#295 Sang famille – Michel Bussi

sang-famille-3d.jpg

Le résumé…

« Tel un soleil brutal, la lumière du phare des Enchaînés inonde la pièce. Une seconde à peine. Puis l’obscurité reprend le dessus, simplement percée du halo des lampes torches.
Je vais mourir ici.
C’est une certitude.
Une seule question me hante, la dernière : jusqu’où sont-ils prêts à aller pour me faire avouer ?  A fouiller ma mémoire, comme s’ils pouvaient en arracher les souvenirs qu’ils convoitent ?
Tout est allé si vite, à peine quatre jours.
Je n’étais alors qu’un adolescent parmi d’autres.
Un orphelin.
C’est du moins ce qu’on avait toujours voulu me faire croire…
 »

temps4

Mon avis…

Commençons par une remarque importante : Sang famille n’est pas un nouveau roman de Michel Bussi. Il a déjà paru il y a un certain nombre d’années, en 2009 précisément, mais c’est ici le Sang famille 2.0 que nous avons sous les yeux : retravaillé par l’auteur, mais aussi accompagné d’une petite préface resituant ce livre, son intrigue, etc. Comme toujours (un exemple : Le temps est assassin), l’auteur nous propose une plongée dans une atmosphère estivale : ici un camp de vacances sur une île imaginaire au large de la Normandie. Au menu : chasse au trésor, criminels en liberté, tromperies et complots, méchants gangsters… La méfiance est de mise. Ce roman m’a un peu fait retomber en enfance, en raison de son ambiance un peu « club des cinq ». C’est simple, sans prétention, mais ça fait son effet. On se divertit, on passe un bon moment de lecture, on essaie nous aussi de déchiffrer les énigmes… Sang famille est un bon polar d’été comme sait les faire Michel Bussi. C’est léger, animé, plutôt bien écrit, dépaysant et reposant. On se laisse entraîner sans problème dans ce récit, guidé par des personnages simples et efficaces, le tout est bien construit… Un bon Bussi comme on les aime.
Résultat de recherche d'images pour "sang famille bussi"

ancienne couverture de Sang famille

#223 Le temps est assassin – Michel Bussi

temps1

Le résumé…

Eté 1989 : La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne. Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite… et bascule dans le vide. Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.

Eté 2016 : Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé. A l’endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre. Une lettre signée de sa mère. Vivante ?

temps3

Mon avis…

J’ai passé une grande partie de l’été, environ 1 mois et demi, en Ecosse… Autant vous dire que le soleil n’était pas vraiment au rendez-vous… Globalement, nous avons eu autour de 13 degrés tous les jours, avec vent et pluie… Seulement 3 ou 4 jours plutôt ensoleillés. Donc j’étais très heureuse de commencer Le temps est assassin. Déjà, parce que c’est un thriller et que j’adore ça. Ensuite parce que j’apprécie beaucoup Michel Bussi, et que son passage dans La grande librairie pour ce roman m’avait donné envie de me lancer. Et enfin, parce que l’intrigue se déroule en Corse et quoi de mieux que la Corse pour faire une réserve de soleil ? J’ai découvert une région dans laquelle je ne suis jamais allée avec ce livre, les descriptions de l’auteur m’ont vraiment séduite… Honnêtement, bien que le roman ait pour objet un évènement dramatique, il faut avouer que cela donne envie d’y partir en vacances, tant l’île est présentée comme un paradis sur Terre… En même temps, on sait aussi que la Corse a un fonctionnement judiciaire parfois douteux, et cela aura une grande importance dans le récit, vous le verrez…

temps4

L’intrigue en elle-même est vraiment très originale, particulièrement bien développée… C’est un livre qu’on ne peut pas laisser sur la table de chevet une fois qu’on l’a commencé ! On se demande ce qu’il en est du début à la fin : y a-t-il vraiment des fantômes ? la mère de Clotilde a-t-elle survécu alors qu’elle a vu son corps en miettes après l’accident ? qui cherche à la faire douter ? que s’est-il vraiment passé ce jour d’été 1989 ? Michel Bussi nous fait à la fois découvrir le journal de Clotilde qui date de cette époque, dans laquelle des indices pourraient être disséminés, mais qu’elle n’a jamais retrouvé depuis l’accident… Quelqu’un le lit, mais qui ? En même temps, on suit les vacances de Clotilde avec sa famille (son mari et sa fille), tandis qu’elle cherche à partir sur les traces de son enfance alors que ses proches semblent agacés par cette quête de souvenirs. L’été 1989 la rattrape, 27 ans plus tard. L’histoire recommence. J’ai vraiment adoré cette mise en miroir de deux époques très différentes et pourtant avec de nombreux points communs. Les indices s’éparpillent sur ces deux années, et entre elles, la vérité se rapproche doucement… Et le dénouement est… surprenant !

temps2

Ma note…

.

.