est un écrivain comme les autres – William Kotzwinkle

Résultat de recherche d'images pour "william kotzwinkle ours écrivain comme les autres"

Le résumé…

Il était une fois un ours qui voulait devenir un homme… et qui devint écrivain. Ayant découvert un manuscrit caché sous un arbre au fin fond de la forêt du Maine, un plantigrade comprend qu’il a sous la patte le sésame susceptible de lui ouvrir les portes du monde humain – et de ses supermarchés aux linéaires débordants de sucreries… Le livre sous le bras, il s’en va à New York, où les éditeurs vont se battre pour publier l’œuvre de cet écrivain si singulier – certes bourru et imprévisible, mais tellement charismatique ! Devenu la coqueluche du monde des lettres sous le nom de Dan Flakes, l’ours caracole bientôt en tête de liste des meilleures ventes…

Résultat de recherche d'images pour "william kotzwinkle"

William Kotzwinkle

Mon avis…

Dans la lignée de John Fante et Paul Auster, William Kotzwinkle nous offre une aventure farfelue et palpitante, celle d’un ours qui décide, du jour au lendemain, de devenir écrivain à succès. Grâce à la maladresse et au manque de chance du véritable auteur, il met en effet la patte sur un manuscrit qui s’avère ne pas être mauvais du tout. Très vite, il trouve sa place dans la société humaine, tout le monde n’y voit que du feu ! C’est un écrivain taciturne que cet ours. Pourtant, personne ne semble s’interroger sur sa drôle d’allure et sa peu de maîtrise des normes sociales. On se dit que c’est un original, cet écrivain, et ça plait ! Tandis que l’ours prend la place de l’humain, l’auteur du roman à succès reste, lui, dans le Maine. Progressivement, à son tour, il imite l’ursidé. William Kotzwinkle écrit un livre plein d’humour, très riche et foisonnant, à l’intrigue amusante et fouillée, dans lequel il se moque avec singularité et malice du monde littéraire, de sa folie conventionnelle et de ses folles conventions ! Au programme, de l’ironie, un récit complètement décalé et divertissant, un bon roman à l’américaine, portrait d’une société qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez et réflexion sur l’humanité, sur l’animalité. C’est fou, frais, perché et c’est aussi moqueur, et parfois, il faut le reconnaître, ça fait du bien de se laisser porter par les mots et les pages !

Résultat de recherche d'images pour "william kotzwinkle ours écrivain comme les autres"

Perles de librairie… #original

Il y a les drôles, les désespérantes, les touchantes…

Des moments uniques entre libraire et client… 

Et pour cette fois, une demande originale !

Image associée

On évite toujours d’avoir des fous rires devant les clients…

Mais parfois, on ne peut pas se retenir !

« Bonjour je voudrais un livre pour lire aux toilettes. »

J’emmène la dame au rayon humour où se trouvent les livres que vous connaissez

sans doute, avec des petites histoires à lire sur le trône…

Mais…

« Ah non mais ce n’est pas ça que je veux ! »

Alors j’essaie de préciser la demande… 

« Je veux juste un livre en fait… pour lire aux toilettes ! » 

Et donc… cette dame voulait « juste » un livre…

mais a cru bon de préciser que c’était pour lire aux toilettes…

et j’ai eu la délicatesse de demander (pardonnez-moi) :

« Alors vous préférez plutôt un livre court ou un livre long ? » 

Et finalement, elle est repartie avec Aurélien d’Aragon !

Comme quoi, les goûts de chiotte ne sont pas toujours ce qu’on croit.

Image associée

Perles de librairie… #Noël

Il y a les drôles, les désespérantes, les touchantes…

Des moments uniques entre libraire et client… 

Voici, pour commencer, une spéciale Noël :

Résultat de recherche d'images pour "guirlande noel png"

« Bonjour, je cherche un livre pour offrir à quelqu’un qui n’aime que les toitures… »

Résultat de recherche d'images pour "cadeau"

« Est-ce que vous avez Zadig de Voltaire et Le dernier jour d’un

condamné de Victor Hugo ? C’est pour un enfant de 10 ans qui n’aime pas lire…

Il faut qu’il se lance un jour ou l’autre ! »

Résultat de recherche d'images pour "cadeau"

« Bonjour est-ce que vous pourriez me conseiller des livres ?

C’est pour une amie grosse qui ne s’accepte pas ! »

Résultat de recherche d'images pour "cadeau"
« Donnez-moi n’importe quoi tant que ça se vend !

Genre du Musso ou un truc comme ça… »

Résultat de recherche d'images pour "cadeau"

« Est-ce que vous avez un guide pour les démarches funéraires ?

C’est pour ma grand-mère, elle est plus toute jeune… »

Résultat de recherche d'images pour "cadeau"

Le 28 décembre, un vieux monsieur au téléphone…

« Oh mademoiselle vous n’imaginez même pas ce que m’ont offert mes petits-fils…

je crois qu’ils me prennent pour un vieux chiant… »

Il avait l’air vraiment très peiné et tout perturbé de ses cadeaux…

alors je lui demande ce qu’ils lui ont offert…

« Servir du général de Villiers et des livres sur Macron… de la politique…

moi je veux rêver, pas déprimer ! »

Et le pauvre culpabilisait à l’idée de les échanger…

Je l’ai rassuré et il était tout content de savoir qu’on pourrait

lui conseiller des livres à ses goûts…

Résultat de recherche d'images pour "père noel png"