#405 T’as pensé à… ? – Coline Charpentier

61IFcXyiUbL

Le résumé…

« J’ai lancé le compte “T’as pensé à… ?” sur Instagram un mardi matin de novembre, entre le biberon de mon fils et mon café. Après la participation de copines épuisées, des milliers de femmes sont venues témoigner. Avec une seule et même question : pourquoi, alors que nous avions fait un enfant à deux, nous nous retrouvions à gérer seules la suite ? Et que faire une fois que nous avions dénoncé ? Ce livre apporte un début de réponse pour aller vers l’action. »

Coline Charpentier propose une ouverture au dialogue sur la charge mentale. Comment en mesurer l’importance dans son propre couple ? Comment répondre aux sceptiques qui pensent que les femmes « n’ont qu’à mieux s’organiser » ? Comment s’en sortir et retrouver un équilibre, dans son couple et dans la société ?

Capture1

Mon avis…

Et si nous parlions « charge mentale » ? Cette notion est souvent considérée comme complexe, et elle en devient malheureusement incomprise. De plus en plus d’ouvrages s’emparent de cette expression et tentent de l’expliquer, avec plus ou moins de succès. T’as pensé à… ? est né d’un compte Instagram, sur lequel sa créatrice partage des anecdotes que lui communiquent des dizaines de femmes. Elles y parlent de leur vécu, au quotidien, et de leur ressenti. Elles montrent, dans le concret, ce qu’est pour elles la charge mentale. Le livre reprend certains de ces témoignages, et c’est sur cette base que Coline Charpentier élabore ses conseils, ses réflexions. Grâce à T’as pensé à… ?, vous comprendrez enfin ce qu’est la charge mentale, mais surtout vous trouverez des solutions pour y remédier, en la partageant avec l’élu de votre coeur.

Capture3

Cet ouvrage, très simple et court, invite à la réflexion. Vous ne vous perdrez pas dans les méandres de longs développements théoriques. Non, vous reconnaîtrez probablement votre propre situation, si vous avez des enfants, ou si vous êtes simplement en couple. Et vous vous sentirez moins seule, très certainement. Le titre, T’as pensé à… ?, évoque toutes ces petites phrases que l’on a toutes entendues : « T’as pensé à repasser ma chemise ? », « T’as pensé à préparer le sac des enfants ? », « T’as pensé à acheter du pain ? », « T’as pensé à faire le ménage ? », etc. Toutes ces choses à penser qui surchargent l’esprit de la plupart des femmes, et entraînent une fatigue harassante… Allez, la charge mentale : c’est fini ! Il faut changer les choses maintenant, et ce petit livre, en bon petit guide, vous donne quelques pistes.

Capture2

Certes, T’as pensé à… ? ne va pas révolutionner votre vie quotidienne, c’est à vous de la transformer, et à votre conjoint(e). Mais le livre invite à la prise de conscience, à prendre du recul sur notre propre situation, et à identifier dans tout ce fouillis routinier ce qui, concrètement, pose problème. Ce que j’ai apprécié dans cet ouvrage, c’est sa simplicité, son accessibilité, et je trouve qu’il peut être une bonne porte d’entrée sur le sujet, une bonne approche de cette problématique de la charge mentale. Sans tout dire, il constitue un bon début. En plus, Coline Charpentier introduit beaucoup d’humour dans ce livre, ce qui rend l’exploration de cette sérieuse thématique un peu plus légère ! Et ça, clairement, c’est assez plaisant. T’as pensé à… ? est à mettre entre les mains des curieux, des sceptiques, des craintifs du féminisme, ou des personnes qui ne savent pas par où commencer et veulent simplement comprendre ce qui se cache derrière la « charge mentale ».

Carte d’identité du livre

Titre : T’as pensé à… ?
Autrice : Coline Charpentier
Éditeur : Livre de Poche
Date de parution : 08 janvier 2020

4 étoiles

Merci à NetGalley et au Livre de Poche pour cette lecture.

#395 Le triomphe des ténèbres (la saga du Soleil noir, t.1) – Giacometti et Ravenne

81TtSvofIyL.jpg

Le résumé…

1938. Dans une Europe au bord de l’abîme, une organisation nazie, l’Ahnenerbe, pille des lieux sacrés à travers le monde. Elle cherche des trésors aux pouvoirs obscurs destinés à établir le règne millénaire du Troisième Reich. Son maître, Himmler, envoie des SS fouiller un sanctuaire tibétain dans une vallée oubliée de l’Himalaya. Il se rend lui-même en Espagne, dans un monastère, pour trouver un tableau énigmatique. De quelle puissance ancienne les nazis croient-ils détenir la clé ? À Londres, Churchill découvre que la guerre contre l’Allemagne sera aussi celle, spirituelle, de la lumière contre les ténèbres.

Tristan, le trafiquant d’art au passé trouble ; Erika, une archéologue allemande ; Laure, l’héritière des Cathares… : dans le premier tome de cette saga, l’histoire occulte fait se rencontrer des personnages aux destins d’exception avec les acteurs majeurs de la Seconde Guerre mondiale.

Mon avis…

Cela faisait très longtemps que je voulais lire un roman de Giacometti et Ravenne. J’ai donc sauté le pas avec leur tout dernier en poche, le premier tome de la saga du Soleil noir, j’ai nommé : Le triomphe des ténèbres. J’ai vraiment été séduite par le résumé qui mêlait à la perfection Histoire, occultisme et aventure. Et je n’ai clairement pas été déçue. Le livre tient ses promesses, en nous faisant plonger dans les plus profonds mystères du nazisme et la fascination de certains leaders du parti pour l’ésotérisme. Les personnages ont des parcours originaux et singuliers, et ils se trouvent pourtant tous réunis dans une étrange quête : celle d’une relique, que les nazis considèrent comme une arme capable de leur faire gagner la guerre. Je me suis beaucoup attachée à tous ces personnages, et j’ai apprécié la place de choix laissée aux femmes. Remarquons aussi la présence de personnages historiques, tels Churchill, Hitler, Himmler, etc. qui prennent vie aux côté de personnages imaginaires pleins de reliefs.

Ce que j’ai aussi adoré dans ce roman, c’est que l’on se divertit avec une histoire absolument passionnante et pleine de suspense, et que l’on apprend également des choses. Docere et placere, dirait Horace. A la fin du livre, on trouve d’ailleurs quelques explications permettant de faire la part de vérité dans la fiction. Giacometti et Ravenne se documentent beaucoup, et cela se ressent sans jamais alourdir le récit. On découvre la Seconde Guerre mondiale et l’Occupation sous un autre angle. C’est extrêmement stimulant pour le lecteur, sur le plan intellectuel. Le triomphe des ténèbres m’a rendue accro et c’est aussi un livre captivant dont j’ai parlé à mes proches avec beaucoup de plaisir. Honnêtement, j’avais vraiment envie de bondir sur le tome 2, mais je vais devoir attendre sa sortie en poche… Patience, patience… mais j’ai hâte ! En attendant, peut-être vais-je reporter mon attention sur leurs autres livres, qui ont l’air tout aussi passionnants. Clairement, Giacometti et Ravenne ont le don pour la narration simple et efficace. Si vous ne connaissez pas et que vous aimez les thrillers ésotériques ou les romans historiques, sautez vite sur leurs livres !

Carte d’identité du livre

Titre : Le triomphe des ténèbres (la saga du Soleil noir, t.1)
Auteurs : Éric Giacometti et Jacques Ravenne
Éditeur : Le Livre de Poche
Date de parution : 15 mai 2019

5 étoiles

 

#372 Passager 23 – Sebastian Fitzek

9782253258155-001-T.jpeg

Le résumé…

Des dizaines de personnes disparaissent en mer chaque année. Sans laisser de trace. Le lieu rêvé pour des crimes parfaits…

Le Sultan des mers est un de ces paquebots où, à plusieurs reprises, des passagers se sont jetés par-dessus bord. C’est le cas notamment de la femme et du fils de Martin Schwartz. Depuis leur mort, Martin a perdu goût à la vie et assume des missions dangereuses au sein de la police. Cinq années ont passé quand il reçoit une mystérieuse invitation à retourner sur Le Sultan des mers. Une fois sur place, il reconnaît avec stupeur l’ours en peluche de son fils dans les bras d’Anouk, une enfant disparue qui vient de refaire surface. Il comprend alors qu’il a été sollicité pour découvrir ce qu’a vécu la fillette, cachée dans la cabine 23. Au fil de son enquête, il va mettre au jour le mobile de ces étranges disparitions.

Et découvrira que les disparus ne sont peut-être pas tous morts…

cruise-ship-894817_1280.jpg

Mon avis…

Je n’avais pas lu de Fitzek depuis des années. Je vous avais parlé, ici sur le blog, de son livre Le briseur d’âmes, que j’avais vraiment beaucoup aimé. Aujourd’hui, il est question de Passager 23, son dernier roman sorti en poche cette année. Si vous ne connaissez pas Sebastian Fitzek, je pense que l’on peut aisément dire qu’il est un peu le Maxime Chattam allemand. Tout aussi connu, tout aussi attendu, et tout aussi talentueux. C’est donc avec grand plaisir que j’ai retrouvé sa plume ! Dans ce livre, il nous emmène en croisière sur un paquebot élégamment nommé Le Sultan des Mers. Mais il est hors de question que la croisière s’amuse ! Au contraire, vous embarquerez sur un voyage horrifique et angoissant… De mystérieux suicides, dont certains ont de curieux points communs… S’agit-il de meurtres maquillés ? Les suicidés sont-ils vraiment morts ? Toutes les réponses que nous pouvons imaginer ne correspondent pas exactement à la réalité ! Sebastian Fitzek aime nous faire partir sur certaines pistes, puis retourner la situation ou nous faire entrer dans des scenarii bien plus complexes. J’ai aimé ce roman car il était rempli de surprises.

« – Je… veux… pas… mour…

– Allons allons, nous étions pourtant d’accord, dit le docteur avec un sourire réconfortant. Tout est arrangé. Vous n’allez pas me laisser tomber maintenant, à deux doigts de la mort parfaite. »

Il s’agit d’un roman policier écrit avec habileté et subtilité. Le suspense est total, l’intrigue est parfaitement bien ficelée, la résolution de l’enquête et le dénouement sont étonnants. Aucun détail n’est sous-exploité, tout est parfaitement maîtrisé et apporte quelque chose au roman. Il est vrai que vous n’aurez peut-être plus envie de partir en croisière après cette lecture. Personnellement, je n’en ai jamais eu envie, la simple idée d’être coincée au milieu de l’océan avec des milliers d’autres personnes et sans la moindre issue me terrifie ! Vous imaginez donc bien l’ambiance qui règne dans ce livre ! Un paquebot, c’est l’endroit parfait pour se suicider : les familles n’ont pas à gérer le corps, vous disparaissez, tout simplement, un saut et c’est fini. C’est aussi l’endroit parfait pour assassiner quelqu’un… pour les mêmes raisons ! Un peu flippant comme réflexion ? Oui, carrément. Mais c’est l’idée qui guide tout le roman. Comment résoudre une enquête quand toutes les preuves sont effacées par l’océan ? Diabolique. Bref, vous l’aurez compris, les amateurs et amatrices de thrillers ou romans policiers trouveront leur bonheur avec ce Passager 23. Embarquement immédiat ! Petit bonus, sur lequel je donnerais très peu de détails pour éviter de vous spoiler le dénouement : la résolution de l’intrigue permet d’aborder un fait sociétal très intéressant et tabou, d’une façon originale.

« Elle se demandait parfois qui était le plus fêlé : les auteurs qui inventaient toutes ces horreurs, ou elle-même, qui payait pour lire les méfaits de tueurs à la hache et autres psychopathes, confortablement installée au bord de la piscine, jamais loin des charmants serveurs qui, selon l’heure de la journée, lui apportaient, entre deux cafés, jus de fruits ou cocktails. »

Carte d’identité du livre

Titre : Passager 23
Auteur : Sebastian Fitzek
Traductrice : Céline Maurice
Éditeur : Le Livre de Poche
Date de parution : 27 février 2019

5 étoiles

Un grand merci à mon ami Stathis pour ce cadeau d’anniversaire !

Les sorties poche à ne pas rater en août 2018 !

sortiespoche

Parler des nouveautés, c’est souvent parler de livres en grand format ! Par chance, elles finissent presque toujours par sortir en poche ! Alors voici une petite sélection d’ouvrages à paraître bientôt dans un format et un prix plus intéressant.

Alors…

À VOS AGENDAS !

9782264070951FS

Parution le 16 août 2018 aux éditions 10/18.

Pour qui ? Pour celles et ceux qui ont envie d’une dystopie très originale par la talentueuse autrice de La Servante écarlate. C’est le coeur qui lâche en dernier est dans la même lignée que ce texte plus connu, mais se distingue par un humour beaucoup plus prononcé, tendant parfois vers un cynisme grinçant et plaisant. Une lecture atypique qu’on n’oublie pas de sitôt !

Le résumé et la chronique coup de coeur ici.

Une-histoire-des-abeilles

Parution le 16 août 2018 aux éditions Pocket.

Pour qui ? Pour tout le monde, vraiment ! C’est un roman terriblement actuel qu’a écrit Maja Lunde. A travers trois histoires passionnantes, elle nous parle d’un des plus gros enjeux de notre monde moderne : la disparition des abeilles. Sans tomber dans le pessimisme ou la culpabilisation, l’autrice nous offre un texte inspirant, à la fois poétique et réaliste. A découvrir !

Le résumé et la chronique coup de coeur ici.

9782253906636FS

Parution le 22 août 2018 chez Le Livre de Poche.

Pour qui ? Pour les curieux.ses et les amateurs.trices d’art et du XXe siècle en général. Plongez dans la vie de Gabriële Buffet-Picabia, une femme trop longtemps oubliée et redécouverte par ses petites-filles. Essentielle dans le milieu artistique de l’époque, elle côtoie les plus grands génies : Picabia, bien sûr, mais aussi Apollinaire, Marcel Duchamp… Il s’agit d’un roman biographique absolument passionnant et instructif !

Le résumé et la chronique coup de coeur ici.

9782253073802FS

Parution le 22 août 2018 chez Le Livre de Poche.

Pour qui ? Pour les passionnés d’Histoire, qui ont envie d’explorer la vie sombre et destructrice de Josef Mengele, le « médecin d’Auschwitz« , qui a réussi à échapper à la justice en se réfugiant en Amérique du Sud. C’est un roman déstabilisant qui nous apprend beaucoup sur l’après-guerre et ses secrets les plus inquiétants.

Le résumé et la chronique ici.

9782757871560

Parution le 23 août 2018 aux éditions Points.

Pour qui ? Pour les amateurs de bonne littérature, de phrases bien construites, de recherche sur le langage… Voici un énorme coup de coeur de la rentrée littéraire de l’année dernière, enfin en poche ! Ce texte est tout simplement un chef d’oeuvre. A la fois drôle, original, addictif, ce roman nous montre l’étendue du talent de Joy Sorman qui manie les mots à merveille.

Le résumé et la chronique coup de coeur ici.

BONNE LECTURE !

bookstore-1973672_1280

Saint-Maur en Poche 2018

Impression

Le week-end dernier, plus précisément le dimanche, j’étais en vadrouille à Saint-Maur en Poche ! C’est un salon du livre près de Paris, très convivial, chaleureux, de quoi passer un moment magique. C’est organisé par les libraires de La Griffe Noire, à savoir Gérard Collard et Jean-Edgar Casel. Leur librairie fêtait cette année ses 30 ans et le salon ses 10 ans ! Même si je lorgnais depuis des années sur ce salon, c’était mon premier SMEP, et j’espère que ce ne sera pas le dernier. Malheureusement, j’ai été malade et je n’ai pas pu rester toute la journée, donc je n’ai pas pu profiter à fond comme je l’aurais voulu… mais j’ai quand même des petites choses à partager avec vous !

P1360261

Ce salon est exceptionnel, car on peut discuter avec les auteurs, passer du temps à échanger avec eux ! On peut se laisser aller aux découvertes. C’est aussi une librairie à ciel ouvert, avec des livres partout, des conseils de libraires, mais aussi des tables rondes, des petites conférences, des ateliers, etc. En plus, ce qui ne gâche rien, c’est hyper bien organisé. On rencontre des gens sympathiques au détour des allées – auteurs comme lecteurs – et on passe des moments inoubliables.

Voici mes trouvailles :

P1360264

J’ai ainsi commencé par aller faire un petit coucou à Olivier Norek (évidemment) qui était en rupture de stock de son roman Entre deux mondes, succès mérité !

P1360239

Je me suis immédiatement après dirigée vers Niko Tackian qui a été très très sympathique et m’a conseillée dans mon choix. Je ne savais pas par quel livre commencer et il m’a très bien guidée. J’ai ainsi opté pour La nuit n’est jamais complète.

Juste à côté de lui, qui y avait-il ? Nicolas Lebel ! Le fameux, qu’Olivier Norek est toujours en train de taquiner… Alors, évidemment, je ne pouvais pas manquer de prendre son premier livre pour le découvrir : L’heure des fous !

Je suis ensuite passée voir Bénédicte Voile pour parler avec elle de Comment maigrir sans rien manger ? Elle m’a fait une magnifique dédicace, qui me ressemble, et ça j’ai juste adoré ! Elle est très sympa, et c’était une jolie rencontre. J’ai malheureusement manqué sa comparse Coco mais ce n’est que partie remise… du moins j’espère !

J’ai également rencontré Négar Djavadi et j’ai pris son livre Désorientale, récemment sorti en poche, et dont je n’ai toujours entendu que du bien.

P1360248

Une des rencontres que j’ai beaucoup aimée est celle avec François-Xavier Dillard, qui est tout simplement adorable et très bavard ! On a parlé de son dernier roman, l’excellent Réveille-toi ! et, puisque je voulais lire un autre de ses livres, il m’a conseillé de commencer par Fais-le pour maman, tout en m’expliquant la genèse de son livre et quelques anecdotes le concernant. Bref, une rencontre comme on les apprécie et comme on en a peu dans d’autres salons !

Il fallait aussi que je choisisse un roman pour découvrir Claire Favan ! C’est l’autrice elle-même qui m’a conseillée en fonction de mes goûts, et j’ai donc pris Le tueur intime, parce que c’était exactement ce que je cherchais : plonger dans la tête d’un psychopathe.

Je ne pouvais pas passer à côté de Dust de Sonja Delzongle, un roman qui me fait de l’œil depuis très longtemps.

P1360258

J’ai aussi totalement découvert Elena Piacentini, qui m’a gentiment dédicacé un de ses livres : Des forêts et des âmes. J’avoue que je ne connaissais absolument pas et c’est le côté sympathique de SMEP, qui permet de se laisser tenter et de se laisser aller à la découverte au détour des allées.

Et, encore par hasard, je suis tombée sur Natacha Calestrémé et son livre Le Testament des Abeilles, qui a l’air très très prometteur !

Là, je me suis fait aborder par Monique Le Dantec qui m’a vendu son livre Les Jardins d’Allah. Le sujet m’intéressait, donc je me suis laissée tenter, même si a priori je ne me serais pas forcément arrêtée.

P1360256

Je vais également pouvoir découvrir le thriller polonais grâce au très sympathique Zygmunt Miloszewski, qui m’a résumé les intrigues en français, avec un accent trop mignon, et son roman Les impliqués. Ce sera sûrement un des premiers livres que je lirais de cette récolte SMEP !

P1360260

Quelques petits regrets tout de même, qui ne sont pas dus à l’organisation et au salon, mais plutôt à mes imprévus personnels, c’est notamment de ne pas avoir rencontré Franck Thilliez et Karine Giébel. J’aurais aimé pouvoir y passer la journée entière et pouvoir profiter plus et remplir encore un peu mon panier de livres ! Il manquait aussi mon chouchou, Sire Cédric, qui n’était pas présent cette année, que j’aimerais énormément revoir. J’aurais bien voulu voir un tas d’autres auteurs, mais ce sera pour l’année prochaine !!! 

Pour un compte-rendu bien plus détaillé, qui vous donnera forcément envie de venir à Saint-Maur l’année prochaine, c’est (notamment) ici.

En tout cas, j’aimerais remercier tous les fantastiques auteurs et autrices qui ont fait de cette vadrouille un moment magique qui se prolongera, je l’espère, dans la lecture de leurs livres ! Et, surtout, merci aux organisateurs de SMEP, aux bénévoles et aux libraires de La Griffe Noire, et à tous ces gens de l’ombre qui ont œuvré pour que cet événement ait lieu !

logo vadrouilles

Concours : tentez de gagner le Journal d’un vampire en pyjama de Mathias Malzieu

concours1

ENVIE DE GAGNER LE JOURNAL D’UN VAMPIRE EN PYJAMA DE MATHIAS MALZIEU AU LIVRE DE POCHE ?

Date limite de participation : jeudi 7 juin 2018 à 23h59.

⇓ Remplissez le formulaire ci-dessous ⇓

Vous ne voyez pas le formulaire ? Cliquez ici.

Résultat de recherche d'images pour "logo facebook"

Lien vers la page Facebook ⇑

#170 Yvain ou le chevalier au lion – Chrétien de Troyes

yvain4

Le résumé…

La collection Lettres gothiques se propose d’ouvrir au public le plus large un accès à la fois direct, aisé et sûr à la littérature du Moyen Age. Un accès direct en mettant sous les yeux du lecteur le texte original, un accès aisé grâce à la traduction en français moderne proposée en regard, à l’introduction et à des notes nombreuses. Un accès sûr grâce au soin dont font l’objet la présentation du texte et son commentaire. La collection Lettres gothiques offre ainsi un panorama représentatif de l’ensemble de la littérature médiévale. Le Chevalier au Lion est, parmi les romans de Chrétien de Troyes, l’un des plus fascinants. La fontaine enchantée de la forêt de Brocéliande ; le coup de foudre d’Yvain pour Laudine ; la finesse et la ruse bienveillantes de la suivante Lunete, qui décide la veuve éplorée à épouser au bout de trois jours le vainqueur et meurtrier de son mari ; la folie d’Yvain ; la fidélité reconnaissante du lion qu’il a sauvé ; les captives employées à tisser la soie au château de la Pesme Aventure : tous ces épisodes, et bien d’autres, ont, à des titres divers, séduit l’imagination, provoqué la réflexion, alimenté la recherche des ethnologues, des mythologues, des historiens autant que celle des historiens de la littérature. Ce volume offre, accompagnée d’une traduction, une édition critique nouvelle, fondée sur le meilleur manuscrit du Chevalier au Lion.

yvain2

Mon avis…

Je vous présente ici en particulier l’édition du Livre de Poche, collection Lettres gothiques, que j’ai lu en parallèle de mes études sur la littérature médiévale. Ce livre très complet permet d’aborder avec beaucoup d’aisance cette version intégrale d’un des romans de Chrétien de Troyes : Yvain ou le chevalier au lion. On est très loin de toutes les réécritures ou les textes abrégés qu’on a tous pu parcourir étant petit. Ici, on a affaire à une édition basée sur le meilleur manuscrit et qui nous offre le meilleur aperçu de l’oeuvre qui a été créée à cette époque. J’ai vraiment aimé (re)découvrir cette histoire mythique d’un des chevaliers de la Table Ronde, parmi ceux que je connaissais le moins bien d’ailleurs.

yvain3

On se rend très vite compte que, chez Chrétien de Troyes, la cour du roi Arthur est en arrière-plan, on ne s’en approche jamais vraiment. L’auteur nous détaille les aventures de celui qui va petit à petit s’affirmer comme le chevalier au lion, grâce à une rencontre merveilleuse. Cette dimension reste assez superficielle car finalement la merveille ne s’impose jamais vraiment. C’est vraiment très surprenant de plonger dans cette histoire qu’on pense connaître sans que ce soit vraiment le cas ! J’ai vraiment aidé ce voyage dans le temps aux origines de notre littérature, plongée dans le monde l’amour courtois, qui nous paraît si lointain ! Je conseille vivement car on a beaucoup de certitudes faussées ou d’à-priori sur les romans de Chrétien de Troyes… Voici l’occasion d’ouvrir son esprit ! Et vous pourrez toujours essayer de lire en ancien français ! 😉

Yvain1

Ma note…

.

#154 L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes – Karine Lambert

immeuble1

Le résumé…

Les hommes sont omniprésents dans cet immeuble de femmes… dans leurs nostalgies, leurs blessures, leurs colères et leurs désirs enfouis. Cinq femmes d’’âges et d’’univers différents unies par un point commun fort : elles ne veulent plus entendre parler d’amour et ont inventé une autre manière de vivre… Jusqu’’au jour où une nouvelle locataire vient bouleverser leur quotidien. Juliette est séduite par leur complicité, leur courage et leurs grains de folie. Mais elle, elle n’’a pas du tout renoncé ! Et elle le clame haut et fort. Va-t-elle faire vaciller les belles certitudes de ses voisines ?

immeuble4

Mon avis…

Ce service presse du Livre de Poche n’est pas forcément un livre qui m’aurait à priori attiré en librairie… Bien que le résumé soit tentant, je ne l’aurais sûrement pas acheté, c’est donc une bonne chose que les éditions me l’aient proposé dans le cadre de notre partenariat ! J’avoue que j’ai été agréablement surprise par l’histoire qui a énormément de potentiel pour faire réfléchir le lecteur tout en le faisant rire. Et c’est vraiment cette sensation que je recherchais avant tout dans ce livre. Au départ, c’est aussi ce que j’y ai trouvé. Certains personnages sont plus attachants que d’autres, plus drôles, et on s’intéresse à leur histoire plutôt commune. Mais là où elles ne sont pas comme mesdames tout le monde, c’est dans leur mode de vie : elles habitent ensemble dans un immeuble interdit aux hommes.

immeuble3

Donc, à priori, il s’agit d’un livre avec beaucoup d’humour, d’émotions, de réflexion… Mais j’avoue avoir été un peu déçue par toutes ces promesses véhiculées par les différentes critiques que j’ai pu lire dans les journaux ou sur Internet. J’ai trouvé qu’il avait tellement de potentiel dans cette histoire, et trop peu exploité à mon goût, le roman n’est pas assez… pétillant ! Je n’ai pas ri autant que je l’aurais souhaité, je n’ai pas trouvé cela si attendrissant, et j’avoue que je n’ai pas réussi à accrocher aux soi-disant réflexions que ce livre pouvait entraîner. L’ensemble est resté assez superficiel, même si j’ai aimé la morale finale qui est que finalement on ne doit renoncer à rien, et simplement attendre de trouver chaussure à son pied, qu’il s’agisse d’un homme, d’un chat ou simplement d’un fils… C’est malgré tout un roman agréable à parcourir, sans prise de tête, qui mérite l’intérêt qu’on lui porte. Dommage que le potentiel ne soit pas exploité à 100%.

immeuble2

Ma note…

.

Merci aux éditions Le Livre de Poche pour cette lecture.

ldp

#137 L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea – Romain Puértolas

COUP DE COEUR

fakir couv

Le résumé…

« Le premier mot que prononça l’Indien Ajatashatru Lavash Patel en arrivant en France fut un mot suédois. Un comble ! Ikea. » L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, c’est une aventure rocambolesque et hilarante aux quatre coins de l’Europe et dans la Libye postkadhafiste, une histoire d’amour plus pétillante que le Coca-Cola, mais aussi le reflet d’une terrible réalité : le combat que mènent chaque jour les clandestins, ultimes aventuriers de notre siècle. Un roman dont le titre peut à lui seul provoquer des insuffisances respiratoires chez ceux qui tentent de le prononcer d’une seule traite !

fakir

Mon avis…

Avec son titre à rallonge, L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea a tout de l’œuvre qui donne le sourire avant même d’avoir posé les yeux sur la première page. Je m’attendais tout de suite à une bonne lecture, d’autant que j’avais entendu beaucoup de bien de ce roman de Romain Puértolas. Je n’ai pas été déçue, vraiment, et ce livre, je le dis d’ores et déjà, est un coup de cœur, un vrai. J’ai ri, j’ai été touchée, j’ai passé un moment de lecture merveilleux. Que dire de plus ? J’avoue avoir de la difficulté à trouver les mots pour décrire le sentiment qui m’anime vis-à-vis de cette histoire. L’écriture est tellement poétique, vraiment belle et maîtrisée, les mots sont si bien choisis. Je vous donne pour exemple cette phrase qui m’a vraiment frappée en plein cœur : « Le Soudanais avait laissé les siens pour tenter sa chance dans les ‘‘beaux pays’’ comme il se plaisait à les appeler. Car sa seule faute avait été de naître du mauvais côté de la Méditerranée, là où la misère et la faim avaient germé un beau jour comme deux maladies jumelles, pourrissant et détruisant tout sur leur passage ». Ce roman fait réfléchir, vous vous en doutez.

Les sujets abordés sont d’une grande importance dans notre société, puisque Romain Puértolas évoque surtout l’immigration, mais aussi la solidarité, l’amour, l’argent… Sous couvert de beaucoup d’humour, de dérision et de tendresse, cette œuvre pousse le lecteur à explorer sa propre sensibilité. Ce roman m’a fait penser à un conte philosophique à la Voltaire, un véritable voyage initiatique dont la particularité le rend cependant unique et incomparable à d’autres : le personnage principal est un fakir, menteur et voleur, propulsé dans le monde moderne. Prétendument en quête du nouveau modèle de lit à clous Ikea, cet indien va se retrouver coincé dans une armoire, comme l’indique le titre, et enfermé dans un camion direction l’Angleterre. Et si l’on regarde bien la télévision en ce moment, on sait ce qu’il se déroule lorsque les transporteurs passent Calais… Beaucoup de migrants choisissent de monter dans les camions afin de traverser la Manche. Entreprise risquée. C’est ainsi qu’Ajatashatru devient migrant malgré lui… Et sur ces entrefaites débute un grand périple à travers l’Europe, jusque la Lybie, au rythme de rencontres exceptionnelles qui changeront pour toujours le fakir.

L’œuvre joue sur tous les sujets qui animent le débat de l’Europe au XXIème siècle, d’un point de vue extrêmement surprenant et amusant. L’humour est omniprésent. La touche parodique qui m’a vraiment plu, car elle était omniprésente, était la tendance typiquement occidentale à mal prononcer les noms étrangers. Entre parenthèses et presque à chaque page, en tout cas au début du roman, l’auteur s’amuser à créer au fil du roman une compilation des prononciations les plus ridicules du nom du personnage principal, Ajatashatru Lavash : « J’attache ta charrue, la vache », « Achète un chat roux », « J’ai un tas de shorts à trous »… Bref, du rire en perspective. Le périple de l’indien à Ikea est très drôle car l’auteur réunit vraiment tous les éléments qui nous ont nous aussi un jour amusé ! Ce roman nous parle complètement, et ce à chaque moment… Je conseille vivement ce roman, un véritable coup de cœur, qui mériterait même sa place parmi les classiques qu’on pourrait étudier en littérature d’ici quelques années !

Romain Puertolas poses in a wardrobe

Romain Puértolas prend la pose dans une armoire…

Ma note…

.

Merci aux éditions Livre de Poche pour cette formidable lecture.

ldp