#419 Une Viking à Rouen – Sophie Dabat

Le résumé…

Prête. Inge Oledöttir a vécu toute sa vie pour cet instant unique : son premier raid en Francie occidentale. Pourquoi alors, après avoir éliminé un à un tous les adversaires qui se dressaient sur son chemin, hésite-t-elle à envoyer l’ennemi, aux yeux aussi tumultueux que les flots de la mer, au Valhalla ? Serait-ce parce que le guerrier franc a osé lui voler un baiser au milieu des combats, à elle qu’aucun homme n’a le droit de toucher, ou parce qu’elle a aimé cet instant plus que tout autre ?

Mon avis…

Coucou tout le monde ! Si vous aviez l’habitude de traîner sur mon blog par le passé, vous savez que je ne suis pas une grande amatrice de romances, et que la collection Harlequin est très loin d’avoir envahi mes bibliothèques ! Comment dire ? Il semblerait que ce genre d’intrigues aient tendance à fortement m’agacer… Les femmes qui ne trouvent leur épanouissement que dans une relation avec un homme, les rôles souvent bien trop genrés, tout ça tout ça… Mais voilà, j’ai reçu ce petit roman en cadeau, Une Viking à Rouen, et je dois avouer que, contre toute attente, je me suis empressée de le lire. J’avais besoin de me changer les idées, de trouver un peu de légèreté dans ce monde anxiogène, je me suis donc lancée.

J’ai d’abord été assez agréablement surprise par l’héroïne, Inge. C’est une femme forte, déterminée, une guerrière dans tous les sens du terme. Elle est indépendante, et elle est aussi célibataire, à la fois par choix et par contrainte : elle rêvait depuis toujours de devenir l’une de ces skjaldmös – des combattantes sacrées – qui la fascinaient tant, et quand elle y parvient c’est la consécration, mais elle doit pour cela renoncer à fonder une famille et à s’unir un jour à un homme, même le temps d’une nuit. Au cours d’un combat, elle croise le chemin d’un guerrier franc, un ennemi. Celui-ci, pour la déstabiliser, l’embrasse, et profite de sa surprise pour se dérober au combat. Une obsession naît alors chez les deux personnages, obligés de constater qu’une attraction mystérieusement forte les unit. Raino, le guerrier franc, est un peu moins attachant – à mon goût – qu’Inge. Je ne me suis pas sentie séduite en tant que lectrice. Mais il a au moins le mérite de montrer du respect envers Inge, qu’il considère comme une grande guerrière, et surtout comme une égale.

Globalement, je dois dire que j’ai apprécié cette lecture. Je trouve que l’autrice a su trouver le juste milieu pour l’avenir des personnages. Elle n’est pas tombée dans le mélodramatique, ni dans la romance excessive. Les personnages sont assez profonds. Inge, en particulier, se questionne énormément, réfléchit aux conséquences de son désir pour Raino, alors qu’elle a juré fidélité à sa déesse. Cela maintient aussi du suspense, ce qui peut devenir relativement rare dans ce genre de récits. La fin est assez satisfaisante et, dans l’ensemble, conclut assez justement un récit plus complexe qu’on ne pourrait l’imaginer. Sur le plan historique, la romancière pose bien le cadre, mais on ne s’approche pas vraiment des mœurs de l’époque. L’Histoire reste un cadre, justement, et n’est pas vraiment centrale. D’ailleurs, j’ai été assez perturbée par le titre… Une Viking à Rouen, mais presque toute l’intrigue se passe ailleurs… Pour « une collection inédite de romances situées au cœur d’une région française », c’est dommage… On est plus souvent du côté de Paris ou de Nantes (avec la ville d’Herbauges), que de Rouen. Mais c’est un détail !

Pour conclure, on peut dire que ce fut une lecture plaisante, plus agréable que je ne l’avais imaginé, et aussi plus subtile ! Cela me tend à revoir un peu mon jugement sur les romances, même si ce n’est pas ce roman qui suffira à m’en faire devenir une grande amatrice. Néanmoins, je le conseille volontiers pour les amateur.rice.s du genre ! Il est vraiment bien écrit, les personnages et l’intrigue sont bien construits, et l’ensemble est assez original. On sort un peu des sentiers battus de la romance.

Carte d’identité du livre

Titre : Une Viking à Rouen
Autrice : Sophie Dabat
Éditeur : Harlequin
Date de parution : 1 juillet 2020