#363 Une sirène à Paris – Mathias Malzieu

9782226439772-j.jpg

Le résumé…

« Surprisiers : ceux dont l’imagination est si puissante qu’elle peut changer le monde – du moins le leur, ce qui constitue un excellent début. »

Nous sommes en juin 2016, la Seine est en crue. De nombreuses disparitions sont signalées sur les quais. Attiré par un chant aussi étrange que beau, Gaspard Snow découvre le corps d’une sirène blessée, inanimée sous un pont de Paris.
Il décide de la ramener chez lui pour la soigner, mais tout ne passe se pas comme prévu. La sirène explique à Gaspard que les hommes qui entendent sa voix tombent si intensément amoureux d’elle qu’ils en meurent tous en moins de trois jours. Quant à elle, il lui sera impossible de survivre longtemps loin de son élément naturel…

Résultat de recherche d'images pour "mathias malzieu sirene a paris"

Mon avis…

Quel bonheur de retrouver la magie des romans de Mathias Malzieu. Depuis son Journal d’un vampire en pyjama, j’attendais avec impatience le jour où je pourrais me replonger dans son imagination débridée et infiniment poétique. Cet auteur est à mes yeux l’un des plus grands poètes de notre temps, un homme qui a une conception particulièrement aiguë de l’art. Ce roman, en effet, sera bientôt suivi d’un film, et un album de Dionysos viendra couronner le tout. Art total ? Peut-être, oui. Mathias Malzieu est, comme son personnage Gaspard Snow, un « surprisier » car, oui, son « imagination est si puissante qu’elle peut changer le monde« , le sien, le nôtre. Ou, si elle ne change pas le monde, elle en transforme au moins la vision que l’on en a. Il apparaît plus beau, plus brillant, plus touchant, plus vivant. C’est toujours une vague de vie et de bonheur qui me submerge quand je lis les pages écrites par cet auteur.

« Il pleuvait en plein soleil sur Paris, ce 3 juin 2016. La tour Eiffel se laissait pousser les arcs-en-ciel, le vent coiffait leurs crinières de licorne. Les grelots de pluie rythmaient la métamorphose du fleuve. Les embarcadères se transformaient en plages de bitume.  L’eau montait, montait et montait encore. Comme si quelqu’un avait oublié de fermer le robinet de la Seine. »

Dès ces premières lignes, le plaisir était déjà total. Dans ce roman, hymne à la Seine et à la scène, le lecteur est entraîné dans un tourbillon de musique et d’amour, mais aussi parfois de peine. Ce livre est comme un conte dans lequel on peut se plonger avec un esprit enfantin, se laissant aller aux surprises et aux étonnements. Mais il est aussi profondément métaphorique et témoigne avec justesse de notre époque. En ces temps bouleversés que nous connaissons, où la magie semble disparaître du monde, Mathias Malzieu nous propose de retrouver le sourire à travers l’art, la littérature, la poésie. Ses ingrédients sont simples : de la tendresse, de l’espoir, de la folie, de la joie. Que des choses que l’on peut puiser en soi-même.

« Comme Paris, son cœur avait sombré ! Mais comme Paris, lui non plus ne céderait rien à la nuit. Fluctuat nec mergitur ! »

L’intrigue de ce roman est une véritable plongée dans le merveilleux, tout en restant dans le Paris du XXIe siècle. C’est un conte des temps modernes. C’est un récit enjoué, farfelu, époustouflant, tout en étant d’une simplicité folle. Gaspard Snow ressemble beaucoup à son auteur : il est chanteur, joue du ukulélé, rêve beaucoup, garde toujours espoir… Le cœur du roman, c’est cette histoire d’amour impossible entre un homme et une sirène, celle-ci risquant de tuer le premier à tout moment en lui faisant exploser le cœur. Mais Gaspard, qui a eu si souvent le cœur brisé, se croit immunisé… Autour de cette histoire se greffe la beauté des mots, les évocations, les images, les perceptions… C’est tout un univers coloré et pétillant qui s’offre à nous dans Une sirène à Paris.

« Progressivement, Gaspard réalisait ce qui était en train de se passer dans sa salle de bain. Une sirène. Plus belle que la lune en personne. Qui foutait de l’eau partout. Et ne le quittait pas des yeux. »

Ce roman est une déclaration d’amour à Paris, c’est vrai, mais aussi et surtout à la vie. C’est un texte qui veut nous montrer que l’on peut encore rêver, que l’on peut encore s’évader à travers les mots. Voilà ce que j’aime dans les livres de Mathias Malzieu : le triomphe de la poésie et de la vie. L’art. L’évasion. Oui, oui, et encore oui au plaisir, tout simplement. J’aime ces lectures qui éblouissent et qui réchauffent. On aimerait en avoir plus souvent entre les mains…

Résultat de recherche d'images pour "mathias malzieu sirene a paris"

Mathias Malzieu en concert à l’aquarium de Paris.

Carte d’identité du livre

Titre : Une sirène à Paris
Auteur : Mathias Malzieu
Éditeur : Albin Michel
Date de parution : 06 février 2019

5 étoiles

Concours : tentez de gagner le Journal d’un vampire en pyjama de Mathias Malzieu

concours1

ENVIE DE GAGNER LE JOURNAL D’UN VAMPIRE EN PYJAMA DE MATHIAS MALZIEU AU LIVRE DE POCHE ?

Date limite de participation : jeudi 7 juin 2018 à 23h59.

⇓ Remplissez le formulaire ci-dessous ⇓

Vous ne voyez pas le formulaire ? Cliquez ici.

Résultat de recherche d'images pour "logo facebook"

Lien vers la page Facebook ⇑

#190 Journal d’un vampire en pyjama – Mathias Malzieu

Afficher l'image d'origine

Le résumé…

« Ce livre est le vaisseau spécial que j’ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent. Quand la réalité dépasse la (science-) fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d’amour aussi. Ce journal est un duel de western avec moi-même où je n’ai rien eu à inventer. Si ce n’est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon cœur. »

Afficher l'image d'origine

Mon avis…

Mathias Malzieu a toujours eu un talent fou, celui de rendre poétique chaque élément de la vie, de la plus petite poussière au plus grand soleil. Il est l’exacerbation des sentiments, la communication des plus infimes aux plus vibrants frissons, l’héroïsme poétique au delà de tout… Au fil des pages, tout prend une importance douce et apaisante dans le cœur : les baisers, les sourires, les goûts, les odeurs, les crêpes, la lumière du jour… Le Journal d’un vampire en pyjama marque une montée en puissance de ce talent poétique sur roulettes. Mathias Malzieu nous fait monter avec lui sur son skateboard, nous fait entrer dans son fauteuil en forme d’œuf (qui n’a pas rêvé d’en avoir un ?), et nous emmène jusqu’à la chambre stérile qui est devenue sa chambre le temps de refaire le plein de vie…

Afficher l'image d'origine

En bon Superman de la poésie, en Jedi maîtrisant la force des mots, Mathias Malzieu m’a happée, touchée, émue… L’expérience racontée dans ce livre, ou plutôt dans ce journal magique, aurait dû me faire pleurer. C’est du moins ce que je pensais… Non pas que je voulais pleurer, bien sûr, mais je connais ma sensibilité, je me connais. Pourtant, je ne pouvais pas passer à côté de ce livre, et je savais aussi que Mathias Malzieu était, pour moi, le seul auteur capable de rendre à ce point poétique et pétillant les moindres joies ou malheurs de la vie. Après cette lecture, j’ai le sentiment que, malgré cette idéalisation de son talent, je le sous-estimais. Jamais je ne me serais attendue à une telle expérience. Ce qui est intrigant, c’est que je ne saurais pas mettre de mots sur ce que j’ai ressenti. Je n’ai pas pleuré, non, mais j’étais triste, tout en étant émue, sans pouvoir m’empêcher de sourire de cette folie douce, de cette gentille ironie, de cet espoir sans faille, de la puissance poétique qui persiste malgré la faiblesse du corps…

Afficher l'image d'origine

Je crois que le Journal d’un vampire en pyjama est le livre qui peut changer une vie, ou du moins la vision de la vie. Cela a toujours été une évidence, pour moi, de donner mes organes, mais je n’avais jamais pensé à donner ma moelle, je l’avoue… Maintenant, j’y songe très sérieusement. J’ai eu l’impression de partager avec Mathias Malzieu son expérience, même s’il ne s’agit que d’une infime partie de ce qu’il a vécu, j’ai traversé certains jours de sa maladie avec lui… Il n’a pas senti ma présence, bien sûr, j’arrive trop tard, ce moment est passé, il a souffert et est désormais sauvé. Mais j’ai senti sa présence, j’ai perçu ses frissons, ses sentiments de panique, ses intenses joies… Et cet infime parcelle de vie que nous offre Mathias Malzieu dans ce livre est un cadeau, un véritable don, car désormais je vois tout différemment. Je ne me baladerais pas partout en skateboard, j’avoue que je ne sais pas en faire et je ne suis décidément pas douée pour ce genre de choses, mais je compte vraiment profiter du moindre petit morceau de crêpe sur ma langue, du moindre rire de ceux que j’aime, de la plus petite pensée heureuse qui traverse la rivière de l’esprit…

Afficher l'image d'origine

Ce livre a fait émerger en moi des projets, des désirs, des résolutions… Loin d’être le journal d’un malade, c’est le journal de la vie, d’une vie qui redémarre, d’une renaissance. Comme Mathias Malzieu, j’aimerais sur-vivre, vivre encore plus que d’habitude, vivre réellement, pleinement… Tout cela pourrait sembler extrême pour ceux qui n’ont pas lu ces pages, mais le Journal d’un vampire en pyjama n’est pas un roman, c’est un échantillon de vie pétillante et sucrée, qui se révèle à travers l’atmosphère aseptisée de l’hôpital, de la salle d’attente de la mort… L’humour est omniprésent, tout comme l’espoir, la passion, la dérision, l’envie de vivre à tout prix, de profiter de chaque instant qu’il nous reste à vivre… Après tout ces mots, comment dire clairement que je vous conseille ce livre ? Je ne sais pas, chaque lettre que j’écris ne me donne pas l’impression de rendre justice à ce journal… En fait, il s’agit d’un livre qu’on ne peut même pas décrire tant il est riche… Le Journal d’un vampire en pyjama de Mathias Malzieu est une greffe de bonheur, d’espoir, une greffe de poésie qui prend au fil des pages.

Afficher l'image d'origine

Ma note…

Est-ce vraiment nécessaire d’en donner une ?

mathias-malzieu-ete-un-vampire-en-pyjama_2

Je remercie mon amie et copinaute Sorbet-kiwi de m’avoir offert ce livre dédicacé pour mon anniversaire. 

#12 Le plus petit baiser jamais recensé – Mathias Malzieu

plus-petit-baiser-jamais-recense-1434115-616x0

Le résumé…

Un inventeur dépressif rencontre une fille qui disparaît quand on l’embrasse. Alors qu’ils échangent le plus petit baiser jamais recensé, elle se volatilise d’un coup. Aidé par un détective à la retraite et un perroquet hors du commun, l’inventeur se lance alors dans la recherche de celle qui « fait pousser des roses dans le trou d’obus qui lui sert de coeur ». Ces deux grands brûlés de l’amour sauront-ils affronter leurs peurs pour vivre leur histoire ?

4631371462025

Mon avis…

Ce petit roman m’a d’abord donné envie de part sa première de couverture fantasque. Je connaissais déjà Mathias Malzieu, chanteur du groupe Dionysos, grâce à son oeuvre « La Mécanique du Coeur », que j’avais lu il y a quelques années et que j’avais beaucoup apprécié.

« On descend parfois si loin sous terre que même l’idée de bonheur effraie. Les yeux du coeur s’habituent à l’obscurité et même la plus douce des lumières devient aveuglante. »

Jack-et-la-mecanique-du-coeur-de-Mathias-Malzieu-et-Stephane-Berla-1h29_portrait_w674

J’aime beaucoup son écriture car elle est belle et poétique. Mais il faut que cela reste compréhensible et que l’histoire ne disparaisse pas derrière les figures de style. Quoi de pire qu’un auteur qui parle trop, veut paraître savant et en oublie ce qu’il a à raconter ?

Mathias Malzieu, rassurez-vous, n’est pas de ceux qui délaissent le fond de l’histoire. Sa poésie explore les méandres de l’âme humaine : l’amour, la peur, la curiosité, la volonté… En effet, « Le plus petit baiser jamais recensé », c’est l’histoire d’un jeune homme qui tombe amoureux de l’Inconnu et du Mystérieux, de cette jeune fille qu’il n’a connue que le temps d’un frôlement de lèvres inattendu.

visage-levres

 

« J’avais cherché un déguisement d’aurores boréales, alors je m’étais confectionné une veste en ourson à la guimauve. Pour les boutons j’avais utilisé les chocolats inventés pour imiter le goût de ses lèvres. »

Toute la poésie réside dans les sensations de ce personnage. Il se souvient des moindres détails de ce baiser qui n’a pourtant duré qu’une fraction de secondes. Malgré ce petit laps de temps, il est tombé amoureux… Mais cet amour semble difficile à vivre car la fille est devenue invisible (c’est pas pratique), si bien qu’il ne connaît ni son identité, ni son apparence.

86113651_o

Mathias Malzieu nous entraîne alors dans une folle aventure, une fable poétique et merveilleuse, remplie de situations et de personnages atypiques. Il embellit notre monde à coup de références sucrées, colorées et pétillantes. Il utilise les mots comme tant d’ingrédients pour créer une pâtisserie fondante, sucrée et légère sans être grasse et indigeste.

« Tous les livres de la bibliothèque se sont envolés. Ils se sont mis à battre leurs ailes-pages et leurs mots se sont imprimés dans les nuages. A chaque fois que l’on s’embrasse, ça recommence. »

En bref, ce petit livre qui se lit plutôt vite offre des instants de poésie comme on en fait peu aujourd’hui. C’est une histoire toute en délicatesse à lire sans à-priori. On peut se reconnaître dans certaines phrases qui explorent l’esprit et le corps humain et mettent des mots si justes sur des sentiments qu’on parvient rarement à décrire.

« C’était une sensation étrange. Comme si je courais après un éternel été sans jamais voir le soleil qui poussait devant ma porte. »

Je recommande cette lecture sans hésiter car elle a beaucoup de charme et d’originalité.

VIDEO-EXCLU-Le-coup-de-foudre-d-Olivia-Ruiz-et-Mathias-Malzieu-dans-un-extrait-de-Jack-et-la-mecanique-du-coeur_reference

Ma note…

.