#417 Les Sauroctones, tome 1 – Erwann Surcouf

9782205080506-couv

Le résumé…

Bienvenue dans un monde post-apo ultra-violent, où les mutations physiques vont bon train et où la nature sauvage est peuplée de créatures démesurées. Des mercenaires sillonnent le territoire pour les tuer : ce sont les Sauroctones. Quand Zone, Jan et Ursti, trois adolescents vagabonds en pleine loose, apprennent l’existence d’une énigmatique fusée qui pourraient leur faire fuir définitivement ce monde hostile, ils se trouvent un but commun : la chercher ! Mais comme souvent, le voyage est semé d’embûches, et les trois héros vont cahin-caha s’improviser « Sauroctones »…

Mon avis…

Ces derniers temps, je me mets activement à la BD et j’en lis de plus en plus. Jusqu’ici, cela avait plus souvent été une réussite qu’une déception… Les Sauroctones est une bande dessinée qui, malheureusement, vient casser cette dynamique. Je préfère prévenir : cette chronique sera relativement courte, pour la simple et bonne raison que je n’ai même pas réussi à finir… Je n’ai pas pu aller jusqu’au bout. Pourtant, j’ai tenté, mais c’était impossible pour moi. Le dessin ne m’a pas du tout plu, je n’arrivais pas à avoir de visibilité sur l’univers dans lequel l’auteur souhaitait m’entraîner. C’est une BD que j’ai trouvée difficilement lisible sur le plan visuel, mais aussi au niveau scénaristique, malgré le résumé très intrigant et prometteur. Dès les premières pages, je ne savais ni où ni quand j’étais, je ne comprenais déjà rien… Je me suis dit que j’avais peut-être loupé quelque chose, donc j’ai recommencé la lecture… La deuxième tentative a été légèrement plus fructueuse, puis je me suis de nouveau égarée, embrouillée… Que dire ? Les Sauroctones n’est clairement pas une BD faite pour moi, et je ne peux pas vous dire quel public serait susceptible de l’aimer… Je crois que tout se fera au feeling, à l’appréciation personnelle de chacun.e, comme c’est finalement souvent le cas… En tout cas, de mon côté, le plaisir n’a pas été au rendez-vous !

Carte d’identité du livre

Titre : Les Sauroctones, tome 1
Auteur : Erwann Surcouf
Éditeur : Dargaud
Date de parution : 31 janvier 2020
Âge : à partir de 12 ans

1 étoile

#414 Dans les yeux de Lya, t.1 et t.2 – Carbone et Cunha

9791034732630-couv-M800x1600

Le résumé…

À la veille de ses 17 ans, Lya se fait renverser par un chauffard qui prend la fuite, la laissant pour morte. Elle survivra mais devra rester en fauteuil roulant toute sa vie.
Quatre années plus tard, elle termine son DUT Carrières juridiques et décroche un stage dans le cabinet d’avocats le plus prestigieux de la ville, celui du célèbre et médiatique maître Martin de Villegan. Son stage n’a pas été choisi par hasard, bien au contraire. C’est ce même cabinet qui a réglé son cas des années auparavant. Ses parents ne lui en ont rien dit mais elle a découvert qu’ils avaient été achetés pour éviter des poursuites juridiques. Bien décidée à retrouver celui qui l’a renversée et à lui faire payer, elle va se mettre en quête du dossier. Un jeu dangereux commence alors et sa soif de vengeance ne sera pas sans conséquences…

Mon avis…

Les bandes-dessinées ne sont pas ma spécialité mais j’ai été très séduite par le résumé de celle-ci. Dans les yeux de Lya, c’est une enquête, menée par Lya elle-même, une jeune fille qui a subi un énorme bouleversement dans sa vie, puisqu’elle a été victime d’un accident de voiture. Le chauffard s’est rendu coupable de délit de fuite, la laissant pour morte, ce qui a retardé sa prise en charge hospitalière et a entraîné son handicap… Lya est donc bien déterminée à mettre la main sur le responsable. Elle suit la piste d’un cabinet d’avocats, et espère trouver dans leurs dossiers la trace de l’accord passé entre le chauffard et ses parents. Avec le soutien de son meilleur ami et d’une nouvelle collègue, elle va prendre tous les risques pour comprendre cet évènement de son passé. J’ai pu lire les deux premiers tomes de cette bande dessinée passionnante. J’ai vraiment beaucoup aimé, et j’avoue avoir été frustrée de ne pas avoir le fin mot de l’histoire pour l’instant. Le déroulement de l’investigation est en tout cas très intéressant. Les illustrations sont vraiment belles, à la fois sombres et lumineuses, pleines de contraste, montrant avec brio cette jeune fille hantée par le passé mais qui se découvre de nouvelles ressources au fil de son aventure.

Carte d’identité du livre

Titre : Dans les yeux de Lya, tomes 1 et 2
Autrice : Carbone
Illustratrice : Cunha
Éditeur : Dupuis
Date de parution : 01 mars 2020

5 étoiles

#408 Putain de chat, tome 1 – Lapuss

Putain-de-chat

Le résumé…

La vérité sur les chats enfin révélée! Vous aimez les chats? Ils sont mignons, joueurs et espiègles, et leurs yeux sont remplis de malice quand ils vous réclament une caresse ou des croquettes. En apparence seulement, car un funeste dessein les ronge au plus profond de leur âme et seul votre malheur les intéresse. Au péril de sa vie, Lapuss’ vous dévoile enfin ce qu’il se passe dans la tête de l’animal le plus maléfique de la création : Le chat. Faite attention à vous!

Screenshot_20200125_225628

Mon avis…

Je n’ai pas de chat, mais les chats me font beaucoup rire… Alors quand je suis tombée sur cette excellente bande dessinée, autant dire que j’ai fait travailler mes zygomatiques ! Putain de chat, comme son nom l’indique, est le portrait sans filtre d’un chat sacrément malin et surtout très machiavélique ! Un vrai petit tyran poilu… Cette BD, très marquée par l’humour noir, est vraiment hilarante, et on ne peut que reconnaître les chats que l’on connaît et qui font partie de notre entourage… même s’ils sont des anges à nos yeux ! Ce chat, c’est un petit assassin en puissance qui, alors que son maître le prend pour un adorable petit matou, fait en réalité tout son possible pour attenter à la vie de son maître… Écrit par un amoureux des félins domestiques, ce petit livre fera nécessairement rire les propriétaires (ou plutôt les esclaves) des chats !

Screenshot_20200126_121130

Carte d’identité du livre

Titre : Putain de chat, tome 1
Auteur / Illustrateur : Lapuss
Éditeur : Kennes
Date de parution : 25 août 2016

5 étoiles

Merci aux éditions Kennes et à NetGalley pour cette lecture.

#395 Le triomphe des ténèbres (la saga du Soleil noir, t.1) – Giacometti et Ravenne

81TtSvofIyL.jpg

Le résumé…

1938. Dans une Europe au bord de l’abîme, une organisation nazie, l’Ahnenerbe, pille des lieux sacrés à travers le monde. Elle cherche des trésors aux pouvoirs obscurs destinés à établir le règne millénaire du Troisième Reich. Son maître, Himmler, envoie des SS fouiller un sanctuaire tibétain dans une vallée oubliée de l’Himalaya. Il se rend lui-même en Espagne, dans un monastère, pour trouver un tableau énigmatique. De quelle puissance ancienne les nazis croient-ils détenir la clé ? À Londres, Churchill découvre que la guerre contre l’Allemagne sera aussi celle, spirituelle, de la lumière contre les ténèbres.

Tristan, le trafiquant d’art au passé trouble ; Erika, une archéologue allemande ; Laure, l’héritière des Cathares… : dans le premier tome de cette saga, l’histoire occulte fait se rencontrer des personnages aux destins d’exception avec les acteurs majeurs de la Seconde Guerre mondiale.

Mon avis…

Cela faisait très longtemps que je voulais lire un roman de Giacometti et Ravenne. J’ai donc sauté le pas avec leur tout dernier en poche, le premier tome de la saga du Soleil noir, j’ai nommé : Le triomphe des ténèbres. J’ai vraiment été séduite par le résumé qui mêlait à la perfection Histoire, occultisme et aventure. Et je n’ai clairement pas été déçue. Le livre tient ses promesses, en nous faisant plonger dans les plus profonds mystères du nazisme et la fascination de certains leaders du parti pour l’ésotérisme. Les personnages ont des parcours originaux et singuliers, et ils se trouvent pourtant tous réunis dans une étrange quête : celle d’une relique, que les nazis considèrent comme une arme capable de leur faire gagner la guerre. Je me suis beaucoup attachée à tous ces personnages, et j’ai apprécié la place de choix laissée aux femmes. Remarquons aussi la présence de personnages historiques, tels Churchill, Hitler, Himmler, etc. qui prennent vie aux côté de personnages imaginaires pleins de reliefs.

Ce que j’ai aussi adoré dans ce roman, c’est que l’on se divertit avec une histoire absolument passionnante et pleine de suspense, et que l’on apprend également des choses. Docere et placere, dirait Horace. A la fin du livre, on trouve d’ailleurs quelques explications permettant de faire la part de vérité dans la fiction. Giacometti et Ravenne se documentent beaucoup, et cela se ressent sans jamais alourdir le récit. On découvre la Seconde Guerre mondiale et l’Occupation sous un autre angle. C’est extrêmement stimulant pour le lecteur, sur le plan intellectuel. Le triomphe des ténèbres m’a rendue accro et c’est aussi un livre captivant dont j’ai parlé à mes proches avec beaucoup de plaisir. Honnêtement, j’avais vraiment envie de bondir sur le tome 2, mais je vais devoir attendre sa sortie en poche… Patience, patience… mais j’ai hâte ! En attendant, peut-être vais-je reporter mon attention sur leurs autres livres, qui ont l’air tout aussi passionnants. Clairement, Giacometti et Ravenne ont le don pour la narration simple et efficace. Si vous ne connaissez pas et que vous aimez les thrillers ésotériques ou les romans historiques, sautez vite sur leurs livres !

Carte d’identité du livre

Titre : Le triomphe des ténèbres (la saga du Soleil noir, t.1)
Auteurs : Éric Giacometti et Jacques Ravenne
Éditeur : Le Livre de Poche
Date de parution : 15 mai 2019

5 étoiles

 

#341 Le suivant sur la liste, tome 1 – Manon Fargetton

suivant

Le résumé…

Adolescent surdoué, Nathan est percuté mortellement par un automobiliste devant son collège. Témoin de la scène grâce à sa vision exceptionnelle, Izia sait que le chauffeur a agi intentionnellement. Non loin de là, Morgane, une irrésistible jeune fille, rend visite à sa mère internée et y rencontre Timothée, que le moindre contact physique avec autrui fait souffrir. Bientôt, tous trois reçoivent des messages posthumes de Nathan. Réunis puis traqués, ils découvrent qu’ils sont nés dans la même clinique par procréation médicalement assistée. De quelles manipulations ont-ils été cobayes ?

Mon avis…

Voici un livre pour les 12 ans et plus… ça tombe bien, j’en ai 24 ! Pour être honnête, ça fait du bien de se plonger dans des histoires pour ados même si on n’en est plus une… C’est reposant tout en nous permettant d’entrer dans des textes pleins de rebondissements ! Ici, on est dans une intrigue au croisement du thriller, de la SF et de l’histoire d’espionnage. C’est simple et efficace. Quatre adolescents se retrouvent liés, pour le meilleur… enfin, surtout pour le pire, en réalité ! Les personnages sont assez attachants, en ayant chacun leur propre caractère, avec une psychologie assez bien construite. Le lecteur ado n’aura aucun mal à s’identifier à l’un d’eux et à s’intégrer à leur groupe… Le roman est assez court, mais fait bien le job, il accroche suffisamment pour qu’on ait envie de passer au second tome et suivre plus longuement les aventures de ces jeunes gens ! Je conseille aux ados qui cherchent une petite série à commencer, avec du suspense et de l’action ! A découvrir…

Carte d’identité du livre

Titre : Le suivant sur la liste (tome 1)
Autrice : Manon Fargetton
Éditeur : Rageot
Date de parution : 16 août 2018

4 étoiles

Merci à Rageot et NetGalley pour cette lecture.

#314 Autre-Monde, tome 1 : l’Alliance des Trois – Maxime Chattam

autre-monde tome 1

Le résumé…

Personne ne l’a vue venir. La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l’obscurité et l’effroi. D’étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, à la recherche de leurs proies, qu’ils tuent ou transforment… Après leur passage, Matt et Tobias se retrouvent sur une Terre ravagée, différente. Désormais seuls, ils vont devoir s’organiser. Pour comprendre. Pour survivre… à cet Autre-Monde.

Mon avis…

Je suis sûre que certains vont hurler « Whaaat ? t’avais jamais lu Autre-Monde ??? » et je leur réponds : et oui, je n’avais jamais ouvert un seul livre de cette saga… Et, comme je fais les choses bien (en tout cas j’essaie), j’ai décidé de commencer par le premier ! Tant qu’à faire. Pour être honnête, j’avais déjà eu une expérience assez mitigée avec Maxime Chattam, ou plutôt avec un de ses livres, car je n’ai encore jamais rencontré le bonhomme ! Mais vu que je ne suis pas du tout du genre à m’arrêter sur une impression contrastée, j’ai décidé de retenter ma chance, mais avec un autre univers, et donc un Autre-Monde ! Et, en effet, à ma grande surprise : rien à voir avec le thriller que j’avais lu. Ici, j’ai eu l’impression d’avoir de nouveau 16 ans. Mais d’ailleurs ça fait sacrément du bien de rajeunir comme ça, dites donc ! Autre-Monde, c’est un peu un mix d’Harry Potter, du Seigneur des Anneaux et du Labyrinthe. La deuxième référence est indubitable, Maxime Chattam l’a voulue, et ça se ressent bien ! J’aime beaucoup cet esprit très fantasy mêlé à de la dystopie, car on est à la fois dans un monde très proche du nôtre, tout du moins qui le réfléchit, et dans un univers complètement différent. Au début, j’avoue que j’ai cru que j’allais avoir du mal avec les personnages adolescents, en raison de mon âge. Je ne suis pas une mamie, loin de là, mais je suis sortie de l’adolescence, ça c’est certain. Et, pourtant, j’avoue que la maturité de l’intrigue a rattrapé cette crainte ! J’ai même plutôt apprécié ce retour quelques années en arrière. Autre-Monde est tout à fait une saga qui aurait pu bercer mes années de teenager, c’est certain ! En tout cas, ce premier tome m’a fait passer un excellent moment sans aucune prise de tête, le temps d’une lecture simple, efficace, dépaysante. Bref, qu’on soit jeune, moins jeune, presque ou déjà adulte, on peut se plonger dans ce roman sans problème ! En tout cas, je vais vite acquérir le deuxième tome et les suivants suivront très probablement…

Résultat de recherche d'images pour

En quelques mots…

retour vers le futur
entre fantasy et dystopie
tous publics
divertissant et agréable

 

Carte d’identité du livre

Titre : Autre-Monde, tome 1 : L’Alliance des Trois
Auteur : Maxime Chattam
Éditeur : Le Livre de Poche
Date de parution : 31 octobre 2012

#281 Culottées, t.1 – Pénélope Bagieu

culottées1

Le résumé…

Guerrière apache ou sirène hollywoodienne, gardienne de phare ou créatrice de trolls, gynécologue ou impératrice, les Culottées ont fait voler en éclats les préjugés.
Quinze portraits de femmes qui ont inventé leur destin.

Résultat de recherche d'images pour "culottées pénélope bagieu"

Culottées, Pénélope Bagieu

Mon avis…

Sous-titré à raison « Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent« , ce livre est un incontournable ! Je l’ai lu et relu, et un jour j’ai réalisé que je n’avais pas fait d’article sur lui, vous imaginez ? Bon, réparons cette faute tout de suite. Pourquoi faut-il à tout prix parler de Culottées ? Et bien, tout simplement parce que cette bande dessinée nous fait (re)découvrir des femmes exceptionnelles, prodigieuses, aux destins uniques et sans commune mesure ! Enfin, Pénélope Bagieu permet aux enfants d’avoir des modèles féminins, et reconstitue ainsi un matrimoine, nous offre un héritage. Bien que j’ai été élevée dans une éducation plutôt ouverte, faite de lectures et de liberté dans la découverte, la quasi-totalité de ces femmes m’étaient inconnues. Et même celles que je pensais connaître ne m’avaient pas encore révélé leur véritable personnalité. J’ai pris tant de plaisir à lire ces histoires, à contempler les magnifiques dessins de Pénélope Bagieu (qui font honneur à ces femmes)… Et j’avoue que ces pages m’ont donné envie d’en tourner de nouvelles. C’est avec enthousiasme que j’ai fait mes petites recherches, à mon tour, pour apprendre à connaître ces personnages. Pénélope Bagieu m’a ouvert un nouvel horizon. J’aurais tant aimé avoir eu ce livre entre les mains bien plus tôt… Vous l’aurez compris, ce livre est qualitatif tant sur le plan artistique et esthétique que sur le plan du contenu, qui est à la fois riche et enrichissant ! A découvrir si ce n’est pas encore fait, et à offrir si vous le connaissez !

féminismeblog

#271 La table du roi Salomon – Luis Montero Manglano

tablesalomon

Le résumé…

Canterbury : des ruelles pavées à l’ombre d’une cathédrale mythique, un honorable archevêque, des étudiants, des pubs et des bicyclettes. Tirso Alfaro, doctorant espagnol en art médiéval, s’ennuie à mourir au musée de la ville, où il officie comme guide ; jusqu’au jour où, sous ses yeux, un moine dérobe la précieuse patène ancienne, fleuron de la céramique vitrifiée des maîtres cordouans, qu’il était venu étudier. Échouant à convaincre les autorités que l’œuvre qui continue de briller de tous ses feux derrière la vitrine blindée est une réplique, Tirso est renvoyé à Madrid, où l’attend une offre d’emploi énigmatique, assortie d’un extravagant test d’aptitude… qu’il réussit. Il intègre alors le Corps royal des quêteurs : une organisation secrète, établie dans les sous-sols du Musée archéologique de Madrid, et dont la mission consiste à localiser et à rapatrier par tous les moyens les œuvres du patrimoine historique national que les rapines des guerres des XIXe et XXe siècles ont éparpillées à travers le monde. Les objets ainsi “volés aux voleurs” sont remplacés par de parfaites copies (le procédé mis en œuvre à Canterbury). La première mission de Tirso, qui porte sur l’un des secrets les plus insondables de l’histoire des civilisations, le lance sur la trace du roi Salomon et de Lilith, l’incomparable reine de Saba. L’amour et l’action le disputent à l’intrigue et à l’aventure, dans ce roman érudit et trépidant qui nous plonge au cœur des histoires de l’art.

Résultat de recherche d'images pour "lilith"

Mon avis…

Quand on a envie d’un peu de détente, on se plonge dans un livre passionnant et plein d’action. Si vous aimez Indiana Jones ou les aventures à la Benjamin Gates, ce roman est fait pour vous. Impossible de s’ennuyer une seule seconde ! J’ai été tout de suite prise dans l’intrigue, avec des personnages assez attachants tout en étant mystérieux comme il faut. On se retrouve dans un univers énigmatique, dans une sorte de guilde de chercheurs de trésors et, comme Tirso, on ne sait pas trop où on va, mais on fonce tête baissée ! L’auteur nous raconte les légendes comme personne, avec ce qu’il faut d’informations, de suspense et d’humour. Les rebondissements sont nombreux et on retrouve les éléments incontournables des bons polars ésotériques : les méchants qui cherchent aussi le trésor, les lieux inquiétants et inexplorés… On est dans un univers très visuel, traversé par l’histoire de l’art et les objets grandioses.

La table de Salomon est un bon pavé, qui peut faire peur vu le nombre de pages mais, comme souvent, les gros livres ne sont pas les plus longs – ou difficiles – à lire ! Au contraire, ici, l’auteur nous entraîne dans une aventure complètement abracadabrante, nous fait voyager dans toute l’Espagne, dans le temps comme dans l’espace. Quand on aime les films d’aventure, on adore ce livre, car on a les mêmes sensations mais en mieux, car plus développées ! L’auteur se différencie sur certains points des romans ésotériques habituels, en se moquant avec discrétion des templiers, que l’on met à toutes les sauces, par exemple. Le suspense, quant à lui, est insoutenable ! Et, le mieux, c’est qu’il va y avoir une suite ! Mais, je vous rassure, le roman retombe quand même sur ses pattes à la fin, et la frustration de devoir attendre le second tome n’est pas excessive. Bref, ce livre offre un très bon moment de lecture et de découverte, sans prise de tête, une véritable aventure livresque comme on en aime en avoir !

Résultat de recherche d'images pour "indiana jones"

#169 L’ombre du vent – Carlos Ruiz Zafon

coeur_115

COUP DE CŒUR

ombrevent1

Le résumé…

Dans la Barcelone de l’après-guerre civile,  » ville des prodiges  » marquée par la défaite, la vie est difficile, les haines rôdent toujours. Un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon – Daniel Sempere, le narrateur – dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets enterrés dans l’âme de la ville : L’Ombre du Vent.

ombrevent4

Mon avis…

Ce roman est un fabuleux coup de cœur, l’excitation commençant dans mon esprit dès la lecture du résumé, qui me pousse à acheter et à attendre avec impatience ce livre avec en tête l’évidence qu’il changera quelque chose en moi. Et ce sentiment n’était pas trompeur, car réellement Carlos Ruiz Zafon est une découverte immense pour moi, et en particulier ce premier volume du Cimetière des Livres Oubliés, mystérieusement titré L’ombre du vent. Comme tout passionné de lecture, j’ai rêvé dès les premières pages d’avoir moi aussi le droit de rentrer dans un lieu aussi magnifique que ce Cimetière atypique. Et bien que cela restera à tout jamais un rêve, Daniel Sempere m’a tout de même emmené à ses côtés parmi les rayonnages de ces œuvres perdues dans l’histoire de l’humanité.

ombrevent2

L’ombre du vent, dans ce roman, c’est un livre que n’a pas choisi Daniel Sempere, mais qui l’a lui-même choisi. Chaque lecteur a un livre qui l’attend dans le Cimetière des Livres Oubliés (je me torture à imaginer à quoi ressemblerait le mien). Autant dire que le sujet même du livre est déjà révélateur concernant les sensations par lesquelles passe le lecteur au fil des pages… L’auteur a une écriture tout simplement splendide, subtile, qui atteigne comme des flèches le cœur du bibliophile qui a ce chef d’oeuvre entre les mains. La littérature et la vie, dans L’ombre du vent, s’entremêlent et ne font plus qu’une. La fiction s’anime sous nos yeux et parcourt les rues de la belle Barcelone d’une époque révolue et pourtant si proche…

ombrevent3

Pour une première lecture d’auteur espagnol, autant vous dire que je ne suis pas déçue. Carlos Ruiz Zafon utilise toutes les facettes de son écriture qui s’offrent à lui. Il mêle une dynamique policière à de nombreux éléments fantastiques, tout en restant dans un réalisme touchant d’émotions, on a même parfois un peu peur. On passe d’une sensation à l’autre, toujours happé par chaque page qui se dessine sous nos yeux. Avec l’impatience d’une enfant, j’ai voulu finir ce livre à tout prix, au plus vite, tout en voulant ne jamais le quitter… Et en refermant ce roman, j’ai compris qu’en fait ce serait lui qui ne me quitterait jamais… L’ombre du vent fait partie de Daniel Sempere, ce personnage de roman pourtant si réel, et il fait désormais aussi partie de moi.

ombrevent5

Ma note…

.

#110 L’épouvanteur, T.1 – Joseph Delaney

l'apprenti épouvanteur couv

Le résumé…

« L’Epouvanteur a eu de nombreux apprentis, me dit maman. Mais peu ont achevé leur formation. Et ceux qui y sont parvenus sont loin d’être à la hauteur. Ils sont fragiles, veules ou lâches. Ils se font payer fort cher de bien maigres services. Il ne reste que toi, mon fils. Tu es notre dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu’un le fasse. Il faut que quelqu’un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable. »

Thomas Ward, le septième fils d’un septième fils, devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté. Son maître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire… Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur commence…

sorcière

Mon avis…

Comme beaucoup de monde, j’ai entendu parler de la sortie cinématographique adaptée de la saga L’épouvanteur… Sauf qu’au regard de la bande-annonce, je ne pouvais pas croire que ce succès littéraire soit aussi mauvais… J’ai donc pris les choses en main, j’ai évité de dépenser mes sous au ciné pour me dégouter à vie (et à la vue des critiques, j’ai bien fait) et je me suis lancée dans la lecture : une meilleure solution tout de même ! Et bien, je ne le regrette pas ! Ce bouquin m’a accompagné pendant de nombreux petits déjeuners (oui, je lis en déjeunant :D) et j’y ai pris tellement de plaisir que j’ai enchainé avec les suivants ! C’est vraiment loin d’être une lecture prise de tête, et ça fait du bien…

delaney

Les personnages sont plutôt attachants même si j’ai trouvé que le premier tome avait quelques longueurs et surtout quelques difficultés à créer de véritables caractères, on est loin de l’attachement que l’on peut avoir avec Harry, Ron et Hermione dans la célèbre saga de sorciers ! Mais petit à petit, tout se décoince et on sent que la plume de l’auteur gagne en maitrise et en fluidité. Le style reste toujours très simple, sans fioriture et sans prétention. Il ne faut pas attendre de ce livre que ce soit la meilleure lecture du siècle, mais il se pourrait bien qu’il fasse partie de vos chouchous. Je continuerais jusqu’aux derniers tomes à le lire au petit déjeuner, que cela n’en déplaise à mon porte-monnaie, et je vous conseille de faire de même car cela égaye la tartine !

épouv

Ma note…

.