#244 L’Insoumise de la Porte de Flandre – Fouad Laroui

L-insoumise-de-la-porte-de-Flandre

À paraître le 17 août 2017

Le résumé…

Chaque après-midi, Fatima quitte Molenbeek vêtue de noir et d’un hijab, se dirige à pied vers la Porte de Flandre, franchit le canal, se faufile discrètement dans un immeuble et en ressort habillée à l’occidentale, robe légère et cheveux au vent. Puis, toujours en flânant, elle rejoint le quartier malfamé de l’Alhambra où Dieu sait quel démon l’attire… Depuis plusieurs semaines, cet étrange rituel se répète inlassablement. Jusqu’au jour où Fawzi, un voisin inquisiteur et secrètement amoureux, décide de suivre Fatima… Teinté d’un humour féroce, ce nouveau roman de Fouad Laroui décrit les métamorphoses d’une femme bien décidée à se jouer des préceptes comme des étiquettes. Tandis que tous les stigmates et les fantasmes glissent sur son corps, Fatima, elle, n’aspire qu’à une seule chose : la liberté.

LAROUI Fouad

Mon avis…

Ce petit roman de la rentrée littéraire est un texte très riche, qui trouve beaucoup d’échos dans l’actualité de ces dernières années. Écrire un livre sur Molenbeek, les attentats, l’islamisme, peut paraître chose délicate, mais Fouad Laroui a trouvé le bon angle. Cette histoire est avant tout celle d’une femme, qui se trouve piégée dans un monde où les hommes décident. Quelle vie peut-elle avoir, en tant que musulmane, dans le quartier désormais connu de Molenbeek, mais connu pour de mauvaises raisons ? Comment prendre sa revanche ? Cette femme a un projet, que le lecteur ne peut que deviner, sans jamais vraiment savoir ce qu’il en est vraiment. Elle a élaboré un plan, veut mettre en place une forme de vendetta, se venger de tous ces hommes qui contrôlent sa vie et décident de l’image qu’elle doit avoir en tant que femme. Pourtant, les évènements vont la dépasser, et la folie des hommes va être plus forte que sa volonté.

Fouad Laroui, dans ce court roman passionnant et addictif, tisse une histoire profondément moderne, dessine le portrait d’une femme au fou désir de vivre et de s’émanciper. Elle se donne des apparences de femme soumise, pour mieux revendiquer son insoumission. L’actualité trouve des échos dans cette histoire singulière, et l’auteur nous propose de jouer avec la peur qui est aujourd’hui la nôtre. Ce texte ne se veut pas moralisateur et ne cherche pas à simplifier de façon forcée ce qui est tout sauf simple. Il décrit des destins, celui d’une femme et de plusieurs hommes, dans une atmosphère de soupçon et de remises en question. J’ai beaucoup aimé ce roman pour son traitement très original et inattendu d’un sujet d’actualité, pour la façon dont il développe des vies, des pensées, les confronte avec la réalité. J’ai apprécié le décalage entre ce que l’on s’attend à lire et ce que l’on lit vraiment.

rentrée littéraire

#234 Le périple de Baldassare – Amin Maalouf

Le résumé…

« Ce que la présence de cette femme a apaisé en moi, ce n’est pas la soif charnelle d’un voyageur, c’est ma détresse originelle. Je suis né étranger, j’ai vécu étranger et je mourrai plus étranger encore. je suis trop orgueilleux pour parler d’hostilité, d’humiliations, de rancœur, de souffrances, mais je sais reconnaître les regards et les gestes. Il y a des bras de femmes qui sont des lieux d’exil, et d’autres qui sont la terre natale. »

Parti sur les routes en 1665, le narrateur de cette histoire, Baldassare Embriaco, Génois d’Orient et négociant en curiosités, est à la poursuite d’un livre qui est censé apporter le Salut à un monde désemparé. Sans doute est-il aussi à la recherche de ce qui pourrait encore donner un sens à sa propre existence. Au cours de son périple, en Méditerranée et au-delà, Baldassare traverse des pays en perdition, des villes en feu, des communautés en attente. Il rencontre la peur, la tromperie et la désillusion ; mais également l’amour, à l’heure où il ne l’attendait plus.

Mon avis…

Ma mère m’a offert ce roman à l’occasion de mon anniversaire, connaissant mon intérêt grandissant pour les romans portant sur d’autres lieux et d’autres temps. Ce petit pavé, à la lecture du résumé, m’a tout de suite intriguée. Un livre qui parle d’un livre, que rêver de mieux ? En tant que passionnée de littérature, de livres anciens comme récents, je n’avais qu’une hâte : commencer. Et finalement, en deux jours à peine, je l’avais lu ! Il s’agit d’un récit passionnant, mêlant Histoire et ésotérisme, avec une pointe de romantisme, et ce qu’il faut de suspense. Amin Maalouf a fait de très longues recherches pour arriver à rédiger cette œuvre, qui regorge de précision sur l’époque et les lieux traversés. Il s’agit d’un véritable livre d’aventures, avec des personnages attachants, une histoire dont on veut à tout prix connaître la suite et la fin… Qu’en est-il de ce mystérieux livre et de son pouvoir ? Que va-t-il arriver durant l’année 1666, réputée maudite, annonciatrice de la fin du monde ?

Œuvre de fiction traversée de faits réels, de traditions profondes, portée par des personnages tantôt attendrissants, tantôt fanatiques, bons ou mauvais, souvent traversés tant par le mal que par la bonté, ce livre est un réservoir de toutes les bonnes surprises que peut réserver la littérature. L’auteur crée des personnages complexes, dont il déroule les caractères au fil des presque 500 pages que compte le récit, les met face à de terribles épreuves, face à leurs peurs et leurs désirs parfois coupables. Joël Dicker a écrit : « Un bon livre est un livre que l’on regrette d’avoir terminé ». Celui-ci en est un. D’une complexité plaisante, ce roman est un véritable trésor. Tant d’histoires, de parcours, de personnages, que l’on aimerait ne jamais quitter. Amin Maalouf a réussi son pari, livrer un voyage initiatique puissant, questionnant toutes les facettes du fanatisme, de l’ésotérisme, du mystère, de la peur et de la superstition. Mais cette complexité ne rend pas la lecture si abrupte que l’on pourrait le craindre. Les 500 pages se dévorent, se dégustent, enrichies de dialogues et de péripéties dynamiques. Les rebondissements ne manquent pas pour passionner le lecteur.

Résultat de recherche d'images pour "périple de baldassare"

Joël Alessandra, Le périple de Baldassare, en bande dessinée.

#128 Sous le soleil de Satan – Georges Bernanos

sous le soleil de satan

Le résumé…

L’abbé Donissan, le personnage central du roman, est prêtre dans une humble paroisse de l’Artois. Obsédé par le péché, réfugié dans un ascétisme extrême, il doute de sa vocation. Autour de lui évoluent des êtres souffrants, rongés par le mal. Dont Mouchette, une jeune femme qui semble s’être vouée au vice depuis qu’à seize ans elle s’est donnée au marquis de Cadignan. Lorsque celui-ci, par crainte du scandale, la rejette, elle le tue. Le salut de Mouchette va dès lors incarner pour l’abbé sa lutte contre les forces démoniaques . Publié en 1926, Sous le soleil de Satan, le premier roman de Georges Bernanos, stupéfia ses premiers lecteurs par son lyrisme, par son extraordinaire puissance imaginative. Un livre violent, enveloppé de ténèbres qui nous raconte l’éternel combat du bien contre le mal.

bernanos

Mon avis…

Conçu comme un miroir des âmes, ce roman est centré sur un personnage religieux : l’abbé Donissan. Mais avant de raconter son histoire, l’auteur nous propose de lire celle de Mouchette, une adolescente attirée par le vice, couchant avec des hommes plus âgés. Elle tombe enceinte de l’un d’entre eux et le tue. Cette partie de l’histoire reste à peu près facilement compréhensible et l’écriture est moins lyrique que la suite portant sur l’abbé. La morale est au départ assez difficilement perceptible, l’auteur ne semble pas vouloir rendre les personnages particulièrement attachants, dommage. On reste en permanence à une certaine distance de Mouchette, au comportement assez douteux et que l’on a tendance à remettre en cause.

La partie concernant l’abbé Donissan prend une dimension plus spirituelle et presque mystique parfois, ce qui rend assez difficile la lecture, même pour un initié. Je n’ai pas beaucoup aimé cet épisode majeur du roman qui m’a relativement ennuyé, j’ai cherché à me forcer à finir mais cela a été assez difficile. Je trouve que c’est un roman difficilement accessible et très opaque, un questionnement presque impossible à résoudre sur le bien et le mal. Bref, ce n’est pas vraiment une lecture de divertissement, plutôt une œuvre à étudier avec énormément de précisions et de connaissances préalables sur l’auteur, son projet et ses idées.

bienmal

Ma note…

4