#412 Le journal de Claire Cassidy – Elly Griffiths

journalclairecassidy

Le résumé…

Dans le collège anglais où elle enseigne, Claire Cassidy donne chaque année un cours sur un classique de la littérature gothique, « L’Inconnu », de R.M. Holland. Cet écrivain a vécu et enseigné dans le même collège que Claire, qui, fascinée par ce personnage qui hante encore les murs de l’établissement, travaille à l’écriture de sa biographie. Mais un jour, Ella, sa collègue et amie est retrouvée morte. À côté de son corps, une citation de « L’Inconnu » …

La littérature et la vraie vie entrent alors en collision, et Claire devient suspecte aux yeux de la police. Et le mystère s’épaissit lorsqu’elle ouvre son journal intime, ce journal dans lequel elle écrit chaque jour, et découvre une écriture qui n’est pas la sienne : « Bonjour, Claire. Tu ne me connais pas. » L’Inconnu, lui, connaît Claire, jusqu’à ses moindres secrets, et il n’est visiblement pas étranger aux meurtres qui vont se succéder au sein même du collège, toujours inspirés du livre de R.M. Holland. Claire arrivera-t-elle à changer la fin de l’histoire ?

Mon avis…

Je vous reparle aujourd’hui d’Elly Griffiths, une autrice dont j’avais déjà chroniqué quelques livres, et en particulier l’excellent Les disparues du marais, que j’avais vraiment beaucoup adoré. Ce roman, je l’ai recommandé à de multiples reprises à l’époque où je travaillais en librairie, et j’ai toujours eu énormément de bons retours. Autant dire que j’ai sauté sur l’occasion de lire son nouveau roman paru en France, Le journal de Claire Cassidy. Ce roman est un one shot, dans le genre policier. Nous découvrons l’intrigue à travers les confidences de Claire à son journal intime, mais nous avons également le point de vue d’autres personnages féminins : Harbinder, l’enquêtrice, et Georgie, la fille de Claire. Elles se livrent sur la mort d’Ella, professeure d’anglais, collègue de Claire à Talgarth, une école dont le bâtiment a aussi été la demeure de l’auteur R.M. Holland, sur lequel travaille le personnage principal. Claire écrit un livre sur cet auteur gothique mystérieux, et tout le roman est rythmé par les références à son univers, en particulier par le biais des citations que sème le tueur…

« Rien dans ce monde n’est caché pour toujours. » (Wilkie Collins)

Le journal de Claire Cassidy, c’est donc un roman policier qui tourne autour de la littérature, et en particulier de la littérature victorienne. J’ai aimé plonger dans l’ambiance anglaise que décrit si bien Elly Griffiths, dans une enquête un peu vintage, qui rend si bien hommage aux romans gothiques que j’ai moi-même pris tant de plaisir à lire. Wilkie Collins, notamment, est mis à l’honneur. La Dame en blanc, l’un de mes romans préférés, est aussi l’un des livres de chevet de Claire Cassidy. L’enquête est absolument prenante, et sollicite donc un univers déjà habité par le suspense et la dissimulation… Évidemment, je ne peux pas vous révéler beaucoup de détails sur l’intrigue, sous peine de gâcher la lecture, mais je peux vous dire que c’est un vrai page-turner ! Idéal en ces temps où l’ennui peut vite s’inviter chez nous !

« L’Enfer est vide, tous les démons sont ici. » (William Shakespeare)

Paradoxalement, j’avais un petit blocage de lecture à cause de ce confinement – que je voyais pourtant comme une bonne occasion de m’y remettre sérieusement. Et bien, ce roman a tout débloqué. J’ai adoré découvrir l’univers de cet auteur fictif qu’est R.M. Holland, et replonger dans celui d’Elly Griffiths, que je connais maintenant depuis de nombreuses années et que j’ai appris à adorer ! Son écriture est vraiment très fluide, elle a le don pour construire une intrigue prenante, passionnante et cohérente, sans moments de flottements. Bref, un plaisir ! Je vous recommande vivement ce thriller très qualitatif, qui change des livres que l’on trouve trop souvent aujourd’hui en librairie depuis le succès de La Fille du train : des « thrillers » qui se ressemblent tous, qui veulent surfer sur la vague et qui n’ont plus la moindre originalité. Si vous ne connaissez pas la plume d’Elly Griffiths, c’est l’occasion de découvrir et d’apprécier son talent !

Carte d’identité du livre

Titre : Le journal de Claire Cassidy
Autrice : Elly Griffiths
Traducteur : Elie Robert-Nicoud
Éditeur : Hugo Thriller
Date de parution : 02 janvier 2020

5 étoiles

Merci à NetGalley et à Hugo Thriller pour cette lecture.

#406 Pucelle – Florence Dupré La Tour

9782205076493-475x500-1

Le résumé…

Depuis sa plus tendre enfance, Florence ignore tout ce qui se passe… en-dessous de la ceinture. Elle imagine que le papa met la petite graine dans le nombril de la maman, et puis de toute façon, il est tacitement interdit, dans la famille, de parler de « la chose qui ne doit pas être dite ». Alors… Florence imagine des scénarii terribles, parfois idiots ; Florence s’angoisse devant le poids de la tradition qui place inéluctablement la femme dans une position inférieure ; Florence, à sa façon, résiste pour ne pas sombrer.

Mon avis…

Aujourd’hui, je vous parle d’une bande dessinée qui n’est pas encore sortie, mais encore un peu de patience : c’est pour bientôt ! Le 20 mars, donc, vous pourrez découvrir Pucelle de Florence Dupré La Tour, qui s’attaque à la sacro-sainte virginité. Florence, le personnage, vit dans un monde que nous connaissons tous : héritage judéo-chrétien, société patriarcale… Mais sa famille est un peu plus « radicale » que les autres, car profondément conservatrice et rétrograde. Florence reste longtemps une enfant, ignorant tout de ce qui l’attendra quand viendra le moment fatidique du premier rapport charnel. En partant de sa petite enfance, elle raconte sa « non-éducation » sexuelle, et l’impact qu’elle a eu sur sa construction, en tant que femme.

Cette bande dessinée, au style que j’ai trouvé assez enfantin, montre les clichés dans lesquels grandit cette petite fille, et les conséquences catastrophiques qu’ils ont sur sa perception du monde. Sujet passionnant s’il en est. Et, même si j’avoue m’être personnellement très peu reconnue dans ce personnage, j’ai apprécié découvrir cette vision singulière. Sans avoir été très sensible au style de l’autrice et aux illustrations, je dois néanmoins avouer que cette lecture m’a un peu déstabilisée, dans le bon sens du terme. Je ne saurais que trop la conseiller aux personnes que ces problématiques intéressent ! C’est un point de vue original, assez drôle et décalé, tout en étant profondément proche de la réalité.

Carte d’identité du livre

Titre : Pucelle
Autrice : Florence Dupré La Tour
Éditeur : Dargaud
Date de parution : 20  mars 2020

3 étoiles

Merci à NetGalley et à Dargaud pour cette lecture.

#405 T’as pensé à… ? – Coline Charpentier

61IFcXyiUbL

Le résumé…

« J’ai lancé le compte “T’as pensé à… ?” sur Instagram un mardi matin de novembre, entre le biberon de mon fils et mon café. Après la participation de copines épuisées, des milliers de femmes sont venues témoigner. Avec une seule et même question : pourquoi, alors que nous avions fait un enfant à deux, nous nous retrouvions à gérer seules la suite ? Et que faire une fois que nous avions dénoncé ? Ce livre apporte un début de réponse pour aller vers l’action. »

Coline Charpentier propose une ouverture au dialogue sur la charge mentale. Comment en mesurer l’importance dans son propre couple ? Comment répondre aux sceptiques qui pensent que les femmes « n’ont qu’à mieux s’organiser » ? Comment s’en sortir et retrouver un équilibre, dans son couple et dans la société ?

Capture1

Mon avis…

Et si nous parlions « charge mentale » ? Cette notion est souvent considérée comme complexe, et elle en devient malheureusement incomprise. De plus en plus d’ouvrages s’emparent de cette expression et tentent de l’expliquer, avec plus ou moins de succès. T’as pensé à… ? est né d’un compte Instagram, sur lequel sa créatrice partage des anecdotes que lui communiquent des dizaines de femmes. Elles y parlent de leur vécu, au quotidien, et de leur ressenti. Elles montrent, dans le concret, ce qu’est pour elles la charge mentale. Le livre reprend certains de ces témoignages, et c’est sur cette base que Coline Charpentier élabore ses conseils, ses réflexions. Grâce à T’as pensé à… ?, vous comprendrez enfin ce qu’est la charge mentale, mais surtout vous trouverez des solutions pour y remédier, en la partageant avec l’élu de votre coeur.

Capture3

Cet ouvrage, très simple et court, invite à la réflexion. Vous ne vous perdrez pas dans les méandres de longs développements théoriques. Non, vous reconnaîtrez probablement votre propre situation, si vous avez des enfants, ou si vous êtes simplement en couple. Et vous vous sentirez moins seule, très certainement. Le titre, T’as pensé à… ?, évoque toutes ces petites phrases que l’on a toutes entendues : « T’as pensé à repasser ma chemise ? », « T’as pensé à préparer le sac des enfants ? », « T’as pensé à acheter du pain ? », « T’as pensé à faire le ménage ? », etc. Toutes ces choses à penser qui surchargent l’esprit de la plupart des femmes, et entraînent une fatigue harassante… Allez, la charge mentale : c’est fini ! Il faut changer les choses maintenant, et ce petit livre, en bon petit guide, vous donne quelques pistes.

Capture2

Certes, T’as pensé à… ? ne va pas révolutionner votre vie quotidienne, c’est à vous de la transformer, et à votre conjoint(e). Mais le livre invite à la prise de conscience, à prendre du recul sur notre propre situation, et à identifier dans tout ce fouillis routinier ce qui, concrètement, pose problème. Ce que j’ai apprécié dans cet ouvrage, c’est sa simplicité, son accessibilité, et je trouve qu’il peut être une bonne porte d’entrée sur le sujet, une bonne approche de cette problématique de la charge mentale. Sans tout dire, il constitue un bon début. En plus, Coline Charpentier introduit beaucoup d’humour dans ce livre, ce qui rend l’exploration de cette sérieuse thématique un peu plus légère ! Et ça, clairement, c’est assez plaisant. T’as pensé à… ? est à mettre entre les mains des curieux, des sceptiques, des craintifs du féminisme, ou des personnes qui ne savent pas par où commencer et veulent simplement comprendre ce qui se cache derrière la « charge mentale ».

Carte d’identité du livre

Titre : T’as pensé à… ?
Autrice : Coline Charpentier
Éditeur : Livre de Poche
Date de parution : 08 janvier 2020

4 étoiles

Merci à NetGalley et au Livre de Poche pour cette lecture.

#377 Écouter le noir – Collectif

9782714481894ORI.jpg

Le résumé…

Les grands noms du thriller français mettent nos sens en éveil.

Treize auteurs prestigieux de noir sont ici réunis et, si chacun a son mode opératoire, le mot d’ordre est le même pour tous : nous faire tendre l’oreille en nous proposant des récits qui jouent avec les différentes définitions de l’audition.

Dans ces nouvelles, ils ont donné libre cours à leur noire imagination pour créer une atmosphère, des personnages inoubliables et une tension qui vous happeront dès les premiers mots… et jusqu’à la chute. Éclectique et surprenant, ce recueil renferme onze expériences exceptionnelles de lecture.

Laissez-vous chuchoter à l’oreille, venez Écouter le noir.

Mon avis…

C’est sur l’initiative d’Yvan Fauth, du blog EmOtionS, qu’est né le recueil de nouvelles Écouter le noir. Il a proposé à quelques auteurs et autrices de thrillers, romans policiers et romans noirs, d’écrire autour du mot « audition ». Cela donne des récits très différents les uns des autres, dans lesquels nous pouvons retrouver la patte de chacun.e, tout en laissant une grande place à la surprise ! Vous trouverez dans ce livre treize écrivain.e.s et onze histoires écrites par :

Barbara Abel et Karine Giebel ♦ Jérôme Camut et Nathalie Hug ♦ Sonja Delzongle ♦ François-Xavier Dillard ♦ R.J. Ellory ♦ Nicolas Lebel ♦ Sophie Loubière ♦ Maud Mayeras ♦ Romain Puértolas ♦ Laurent Scalese ♦ Cédric Sire

Un casting 5 étoiles donc. Vous vous en doutez, il est difficile de donner un avis très détaillé sans gâcher le plaisir de la lecture et sans en révéler trop. Je me contenterais donc de vous dire que ce livre est un recueil de textes éclectiques, qu’il y en a pour tous les goûts et que vous ferez, je le pense, de très belles (re)découvertes.

J’ai trouvé qu’ouvrir l’ouvrage sur la nouvelle de Barbara Abel et Karine Giebel était vraiment une idée formidable car ce texte, « Deaf », met tout de suite dans l’ambiance. On part pour une escapade mortelle, ça secoue, c’est sec, net, précis : en un mot, efficace.

J’ai personnellement beaucoup aimé la deuxième nouvelle, celle de Sonja Delzongle, « Tous les chemins mènent au hum », qui fait expérimenter au personnage le bruit, le silence… Lequel est l’enfer ?

J’ai aussi particulièrement apprécié la nouvelle de Nicolas Lebel, « Sacré chantier », qui s’attaque à sujet profondément d’actualité, et de façon très originale et moderne, avec son humour et son côté décalé caractéristique.

Celle de François-Xavier Dillard, « Ils écouteront jusqu’à la fin », m’a aussi beaucoup marquée, avec une plongée dans les méandres les plus obscurs de la musique classique

La nouvelle de Romain Puértolas, « Fête foraine », m’a bien fait rire. C’est peut-être la moins « noire » de toutes, mais elle est vraiment dans le thème et très originale.

Celle de Cédric Sire, sans surprise, était tout aussi waouh, parfaite. « Le diable m’a dit » était vraiment la nouvelle idéale pour clore le recueil.

Bon, je ne vous ai pas parlé de tous les récits, je vous laisse le soin de les découvrir par vous-même. Une chose est sûre, vous allez passer un bon moment. Je recommande vraiment ce livre pour les fans de thrillers et romans noirs, pour ceux qui veulent découvrir également, et pourquoi pas pour faire un beau cadeau ? Après tout, ce bouquin a été conçu par un amoureux des livres, avec des amoureux des livres, pour des amoureux des livres ! À découvrir.

Carte d’identité du livre

Titre : Écouter le noir
Auteurs et autrices : Collectif
Dirigé par : Yvan Fauth
Éditeur : Belfond
Date de parution : 16 mai 2019

5 étoiles

Merci aux éditions Belfond et à NetGalley pour cette lecture.

Belfond_logo_2010_s

#376 Bleue – Maja Lunde

9782258152717ORI.jpg

Le résumé…

Norvège, 2017. Depuis son plus jeune âge, Signe a fait passer l’écologie avant tout. Ainsi a-t-elle préféré renoncer à Magnus, dont elle ne partageait pas les idées. Aujourd’hui, elle vit sur un bateau amarré dans un fjord, au plus près de l’eau.  Et c’est pour sauver l’eau qu’elle décide à soixante-sept ans d’entreprendre un dernier périple en mer, lorsqu’elle apprend qu’une opération commerciale, autorisée jadis par Magnus, menace son glacier natal. L’heure est venue pour Signe d’affronter son grand amour perdu. Pour cela, elle doit prendre la direction du sud de la France…

France, 2041. La guerre de l’eau bat son plein. Avec Lou, sa fille aînée, David a fui les Pyrénées ravagées par la sécheresse pour retrouver sa femme et leur bébé, dont il a été séparé. Mais les réfugiés climatiques sont bloqués à la frontière, et les ressources commencent à manquer. Un jour, à des kilomètres de la côte, David et Lou trouvent un voilier au beau milieu d’un champ desséché : le bateau de Signe…

Mon avis…

Après l’excellent Une histoire des abeilles, Maja Lunde revient avec une nouvelle fable dystopique : Bleue. Cette fois, ce ne sont pas trois mais deux trames narratives que nous suivons, l’une en 2017, l’autre en 2041. J’apprécie beaucoup cette construction, qui permet d’avoir plusieurs regards sur l’événement, ici la sécheresse. Si ce roman, comme le précédent, a clairement pour but de nous faire réfléchir aux enjeux écologiques et climatiques de notre époque, c’est aussi un livre passionnant, avec des personnages attachants et une intrigue prenante.

Bleue est un texte magnifique, qui nous montre des temps futurs, où de nombreux européens, français compris, seront obligés de fuir les villes dévastées par des incendies que l’on ne peut plus éteindre par manque d’eau, devenant ainsi des réfugiés climatiques dont, malheureusement, les autres pays ne veulent pas… Triste ironie du sort, me direz-vous… Mais c’est aussi et surtout profondément réaliste. L’eau a disparu, les fleuves se sont taris, l’eau courante est rationnée dans les camps où se réunissent les survivants… Quant à l’histoire qui se déroule vingt-quatre ans plus tôt, elle nous montre un échantillon de la destruction de la planète, de son exploitation à l’excès, tout en proposant un récit individuel, montrant le destin de personnages et leur lien avec ce processus. Ici, ni grand méchant ni grand gentil, juste des êtres humains parfois inconscients, toujours fragiles…

Malgré le caractère dystopique, Maja Lunde injecte de l’espoir tout au long de son roman, au travers de ses êtres de papier, et en particulier de la petite Lou. Comme dans Une histoire des abeilles, le salut du monde se trouve entre les mains des enfants… Loin d’être simpliste et moralisatrice, cette histoire est bien au contraire d’une richesse folle, et remplie de tendresse. Ce roman est encore une fois un véritable coup de cœur, car il mêle avec subtilité réflexions actuelles sur l’avenir du monde et divertissement. Oui, c’est à la fois une lecture plaisir et réflexive, et c’est pour cette raison que je vous conseille vivement ce livre. Il est scientifiquement documenté, certes, mais il amène une touche d’humanité et d’individualité dans ce récit parfois catastrophique de l’avenir qui nous attend si le monde continue à tourner ainsi.

Carte d’identité du livre

Titre : Bleue
Autrice : Maja Lunde
Traductrice : Marina Heide
Éditeur : Presses de la Cité
Date de parution : 09 mai 2019

coeur_115

Coup de coeur

presse cité

Merci aux éditions Presses de la Cité et à NetGalley pour cette lecture.

#344 La Femme qui ressuscite : Vies d’Anastasia Romanov – Nadia Oswald

71jLOMUeqFL

Le résumé…

Février 1919. Une jeune fille se réveille dans le lit d’une clinique de Berlin, amnésique, après s’être jetée dans le fleuve. Le mystère autour de son identité commence, en même temps qu’une des plus grandes énigmes du XXe siècle. Est-ce Anastasia Romanov, la dernière survivante du clan Romanov épargnée par les bolcheviks… ou l’ambitieuse petite paysanne schwab de Pologne qui réussira toute sa vie à donner le change auprès des familles impériales de la planète en se faisant passer pour la défunte princesse ? L’héroïne reconstruit sa mémoire et son identité… mais sont-ce bien les siennes ?

Mon avis…

Basé sur des faits historiques, ce roman nous raconte la longue descente d’Anna Anderson dans les profondeurs du mensonge. Amnésique, elle s’identifie au personnage d’Anastasia Romanov, la Grande Duchesse russe… Nadia Oswald nous fait ce récit de façon assez neutre et objective. Les phrases sont parfois assez longues, le rythme de la narration est lent. Cela donne un aspect presque « documentaire » au roman. J’étais très intriguée par « les vies d’Anastasia Romanov », car mon imaginaire est, je l’avoue, habité par le dessin animé qui a bercé mon enfance… Bon, ici, très honnêtement : rien à voir ! J’ai très vite dû effacer cette référence de mon esprit (j’en connaissais déjà l’inexactitude historique, bien sûr), car ce livre fait le portrait d’une toute autre Anastasia. Au coeur de ce roman, le mensonge, l’imposture, la hantise de l’oubli... Nadia Oswald nous montre la volonté d’un grand nombre de perpétuer les souvenirs de la Russie impériale… En croyant en la survie d’Anastasia, en voyant la Grande Duchesse en Anna, c’est tout un pan de l’histoire russe qu’ils tentent de préserver. En soi, le propos est intéressant et particulièrement instructif… Mais j’aurais aimé que ce récit soit aussi passionnant, et ce n’était pas le cas. Je me suis très vite ennuyée… Je pense que c’est aussi dû au style de l’autrice, qui cherche semble-t-il à préserver une certaine distance critique avec les personnages… Elle cherche à décrire un processus psychologique, l’enfouissement d’Anna dans le déguisement d’Anastasia, où elle finit par s’effacer complètement. Mais, du coup, difficile de rendre plaisante et divertissante une telle lecture… Dommage.

Carte d’identité du livre

Titre : La Femme qui ressuscite : Vies d’Anastasia Romanov
Autrice : Nadia Oswald
Éditeur : Le Nouvel Attila
Date de parution : 13 avril 2018

2 étoiles

Résultat de recherche d'images pour "le nouvel attila logo"

Merci à NetGalley et aux éditions Le Nouvel Attila pour cette lecture.

#319 Maria Vittoria – Elise Valmorbida

mariavittoria

Le résumé…

1923, dans un hameau perdu au coeur des Dolomites. Maria Vittoria est une jeune femme belle et discrète. Quand son père désigne pour elle son futur époux, Maria s’incline, et bientôt le couple fonde un foyer et ouvre un magasin. Or l’ombre du fascisme et la menace de la guerre pourraient bien rompre l’équilibre et séparer les familles.
Entre amour et haine, jalousie et générosité, foi et raison, Maria devra choisir son destin. Au prix, parfois, d’immenses sacrifices…

Mon avis…

J’ai été attirée par ce livre, en particulier car il se déroule en Italie, pays dont j’avoue méconnaître la façon dont il a vécu la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, cela m’intéressait beaucoup de découvrir le portrait de cette époque, de l’entre-deux guerres à l’après-guerre. C’est probablement l’aspect le plus enrichissant du livre, car on peut y lire les moeurs de la société italienne, en particulier celle des petits villages, et on y voit la façon dont y vivent les femmes, surtout. C’est un roman qui ne cherche aucunement à porter un jugement sur ses personnages, qui sont soumis à notre regard de lecteur du XXIe siècle. On y voit ainsi la description de la foi sans faille (ou presque) de Maria Vittoria et de la façon dont celle-ci est confrontée à la dure réalité du fascisme et de la guerre. Nous suivons une famille entière dans les affres du conflit, poussés à de nombreux sacrifices pour survivre… Pourtant, malgré cette focalisation sur un petit nombre de personnages, et en particulier sur une, Maria Vittoria, je n’ai pas réussi à m’attacher à eux. L’autrice n’a malheureusement pas su me tenir en haleine. Je n’ai ressenti ni joie, ni tristesse, pour ces êtres de papier. En fait, j’ai apprécié l’aspect historique et social de l’oeuvre, dans la mesure où on y explore un temps et un lieu, souvent méconnu de nous. Cependant, la dimension psychologique et l’intrigue elle-même m’ont paru sans attrait. J’en suis la première désolée, car j’aurais adoré prendre plus de plaisir à la lecture, vous vous en doutez bien. C’est donc une lecture en demie-teinte pour moi, à la fois intéressante car elle permet une meilleure compréhension d’une époque et d’un pays, mais en même temps souvent ennuyante…

En quelques mots…

saga familiale
Italie d’entre-deux guerres
une intrigue assez plate
instructif et intéressant

Carte d’identité du livre

Titre : Maria Vittoria
Autrice : Elise Valmorbida
Traductrice : Claire Desserrey
Éditeur : Préludes
Date de parution : 19 septembre 2018

3 étoiles

Résultat de recherche d'images pour "préludes logo"

Merci aux éditions Préludes et à NetGalley France pour cette lecture.